Images

Séminaire

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Marc Aymes, chargé de recherche au CNRS ( CETOBaC )

Gabriela Anouck Côrte-Real Pinto, contrat postdoctoral à l’EHESS ( CETOBaC )

Sümbül Kaya, postdoctorante à l’EHESS ( CETOBaC )

2e et 4e mercredis du mois de 9 h à 12 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 25 novembre 2015 au 22 juin 2016

Le séminaire vise à poser les jalons d’une nouvelle approche des connexions, concomitances et interdépendances dont les espaces (post-)ottomans ont pu être partie intégrante. À l’encontre des travaux qui analysent la mise en circulation de pratiques, d’instruments, de normes et de savoirs comme étape subséquente à leur production localisée, on étudiera les instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. À la problématique du « transfert », qui se limite souvent à penser les échanges en termes de diffusion et d’importation à sens unique, nous préférerons l’analyse des modalités du transfaire, attentive aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique.

L’enjeu est donc de reconfigurer, à travers le cas de l’empire ottoman et des pays successeurs situés dans le même espace, les problèmes que pose l’analyse des dynamiques de changement des modes et des savoirs de gouvernement.

Trois axes sont privilégiés : l’étude des modalités par lesquelles s’opère la coproduction des instruments de l’action publique, l’analyse de l’élaboration et de l’usage des instruments normatifs de l’action publique, et l’observation des multiples opérations de traduction auxquelles donnent lieu les échanges.

En 2012-2013, une série de lectures avait permis de mettre en lumière, et en commun, les principaux lieux de l’enquête. En 2013-2014, cette topographie a été exploitée pour camper des scénographies de travail : « décharge et dévolution », « étrange et merveilleux », « monnaies et instruments de crédit », « fêtes de la langue ». En 2014-2015, les groupes de recherche constitués dans ce cadre ont présenté l’état d’avancement de leurs travaux. L’année 2015-2016 permettra de poursuivre dans cette voie, et de préparer la tenue d’un colloque réunissant tous les participants à l’été 2016.

Le séminaire sert de relais collectif au programme « Transfaire » financé par l’Agence nationale de la recherche depuis le 1er janvier 2013, partenariat entre le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques et l’Institut français d’études anatoliennes. Chaque séance se tient donc de manière synchrone à Paris et à Istanbul.

25 novembre 2015 : « Le bon et le mauvais gouvernement : souveraineté populaire et constitutionnalisme au Moyen Orient et en Turquie », par Erdal Kaynar (Van Leer Jerusalem Institute)

9 décembre 2015 : Aylin Koçunyan, « Institutionalizing the millet system, 1856-1865 » ; discutant : Edhem Eldem (Université du Bosphore)

13 janvier 2016  :

Claire Visier, « Turquie et l’Union européenne: les changements dans l’action publique».

27 janvier 2016 :

Olivier Bouquet, « Transfaires impériaux : Turquie, Russie ».

10 février 2016 :

Darina Martykanova, « Ingénieurs ottomans et écoles françaises »

Gabriela Anouck Côrte-Real Pinto, «Usages et fiction de la turquification de l’industrie de défense ».

« Fabrique des politiques culturelles en Turquie et dans les espaces (post-)ottomans », 16-17 avril 2015

Deux journées d’études “Fabrique des politiques culturelles en Turquie et dans les espaces (post-)ottomans » se tiennent à Istanbul à l’Université de Galatasaray et à l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes respectivement le 16 et 17 avril 2015, avec la participation du programme “Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane” (ANR-12-GLOB-003).

To download the program in English: Program Making of Cultural Policy

To download the CFP:CFP Making of Cultural Policy 2015

 

PROGRAMME

        La fabrique des politiques culturelles en Turquie et dans les espaces post-ottomans.

16 avril 2015 – Université Galatasaray

(en français – traduction en anglais)

9h-9h15 : Accueil-café-inscription

9h30 – 10h15 :

Ouverture des journées d’études

Mots de bienvenue

– Anouck Corte-Real, IFEA/EHESS, Istanbul, Présentation de l’ANR TRANSFAIRE.

– Muriel Girard, INAMA/ENSA-Marseille, Introduction des journées d’études.

10h15-12h30

Panel 1 : Acteurs et échelles de la patrimonialisation.

Discutante : Muriel Girard, INAMA/ENSA-Marseille, Marseille

– Ridha Moumni, Centre Camille Juillan, MMSH, Aix/Marseille Université :

Ministres, diplomates et collectionneurs: le rôle des mamelouks du Bey dans la construction d’une politique patrimoniale dans la Régence de Tunis (1850-1880).

– Julien Boucly, EHESS, Paris :

Le paysage culturel de Diyarbakir, une construction transnationale et transinstitutionnelle du patrimoine en Turquie.

– Lydia Zeghmar, IFEA, Istanbul, Université Paris-Ouest, Nanterre-La Défense:

Construction de localité par l’action culturelle. Eléments d’une enquête ethnographique dans le champ de la culture zeybek à Tire (Turquie).

12h30-14h00:

Pause déjeuner

14h00-15h30

Panel 2 : Circulations Grèce-Turquie

Discutant :Vangelis Kechriotis, History Department, Boğaziçi University, RCAC fellow

– Cilia Martin, Université de Harokopio, Athènes, IFEA, Istanbul :

L’hellénisme au prisme de l’action mémorielle et touristique à Istanbul.

– Olivier Givre, EVS-CREA, Université Lyon II et Pierre Sintès, TELEMME, Université Aix-Marseille :

Entre tourisme et politique. Visibilité et hybridité des lieux de mémoire de Mustapha Kemal Atatürk en Grèce et en République de Macédoine.

15h30-15h45 : Pause

15h45h-17h15

Panel 3 : Modèles d’action publique

Discutante : Anouck Corte Real, IFEA, ANR Transfaire, EHESS Paris.

– Dilek Yankaya, WAFA-IREMAM, Aix-en-Provence, CERI, Paris :

La « Nouvelle Turquie » de la bourgeoisie islamique : des politiques culturelles au service des ambitions internationales.

– Jean-François Polo, Université Galatasaray, Istanbul :

La politique culturelle turque, à la recherche d’un modèle ?

 

                              17 avril 2015 – Institut Français d’Etudes Anatoliennes

( en anglais)

10h00 Café – accueil

10h30-12h00.

Panel 4 : Festival, localité, identité

Discutant: Jean-François Polo, Université Galatasaray

– Ülker Sözen, University Mimar Sinan, Istanbul:

Collective effervescence and political strife in Dersim: the case of the Munzur festival.

– Clémence Scalbert-Yücel, IFEA, Istanbul, Université d’Exeter, Exeter:
Circulations, adaptations and contingencies in the making of local cultural policies: the case of summer festivals in the Eastern Black Sea Region.

 

12h00 – 14h 00

Pause déjeuner

14h00-15h45

Panel 5 : Ingénierie culturelle : Circulations, dynamiques et conversions

Discutante: Banu Karaca, Sabanci University, Istanbul

-Ümit Fırat Açıkgöz, Rice University, Houston:

Negotiating Heritage, Space, and Culture: Early Republican Politics of Historical Monuments in Istanbul (1923-1950).

-Bengü Aydın, research assistant Izmir University of Economics, PhD candidate Université Galatasaray:

Homeland Tours (1938-1943) as a World War II Policy of Kemalist Turkey: Circulation of concepts, Humanism and Classicism.

-Ayca İnce, Independent researcher, Istanbul:

Converted spaces, converted meanings. Revealing the establishment of new spaces of culture in Istanbul as a function of constructing cultural policies.

15h45-16h Pause

16 h 00- 17 h 00

Discussion générale – Conclusion


Comité d’organisation
:

Muriel Girard, INAMA/ENSA-Marseille

Cilia Martin, Université Harokopio, Athènes, IFEA, Istanbul Jean-François Polo, Université de Galatasaray, Istanbul
Clémence Scalbert-Yücel, IFEA, Istanbul, Université d’Exeter, Exeter Füsun Üstel, Université de Galatasaray
Lydia Zeghmar IFEA, Istanbul, Université de Paris-Ouest, Nanterre-La Défense

Adresses:

Université de Galatasaray
Salle Aydın Dogan
Çırağan Caddesi no 36
34349 Ortaköy

Institut Français d’Études Anatoliennes
Palais de France
Nur-i Ziya Sokak, 10 P.K.54
Beyoğlu – Istanbul

 

Pour télécharger le programme des journées d’études: Fabrique des politiques culturelles 16-17.04.15.

 

Qu’est ce que le Transfaire ?

Par Marc Aymes

La question du “transfaire” repose, au commencement, sur l’homonymie : on entend qu’il va être question du “transfert”, et de celle, consacrée, des “transferts culturels”. Comme tout néologisme à ses débuts, “transfaire” sonnerait creux, n’était la résonance de ce faux jumeau.

Relisons l’argumentaire soumis à l’ANR en 2012. Penser par “transferts”, disions-nous, revient à penser la mise en circulation comme étape subséquente à la production localisée de “cultures”. Parler de “transfaire” c’est au contraire étudier ce qui est (re)produit par la circulation de savoirs et de pratiques. S’astreindre à comprendre des relations sans avoir préjugé de leurs termes.

Question de sujet, donc : qui fait quoi ? Question d’objet, aussi : qu’est-ce qui donne prise à notre étude ? Dans l’argumentaire, nous parlions d’instruments (techniques, normatifs ou symboliques). De technopraxies / technocraties. De traitements matériels. Et à ce propos, justement, nous avons envisagé d’analyser par quels traitements matériels l’action publique se produit. De reconstituer les “carrières” qui informent cette “matière en réseau”. Bref, de faire profession de “matérialisme méthodologique”.

Parler de “transfaire” implique de parler d’espaces, de lieux — ce que l’on peut regrouper sous le terme de “géométries”, qui peut faire référence à divers plans, surfaces ou volumes sans exclusive. Mais plus essentiellement, “transfaire” implique de traiter d’espaces-temps. La part du “faire” rappelle l’épanchement du processus dans la durée (là où les “transferts” sont si souvent instantanés, par les temps qui courent). Elle signale la part non évidente de ce qui fait durer une relation.

Donc transfaire = géométrie + chronométrie, toujours. Cette équation vient taquiner certains lieux communs des “histoires connectées”, qui font se rencontrer des mondes en éludant la question de la synchronisation (et pour cause : le déphasage est presque toujours considéré comme allant de soi). Elle vient aussi nous dispenser de raisonner par “l’origine”, pour mieux laisser paraître les accidents de la “provenance”. On gagne ici à relire Foucault relecteur de Nietzsche :

“Rien qui ressemblerait à l’évolution d’une espèce, au destin d’un peuple. Suivre la filière complexe de la provenance, c’est au contraire maintenir ce qui s’est passé dans la dispersion qui lui est propre : c’est repérer les accidents, les infimes déviations — ou au contraire les retournements complets –, les erreurs, les fautes d’appréciation, les mauvais calculs qui ont donné naissance à ce qui existe et vaut pour nous.”

“Nietzsche, la généalogie, l’histoire”, dans Hommage à Jean Hyppolite, Paris, Presses universitaires de France, 1971, p. 152.

Nous espérons ainsi poursuivre certaines des questions collectivement soulevées dans l’ouvrage L’Art de l’Etat en Turquie »  :

logo-transfaire1.jpg