Archives de catégorie : Appel à communication

Appel à communications The Making of Law

Call for Papers

The Making of Law in the Ottoman Space, 1800-1914

Interdisciplinary/International Workshop

Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques (CETOBAC, UMR 8032), Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, Paris.

logo transfaire

May 25-26, 2015

Deadline: 15/02/2015

This 2-day workshop will bring together historians, anthropologists and linguists working on the making of law in the Ottoman space. The aim of the workshop is to problematize the legal phenomena from a multidisciplinary aspect and beyond the normative and descriptive dimensions of laws and legislations. Considering law as a multi-layered dynamic process, presentations may include but will not be limited to the following topics :

a) Law as a social process: we intend to explore here the complex relationship between law, legal institutions and social dynamics ranging from culture to religion and from community to the wider society. We aim to problematize law within the social landscape and the particular cultural settings in which it emerges within a multi-ethnic imperial context. This aspect also includes the investigation of law in relation to a variety of social actors (lawyers, judges, jurists, bureaucrats, diplomats, consuls, scholars, intellectuals, journalists, etc.).

b) Law as an epistemological process: normative approaches investigating Ottoman law only understand it within the context of legal reforms and are far from reflecting the public debate and the epistemological process, which preceded the final textual production. Without leaving aside the making of state laws and other forms of normativity, the epistemological dimension of the workshop aims to focus on law in all its variety, in the form of ideas, ways of reasoning, doctrines emerging in textbooks, erudite journals or monographs and to analyze the role of education in the development of legal thought in the Ottoman space.

c) Local laws/universal discourses: local laws often refer to universal ideals in order to gain more prestige in the eyes of the people they rule as well as in the international arena. The relationship between local laws/universal discourses implies to investigate how local actors make sense of universality in their statements. This relationship also necessitates the investigation of legal transfers and cultural translations in the Ottoman space in relation with global contexts without neglecting the contemporary legal culture of the surrounding geography (Russia, Iran, the Balkans, etc.).

d) Local laws and global contexts: this aspect of the workshop will highlight the impact of global movements (such as constitutionalism), diplomatic turning points, dynamics of imperialism, revolutions, etc. on the making of Ottoman law.

e) Studies of legal language: Law is not only what legal authorities communicate to us as directives. Departing from the relationship between language and legal philosophy, we intend to investigate the role of language in articulating a certain understanding of law beyond its authoritative statements. Our objective is to explore the ways in which language and political terminology frame the terms and spirit of legal codification, reflect references to time and modernity, the ideologies and emotions of lawmakers and their political culture. By examining the making of law as a linguistic process as well as a social process, we aim to highlight the changing equivalents of legal concepts in accordance with particular cultural settings as bearers of a certain legal philosophy. We also aim to approach the issue of vagueness in normative frameworks and how linguistic ambiguity gives way to new negotiations, interpretations and compromises between legal authorities and the various segments of the society.

Practical Information

The languages of the workshop will be English and French. Please email proposals of approximately 300 words with updated CVs for a 20-minute paper to Aylin Koçunyan (aylin.besiryan@eui.eu) no later than February15th, 2015. E-mails should be entitled “Making of Law Submission”. Proposals should be in Word format with the following information and in this order: a) author(s), b) affiliation as you would like it to appear in the program, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract.

Participants will be notified of the Steering Committee’s decision in early March. The Steering Committee is composed of the following members: Nathalie Clayer (Centre d’Etudes Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques, EHESS, Paris), Benjamin Fortna (SOAS, University of London), Bernard Heyberger (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, EHESS, Paris), Huricihan İslamoğlu (Bosphorus University, Istanbul), Dina Khoury (Elliott School of International Affairs, George Washington University), Laurent Mignon (Oriental Institute, Oxford University), Avi Rubin (Ben-Gurion University of the Negev), Kent Schull (Binghamton University, SUNY, New York), Michel Tissier (University Rennes 2-Centre de Recherches historiques de l’Ouest/Collegium of Lyon).

We intend to publish selected papers from the workshop as a themed-hard copy collective volume. Consequently, if an abstract is accepted for the workshop, a full draft paper should be submitted by May 15th, 2015.

Limited help with travel funding is available on application to postgraduate students and early career researchers, who will submit a paper. If you would like to be considered for funding, please inform us when you submit your abstract.

The workshop is a part of the project entitled “Trans-acting Matters: Areas and Eras of a (post-)Ottoman Globalization”, funded by the French National Research Agency (ANR-12-GLOB-003) and supervised by Marc Aymes (CNRS, CETOBAC, Paris). To know more about the project, see http://cetobac.ehess.fr/index.php?1257.

Pour télécharger l’appel à communications en anglais cliquer sur le lien suivant  : Making of law

 

Appel à communication

Faire le droit dans l’espace ottoman, 1800-1914

Atelier interdisciplinaire et international

Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques (CETOBAC, UMR 8032), Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, Paris.

Mai 25-26, 2015

Date-limite: 15/02/2015

Cet atelier de 2 jours réunira des historiens, anthropologues et linguistes, qui étudient la production du droit dans l’espace ottoman. L’objectif de l’atelier est de cerner le phénomène juridique dans une perspective multidisciplinaire et au-delà des dimensions normative et descriptive des lois et législations. Considérant le droit comme un processus dynamique à multiples facettes, les propositions de présentations pourront traiter, sans s’y limiter, des thèmes suivants:

a) La production du droit en tant que processus social: notre but est d’explorer ici la relation complexe entre le droit, les institutions juridiques et les dynamiques sociales, qui s’étendent de la culture à la religion, de la communauté à la société plus large. Nous visons à cerner la question des rapports entre le droit et les lieux socio-culturels de sa fabrication dans un contexte impérial multiethnique. Cet aspect nécessite également l’étude du droit en relation avec une variété d’acteurs sociaux (avocats, juges, juristes, bureaucrates, diplomates, consuls, savants, intellectuels, journalistes, etc.).

b) La production du droit en tant que processus épistémologique: les approches normatives du droit ottoman l’appréhendent uniquement dans le contexte de réformes légales et ne reflètent pas assez le débat public et le processus épistémologique, qui précèdent les productions textuelles finales. La dimension épistémologique de l’atelier vise à mettre l’accent sur le droit dans toutes ses formes: idées, raisonnements, doctrines émergeant dans les manuels académiques, journaux spécialisés ou monographies. Ce faisant, l’étude porte aussi bien sur les normes de l’Etat que sur d’autres formes de normativité et le rôle de l’éducation dans le développement de la pensée juridique dans l’espace ottoman.

c) Lois locales et discours universels: les lois locales se réfèrent souvent à des idéaux universels afin d’acquérir plus de prestige aux yeux de la population qu’elles gouvernent aussi bien que dans l’arène internationale. En discutant la relation entre « lois locales et discours universels », l’atelier explorera comment les acteurs « locaux » interprètent le principe d’universalité dans leurs énoncés. L’étude de cette relation nécessite également de mettre l’accent sur les questions du transfert juridique et des traductions culturelles dans l’espace ottoman en relation avec des contextes globaux sans négliger la culture juridique contemporaine des espaces voisins (Russie, Iran, les Balkans, etc.).

d) Lois locales et contextes globaux: cet aspect de l’atelier mettra l’accent sur l’impact des mouvements globaux (tels que le constitutionalisme), des tournants diplomatiques, des dynamiques d’impérialisme, des révolutions, etc. sur la production du droit ottoman.

e) L’étude du langage juridique: la loi n’est pas simplement ce que les autorités légales nous communiquent en tant que directives. Partant de la relation entre le langage et la philosophie du droit, nous visons à explorer le rôle du langage dans l’articulation d’une certaine compréhension du droit au-delà de son message d’autorité. L’objectif est d’explorer comment le langage et la terminologie politique « cadrent » les termes et l’esprit des législations, reflètent des références au temps et à la modernité, les idéologies et émotions des législateurs ainsi que leur culture politique. Tout en analysant la production du droit comme un processus linguistique aussi bien que social, nous nous proposons de mettre l’accent, dans un empire multi-ethnique, sur les équivalents changeants des concepts juridiques selon des lieux culturels particuliers, qui sont en même temps les porteurs d’une certaine philosophie du droit. Nous visons également à aborder la notion d’ambiguïté linguistique en contexte normatif et à explorer comment cette ambiguïté donne lieu à de nouvelles négociations, interprétations et compromis entre les autorités juridiques et les différents segments de la société.

Informations pratiques

L’anglais et le français seront les langues de travail de l’atelier. Nous vous remercions d’adresser, par courrier électronique, une proposition de communication d’environ 300 mots (pour une présentation de 20 minutes), avec un CV actualisé, à Aylin Koçunyan (aylin.besiryan@eui.eu) avant le 15 février 2015. Les messages électroniques doivent être intitulés “Proposition de contribution – Faire le droit”. Les propositions doivent être au format Word avec les informations suivantes et dans l’ordre indiqué: a) auteur(s), b) affiliation comme elle devra apparaître dans le programme, c) courrier électronique, d) titre de la proposition, e) résumé de la proposition.

Les participants recevront notification de l’avis du comité de sélection au début mars. Le comité de sélection sera composé des membres suivants: Nathalie Clayer (Centre d’Etudes Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques, EHESS, Paris), Benjamin Fortna (SOAS, Université de Londres), Bernard Heyberger (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, EHESS, Paris), Huricihan İslamoğlu (Université du Bosphore, Istanbul), Dina Khoury (Elliott School of International Affairs, Université George Washington), Laurent Mignon (Oriental Institute, Université d’Oxford), Avi Rubin (Université Ben-Gourion du Néguev), Kent Schull (Université de Binghamton, SUNY, New York), Michel Tissier (Université Rennes 2-Centre de Recherches historiques de l’Ouest/Collegium de Lyon).

Nous considérons la publication d’une sélection de communications dans un volume collectif thématique. Par conséquent, si une proposition est acceptée pour l’atelier par le comité de sélection, une version préparatoire de la communication entière doit être soumise avant le 15 mai 2015.

Nous disposons d’un budget limité pour prendre en charge les frais de voyage des doctorants ou post-doctorants le cas échéant. Les intervenants souhaitant obtenir un financement doivent l’indiquer au moment de la soumission de leur proposition de communication.

L’atelier est proposé dans le cadre du projet intitulé « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane », financé par l’Agence nationale de la recherche (anr-12-glob-003), sous la coordination scientifique de Marc Aymes (Centre National de la Recherche Scientifique, CETOBAC, Paris). Pour plus d’informations sur le projet, consulter le lien http://cetobac.ehess.fr/index.php?1257 .

 Pour télécharger l’appel à communications en français cliquer sur le lien suivant : Faire le droit