Archives de catégorie : Retours à la nature

Retours à la nature

  1.  Projet de recherche  “Retours à la nature” (Cilia Martin, 15/11/14)

Nouvelles circulations et co-productions dans le contexte de la crise grecque

Mon projet de recherche s’attache à décrire et analyser les circulations d’hommes, d’objets et d’idées relatives à la crise économique qui touche la Grèce depuis 2010. En dehors des effets connus et chiffrés de cette crise (hausse du chômage, précarisation sociale et sanitaire, montée du racisme ou privatisation de plusieurs bandes du littoral), le pays enregistre aussi de nombreux départs à destination du rural qui restent un phénomène encore méconnu. Mon projet vise à rendre compte de ces mobilités de crise à travers une analyse de ses modalités, de ses acteurs et de ses enjeux.

Après un vaste exode rural faisant passer la population urbaine de la Grèce de 33% à 66,4%, l’heure est aujourd’hui aux départs. Selon la Confédération des agriculteurs grecs estime que 40 000 Athéniens auraient quitté la ville pour aller travailler la terre. S’il est largement effectué par des individus de classe moyenne et supérieure (fuite des cerveaux, « immigrants de l’utopie » qui décident de prendre la clé des champs), l’exode urbain est également le fait d’individus plus modestes qui, ne pouvant plus assumer les coûts de la ville, retournent vivre auprès de leur famille dans leur village d’origine. Ce « retour à la nature » est d’ailleurs plutôt un retour à la ruralité qu’à la terre dans le sens où il ne s’agit pas seulement d’une attractivité agricole et que les lieux de départ peuvent dans certains cas correspondre aux lieux d’origine. Aussi, la prise en compte de la globalisation nous permet d’aller encore plus loin dans le décloisonnement des relations villes/campagnes dans le sens où elle fait intervenir d’autres formes d’échanges et de solidarités, d’autres types de gouvernances et d’autres profils sociologiques que ceux que l’on observe, par exemple, dans le cas de l’exode rural. Aussi, nous prenons appui sur la notion de « continuum migratoire » qui marque une opposition à l’idéologie sédentariste et intégratrice qui conduit à l’équation une population = un territoire.

Inscrit dans ce continuum migratoire, cet exode urbain signifie de nombreuses circulations d’hommes mais aussi d’objets et de cadres de représentations liées à la redéfinition de la nature et de la relation ville/campagne. Il implique aussi une interpénétration d’échelles (locale, nationale, européenne et internationale). Au-delà, ces départs supposent des « manières de faire ensemble » et des « manières de faire avec » (avec l’aide de parents installés à l’étranger, avec l’aide de réseaux de solidarité) qui sont aussi des manières de « faire sans » (sans l’État qui coule, sans argent, sans l’Europe faisant référence aux déclarations en faveur d’une sortie de l’Europe). Il s’agira donc de réfléchir aux logiques et aux modalités de ce « retour à la nature » envisagé comme une mise en pratique et une mise en circulation de ressources, matérielles et immatérielles, provenant d’une pluralité d’agents ancrés dans des temporalités et des espaces différents.

L’objectif de ce premier terrain est d’identifier les acteurs, les logiques et les pratiques de cet exode urbain envisagé comme une mise en circulation de normes et de savoir-faire communs provenant d’une pluralité d’agents ancrés dans des temporalités et des espaces différents. Il faudra donc se concentrer sur l’articulation entre ces différents agents issus du monde rural, touristique, institutionnel et universitaire, mais aussi sur l’interpénétration des échelles nationales, européennes et internationales. À cet égard, je souhaite analyser l’impact des écoles et filières agricoles qui ont vu leur nombre d’élèves augmenter depuis le début de l’exode urbain à l’instar de l’‘American Farm School of Thessalonique’ dont le rôle dans la redéfinition du monde rural est largement soutenu par le maire de Thessalonique. Il rappelle aussi que la production du « local » se fait aussi par l’international, plus précisément est le résultat d’une interpénétration d’échelles faisant parfois converger des logiques et des intérêts divers. Les départs à la campagne sont aussi effectués par des individus qui en quittant la ville entreprennent une reconversion dans le secteur de l’agro-tourisme ou de l’agriculture biologique. Je souhaite également mettre en lumière les différentes politiques de développement régional et le rôle du ministère de l’Agriculture qui en distribuant des terrains encourage les départs. Aussi, il s’agira de repérer l’existence de mesures incitatrices, foncières ou fiscales, qui amènent à « relativiser les aspirations bucoliques des candidats ». On se demandera aussi quel est le rôle des partis écologistes dans ce « retour à la nature » dont la présence sur la scène politique s’est considérablement réduit depuis la crise. Enfin, en évitant la seule lecture économiste, on s’interrogera aussi sur les éventuels objectifs sécuritaires de ce « retour à la nature » qui pourrait se traduire comme la volonté des pouvoirs publics grecs de contrôler les révoltes urbaines liées à la crise par le désengorgement des villes. À une autre échelle, ce « retour à la nature » peut être lu comme un soutien indirect de la part des puissances européennes en vue d’endiguer la migration vers le nord de l’Europe dont l’Allemagne qui est le pays qui accueille le plus de ressortissants grecs depuis la crise. Loin d’être une « migration de l’utopie », ce « retour à nature » est le résultat d’une co-production croisant plusieurs échelles et faisant valoir, du moins temporairement, une circulation d’hommes, d’idées et d’intérêts.

De plus, le but de ma recherche est de mettre en exergue les circulations matérielles et immatérielles de cet exode urbain en articulant l’analyse des objets (fonciers, immobiliers) avec celle des savoir-faire, des réappropriations mais aussi des mythes, à la fois comme miroir déformant et performant, entourant la nature ou la ville (re)devenue le réceptacle de la criminalité et de la corruption. La matérialité des circulations s’illustre par divers transferts (transmissions, transactions et privations de biens) qui sont en pleine reconfiguration avec la crise et les mesures d’austérités qui l’accompagnent (augmentation des taxes immobilières et mesures fiscales). Résultat : les Grecs vendent leurs biens et les patrimoines immobiliers basés sur le poids des structures familiales font l’objet d’un morcellement ou d’un redéploiement. En dehors des reconfigurations observées sur les espaces de départ, ces circulations font également émerger d’autres types d’échanges et de transmissions sur les espaces d’accueil. Aussi, les néo-ruraux emmènent avec eux leurs savoir-faire, leur rapports au temps et leurs cadres de représentations jusqu’à être considérés comme responsables d’une « urbanisation des campagnes ». Toutefois, ce syntagme nie la présence de facteurs endogènes à la transformation du rural au profit d’initiatives ou de répercussions ne pouvant exclusivement venir de l’urbain. Contre une lecture binaire urbain/rural, il s’agira, au contraire, de proposer une nouvelle approche de la territorialité en mettant en exergue la présence des co-productions dans les modes d’habiter et de « cultiver » l’espace.

Par ailleurs, le rapport urbain/rural doit aussi se penser à travers d’autres types d’interactions telles que les marchés « sans intermédiaires » ou les diverses coopératives (agricoles ou autres) dont l’objectif consiste à établir un contact direct entre les producteurs et les consommateurs tout en évitant les réseaux commerciaux traditionnels responsables de la flambée des prix. Renouant le lien entre la ville et la campagne, ces pratiques qui se sont multipliées depuis le début de la crise sont autant de (nouvelles ?) façons de se réapproprier, de redistribuer et de co-produire des ressources localisées. À ce sujet, il est intéressant de chercher dans les références passées, notamment liées à la guerre civile et à l’imaginaire communiste très puissant en Grèce, la trace de ces pratiques afin de mettre en lumière les phénomènes de réappropriations et réinventions. Enfin, il faut saisir le rôle de la puissance publique qui soutient ces « mouvements sans intermédiaires » à l’instar d’une dizaine de municipalités à Athènes qui se sont déjà impliquées et donnent le feu vert à ces types de marchés. Toutefois, comment les officiels de l’État accommodent-ils et/ou s’accommodent-ils de ces mouvements qui s’apparentent souvent à une forme d’action anti-gouvernementale que l’on peut résumer sous l’expression « l’État n’est plus, remplaçons-le ! » ?

À travers une série d’observations multi-sites et d’entretiens avec les candidats et les entrepreneurs de ce « retour à la nature », je souhaite donc éclaircir les dessous de ce phénomène médiatique où se mêlent réalités et représentations. En considérant la ville et la campagne comme des lieux et des liens, matériels et immatériels, je propose de repenser les assignations et légitimités territoriales (urbain/rural, national/international, nord/sud) en mettant l’accent sur les phénomènes de chevauchements et de télescopages. À l’heure de la globalisation et au regard de la crise qui est à la fois un révélateur, à l’échelle globale, des dysfonctionnements des flux et pratiques liés à l’économie de marché capitaliste mais aussi un catalyseur, à l’échelle locale, de nouvelles circulations, la relation villes/campagnes ne peut se concevoir sans une prise en compte des (en)jeux d’échelles, des interconnexions et interdépendances spatio-temporelles.