Archives de catégorie : Transfaire

Transfaire 2012-2013

 

Séminaire 2012-2013

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Marc Aymes, Nicolas Camélio, Benjamin Gourisse, Emmanuel Szurek

Le séminaire est articulé au programme ANR TRANSFAIRE, « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane » (2013-2015). Un séminaire parallèle a lieu, de manière synchrone, à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul. Pour cette première année du séminaire, l’équipe organisatrice a désiré consacrer le programme à l’étude de textes et de travaux portant sur la circulation, dans l’espace et dans le temps, d’idées, d’objets et d’instruments de gouvernement. Il s’agissait, ce faisant, d’identifier et de discuter les principales questions méthodologiques et théoriques à débattre dans le cadre du programme de recherche.

Deux objectifs ont donc été poursuivis : pour l’équipe de TRANSFAIRE, il s’agissait de mener une réflexion commune autour des notions et des concepts mobilisés dans les opérations de recherches individuelles et collectives lancées début 2013 ; par ailleurs, le programme du séminaire a offert aux participants non membres de TRANSFAIRE un panorama des principaux outils théoriques et méthodologiques existants pour analyser les circulations inter- et transnationales. Les organisateurs ont veillé à proposer un programme interdisciplinaire – les textes étudiés relevaient de l’histoire, de la science politique, de la sociologie, et de l’anthropologie – autour de travaux articulant théorie et empirie.

Nous avons ainsi consacré une série de séances à l’histoire croisée, à ses méthodes et à ses apports [Werner et Zimmermann] ; à l’histoire-monde et à ses analyses des mondialisations [Boucheron, Hourani] ; à l’asymétrie des relations internationales et aux stratégies de domination mises en œuvre par les Etats et les groupes dans les arènes inter- et transnationales [Dezalay et Garth] ; à l’analyse critique de l’anthropologie des institutions [Abélès] et des policy transfer studies [Dumoulin et Saurugger] ; aux questions portant sur les échelles de l’analyse [Sawicki, Lepetit], mais également à la praxéologie [Warnier] en rapport avec les objets matériels [Bromberger et Chevallier] ou normatifs [Dupret, Halpérin].

[14 novembre 2012]

> M. Aymes, B. Gourisse, « Matières à transfaire », texte programmatique du projet Transfaire.

[28 novembre 2012]

> Patrick Boucheron, « Introduction – Les boucles du monde : contours du XVe siècle », dans idem (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 9-30.

[12 décembre 2012]

> Albert Hourani, « The Changing Face of the Fertile Crescent in the XVIIIth Century », Studia Islamica, 8 (1957), p. 89-122.

[9 janvier 2013]

> Yves Dezalay, Bryant G. Garth, « L’impérialisme moral. Les juristes et l’impérialisme américain (Philippines, Indonésie) », Actes de la recherche en sciences sociales, 171-172 (2008), p. 40-55.

[23 janvier 2013]

> Laurence Dumoulin, Sabine Saurugger « Les policy transfer studies : analyse critique et perspectives », Critique internationale, 48/3 (2010), p. 9-24

[13 février 2013]

> Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité »,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58/1 (2003), p. 7-36.

[27 février 2013]

> Discussions « hélicoïdales ».

[13 mars 2013]

> Marc Abélès, « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, 135 (1995), p. 65-85.

[27 mars 2013]

> Frédéric Sawicki, « Les politistes et le microscope », dans M. Bachir (dir.), Les méthodes au concret, Paris, PUF / CURAPP, 2000, p. 143-164 ;

> Bernard Lepetit, « Architecture, géographie, histoire : usages de l’échelle », Genèses, 13 (1993), p. 118-138.

[10 avril 2013]

> Jean-Pierre Warnier, « Pour une praxéologie de la subjectivation politique », dans J.-F. Bayart, J.-P. Warnier (dir.), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, Karthala, 2004, p. 7-31.

[24 avril 2013]

> Christian Bromberger et Dominique Chevallier, « Carrières d’objets », in eadem (dir.), Carrières d’objets : innovations et relances, Paris, Éditions la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 1-16.

[22 mai 2013]

> Baudouin Dupret, « Droit et sciences sociales. Pour une respécification praxéologique », Droit et société, 75 (2010), p. 315-335 ;

> Jean-Louis Halpérin, « Le droit et ses histoires », Droit et société, 75 (2010), p. 295-313.

Transfaire 2013-2014

Séminaire 2013-2014

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Les organisateurs  : Marc Aymes, Ségolène Débarre, Benjamin Gourisse

À partir des études exploratoires mises en œuvre depuis le lancement du séminaire, nous avons travaillé à camper quatre scénographies principales, elles-mêmes susceptibles de se subdiviser ou de s’entrelacer au gré des groupes ad hoc. Toutes ont permis, à un titre ou à un autre, de jouer d’une variation des échelles spatio-temporelles, les approches du contemporain (Balkans, Turquie, Union européenne) se mêlant aux chantiers historiques (sur l’Empire ottoman ou la Turquie républicaine). Voici une sommaire vue cavalière :

—    « Dévolution et action publique », ou comment qualifier les relations entre action publique et activités privées, par l’étude des dynamiques de croisement entre « champs » partisan, bureaucratique, économique, syndical, militaire, etc. L’accent a porté sur l’interpénétration croissante du public et du privé, d’une part ; et sur la diversification des modes de gouvernement qui s’ensuit, de l’autre. La difficulté principale est que, sous couvert d’analyse relationnelle, puisse persister le risque d’un postulat classificatoire.

—    « Étrange et merveilleux », où une large part fut accordée aux repérages lexicographiques (ainsi qu’à une discussion des mérites ou travers d’une telle analyse). Aussi, on a rappelé que la notion de différentiel spatio-temporel est au cœur de la sémantique du merveilleux : cela nourrit à la fois des épistémologies modernistes, qui pensent la merveille comme survivance d’un artéfact « primitif », et des utopies politiques, qui posent la possibilité d’un monde parallèle, donc synchrone à celui-ci.

—    « Monnaies et pratiques de monnayage » : ici, les instruments monétaires définissent un lieu critique pour la mise en question du « transfert » par le « transfaire ». Plutôt qu’à la quête des origines, on s’attache à l’ubiquité spatio-temporelle de la création monétaire, à la singularité des moments de l’appréciation, à l’épaisseur symbolique du change. Le monnayage dit aussi que tout ne relève pas du verbal : il nous somme en quelque sorte d’opter pour un matérialisme méthodologique radical, qui donne corps à un univers documentaire sui generis.

—    « Fêtes de la langue » : celles-là sont, au départ, documentées par un massif corpus d’archives, ensemble de minutes, procès-verbaux, coupures de presse et photographies d’un rituel festif et politique de la Turquie républicaine des années 1930-40. Mais que voyons-nous au juste ? Pour en décider, nous avons tâché d’identifier des acteurs, d’interroger le matériau archival en tant que matière de gouvernement, d’analyser le logos, la langue et l’agir qui y transparaissent. Pour la suite des opérations, le recours au logiciel Prospero est à l’étude.

Sur chacune de ces scènes nous avons été amenés à de nouvelles lectures ou relectures. Le programme détaillé ci-joint comprend les références en question.

 

[13 novembre 2013] Étrange et merveilleux

> Une introduction (Ségolène Débarre, Fabio Giomi)

—       Michael D. Gordin, Helen Tilley, Gyan Prakash (dir.), Utopia/Dystopia: Conditions of Historical Possibility, Princeton University Press, 2010.

—       Alexandre Popovic, Constant Hamès, « Le Rituel de la Dâ’ira ou le cercle des Djinns dans les Balkans musulmans », Journal of History of Sufism, 6, 2013, p. 71-116.

—       Laurent Mignon, « Entre quête scientifique et quête identitaire : la littérature d’anticipation turco-ottomane », Cycnos, 22(2), 2006, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=591.

> De l’ésoterisme occidental du xixe siècle au procès Ergenekon : le mythe d’Agartha, royaume souterrain qui gouverne le monde (Alexandre Toumarkine)

[27 novembre 2013] Revenir à la « décharge »

> Notre état des lieux (Élise Massicard)

—     Béatrice Hibou, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, 73, 1999 : L’État en voie de privatisation, p. 6-15.

> À propos des relations inter-champs (Benjamin Gourisse)

—     Bernard Lahire, « Champ, hors-champ, contrechamp », dans Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, 2001, p. 23-57.

[22 janvier 2014] Pratiques de monnayage

> Échanges, crédits et valeur (Marc Aymes, Yoann Morvan)

—     Viviana A. Zelizer, « “L’argent social”. Entretien avec Florence Weber » (trad. Antoine Lentacker et Étienne Ollion), Genèses, 65, 2006, p. 126-137.

—     André Orléan, « La monnaie entre économie et anthropologie », Journal des anthropologues, 84, 2001, p. 17-25.

[12 février 2014] Fêtes de la langue

> La révolution de la langue par le bas : les archives du Dil Bayramı (Emmanuel Szurek)

[26 février 2014] Matière à merveille

> « Réservoirs » et « fonctions » du merveilleux (coll.)

—     Mohamed Arkoun et al., L’étrange et le merveilleux dans l’Islam médiéval, Paris, Editions J.A., 1978.

> Histoires d’amulettes et diplomatique talismanique (Marc Aymes)

—     M. Aymes, “An Ottoman in Paris: A tale of Mediterranean coinage” (inédit)

—     Jude Hill, “The Story of the Amulet: Locating the enchantment of collections”, Journal of Material Culture, 12(1), 2007, p. 65-87.

[12 mars 2014] Effets de monnaie

> Un instrument de crédit : l’affacturage (Yoann Morvan)

> Petits billets et devises de circonstance (Marc Aymes)

[26 mars 2014] L’action publique par dévolution

> Soft Power, le cas turc (Gabrielle Angey et Yohanan Benhaïm)

—     Joseph S. Nye, “Soft Power”, Foreign Policy, 80, 1990, p. 153-171.

—     Meliha Benli Alunisik, “Turkey’s Soft Power in the Middle East”, Insight Turkey, 10(2), 2008, p. 41-54.

—     Todd Hall, “An Unclear Attraction: A Critical Examination of Soft Power as an Analytical Category”, The Chinese Journal of International Politics, 3, 2010, p. 189–211.

> Gestion du pluralisme religieux (Nathalie Clayer)

[9 avril 2014] Fêtes de la langue : suites

> échantillonnage, présentation et discussion collective de documents d’archives, par entrée géographique et thématique (coll.).

Transfaire 2014-2015

Séminaire « Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post)ottomane »

Le séminaire vise à poser les jalons d’une nouvelle approche des connexions, concomitances et interdépendances dont les espaces (post-)ottomans ont pu être partie intégrante. À l’encontre des travaux qui analysent la mise en circulation de pratiques, d’instruments, de normes et de savoirs comme étape subséquente à leur production localisée, on étudiera les instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. À la problématique du « transfert », qui se limite souvent à penser les échanges en termes de diffusion et d’importation à sens unique, nous préférerons l’analyse des modalités du transfaire, attentive aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique.

L’enjeu est donc de reconfigurer, à travers le cas de l’empire ottoman et des pays successeurs situés dans le même espace, les problèmes que pose l’analyse des dynamiques de changement des modes et des savoirs de gouvernement.

Trois axes sont privilégiés : l’étude des modalités par lesquelles s’opère la coproduction des instruments de l’action publique, l’analyse de l’élaboration et de l’usage des instruments normatifs de l’action publique, et l’observation des multiples opérations de traduction auxquelles donnent lieu les échanges.

En 2012-2013, une série de lectures avait permis de mettre en lumière, et en commun, les principaux lieux de l’enquête. En 2013-2014, ces lieux communs ont été exploités pour camper des scénographies de travail : « décharge et dévolution », « étrange et merveilleux », « monnaies et instruments de crédit », « fêtes de la langue ». Cette année, les groupes de recherche ainsi constitués viendront au séminaire présenter l’avancement de leurs travaux.

Le cadre collectif est celui du programme « Transfaire », financé par l’Agence nationale de la recherche en 2013-2015, qui associe le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques et l’Institut français d’études anatoliennes. Le séminaire se tient donc de manière synchrone à Paris et à Istanbul.

12 novembre 2014 | Qu’est-ce que le transfaire ? (Introduction par Marc Aymes, Gabriela Anouck Corte-Real et Sümbül Kaya)

26 novembre 2014  | Le monde turco-ottoman dans la globalisation scientifique et technologique (19-20e s.) : le transfaire à l’épreuve de l’histoire globale (Marie Bossaert, Ségolène Debarre, Darina Martykanova et Emmanuel Szurek)

12 décembre 2014 /!\ | Rethinking legal reforms (Aylin Besiryan, Noémi Lévy-Aksu)

14 janvier 2015 | Communs (Jean-François Pérouse, Nicolas Elias)

28 janvier 2015 | Politiques culturelles locales (Cilia Martin, Clémence Scalbert-Yücel, Jean-François Polo, Lydia  Zeghmar, Muriel Girard)

11 février 2015 | « Circulation » des concepts en histoire (Dilek Sarmis)

11 mars 2015 |  UE-Turquie (Gabriela Anouck Corte-Real,  Claire Visier, Élise Massicard, Işıl Erdinç)

25 mars 2015 | Transfaire la pluralité religieuse dans et à partir de l’espace post-ottoman » (Fabio Giomi, Nathalie Clayer).

8 avril 2015 | Les dynamiques intersectorielles de la domination politique en Turquie (Benjamin Gourisse, Işıl Erdinç et Sümbül Kaya)

13 mai 2015 | Traduire Lacan (Benoît Fliche)

27 mai 2015 | Retours à la terre (Cilia Martin, Clémence Scalbert-Yücel)

10 juin 2015 | Transturcologiques. Vers une histoire transnationale des études turques (Emmanuel Szurek, Marie Bossaert)

/!\ N.B. date modifiée : le 12 décembre est un vendredi au lieu de mercredi habituellement.

Séminaire Transfaire

 Séminaire 2014-2015

Séminaire « Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post)ottomane »

Le séminaire vise à poser les jalons d’une nouvelle approche des connexions, concomitances et interdépendances dont les espaces (post-)ottomans ont pu être partie intégrante. À l’encontre des travaux qui analysent la mise en circulation de pratiques, d’instruments, de normes et de savoirs comme étape subséquente à leur production localisée, on étudiera les instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. À la problématique du « transfert », qui se limite souvent à penser les échanges en termes de diffusion et d’importation à sens unique, nous préférerons l’analyse des modalités du transfaire, attentive aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique.

L’enjeu est donc de reconfigurer, à travers le cas de l’empire ottoman et des pays successeurs situés dans le même espace, les problèmes que pose l’analyse des dynamiques de changement des modes et des savoirs de gouvernement.

Trois axes sont privilégiés : l’étude des modalités par lesquelles s’opère la coproduction des instruments de l’action publique, l’analyse de l’élaboration et de l’usage des instruments normatifs de l’action publique, et l’observation des multiples opérations de traduction auxquelles donnent lieu les échanges.

En 2012-2013, une série de lectures avait permis de mettre en lumière, et en commun, les principaux lieux de l’enquête. En 2013-2014, ces lieux communs ont été exploités pour camper des scénographies de travail : « décharge et dévolution », « étrange et merveilleux », « monnaies et instruments de crédit », « fêtes de la langue ». Cette année, les groupes de recherche ainsi constitués viendront au séminaire présenter l’avancement de leurs travaux.

Le cadre collectif est celui du programme « Transfaire », financé par l’Agence nationale de la recherche en 2013-2015, qui associe le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques et l’Institut français d’études anatoliennes. Le séminaire se tient donc de manière synchrone à Paris et à Istanbul.

12 novembre 2014 | Qu’est-ce que le transfaire ? (Introduction par Marc Aymes, Gabriela Anouck Corte-Real et Sümbül Kaya)

26 novembre 2014  | Le monde turco-ottoman dans la globalisation scientifique et technologique (19-20e s.) : le transfaire à l’épreuve de l’histoire globale (Marie Bossaert, Ségolène Debarre, Darina Martykanova et Emmanuel Szurek)

12 décembre 2014 /!\ | Rethinking legal reforms (Aylin Besiryan, Noémi Lévy-Aksu)

14 janvier 2015 | Communs (Jean-François Pérouse, Nicolas Elias)

28 janvier 2015 | Politiques culturelles locales (Cilia Martin, Clémence Scalbert-Yücel, Jean-François Polo, Lydia  Zeghmar, Muriel Girard)

11 février 2015 | « Circulation » des concepts en histoire (Dilek Sarmis)

11 mars 2015 |  UE-Turquie (Gabriela Anouck Corte-Real,  Claire Visier, Élise Massicard, Işıl Erdinç)

25 mars 2015 | Transfaire la pluralité religieuse dans et à partir de l’espace post-ottoman » (Fabio Giomi, Nathalie Clayer).

8 avril 2015 | Les dynamiques intersectorielles de la domination politique en Turquie (Benjamin Gourisse, Işıl Erdinç et Sümbül Kaya)

13 mai 2015 | Traduire Lacan (Benoît Fliche)

27 mai 2015 | Retours à la terre (Cilia Martin, Clémence Scalbert-Yücel)

10 juin 2015 | Transturcologiques. Vers une histoire transnationale des études turques (Emmanuel Szurek, Marie Bossaert)

/!\ N.B. date modifiée : le 12 décembre est un vendredi au lieu de mercredi habituellement.

Séminaire 2013-2014

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Les organisateurs  : Marc Aymes, Ségolène Débarre, Benjamin Gourisse

À partir des études exploratoires mises en œuvre depuis le lancement du séminaire, nous avons travaillé à camper quatre scénographies principales, elles-mêmes susceptibles de se subdiviser ou de s’entrelacer au gré des groupes ad hoc. Toutes ont permis, à un titre ou à un autre, de jouer d’une variation des échelles spatio-temporelles, les approches du contemporain (Balkans, Turquie, Union européenne) se mêlant aux chantiers historiques (sur l’Empire ottoman ou la Turquie républicaine). Voici une sommaire vue cavalière :

—    « Dévolution et action publique », ou comment qualifier les relations entre action publique et activités privées, par l’étude des dynamiques de croisement entre « champs » partisan, bureaucratique, économique, syndical, militaire, etc. L’accent a porté sur l’interpénétration croissante du public et du privé, d’une part ; et sur la diversification des modes de gouvernement qui s’ensuit, de l’autre. La difficulté principale est que, sous couvert d’analyse relationnelle, puisse persister le risque d’un postulat classificatoire.

—    « Étrange et merveilleux », où une large part fut accordée aux repérages lexicographiques (ainsi qu’à une discussion des mérites ou travers d’une telle analyse). Aussi, on a rappelé que la notion de différentiel spatio-temporel est au cœur de la sémantique du merveilleux : cela nourrit à la fois des épistémologies modernistes, qui pensent la merveille comme survivance d’un artéfact « primitif », et des utopies politiques, qui posent la possibilité d’un monde parallèle, donc synchrone à celui-ci.

—    « Monnaies et pratiques de monnayage » : ici, les instruments monétaires définissent un lieu critique pour la mise en question du « transfert » par le « transfaire ». Plutôt qu’à la quête des origines, on s’attache à l’ubiquité spatio-temporelle de la création monétaire, à la singularité des moments de l’appréciation, à l’épaisseur symbolique du change. Le monnayage dit aussi que tout ne relève pas du verbal : il nous somme en quelque sorte d’opter pour un matérialisme méthodologique radical, qui donne corps à un univers documentaire sui generis.

—    « Fêtes de la langue » : celles-là sont, au départ, documentées par un massif corpus d’archives, ensemble de minutes, procès-verbaux, coupures de presse et photographies d’un rituel festif et politique de la Turquie républicaine des années 1930-40. Mais que voyons-nous au juste ? Pour en décider, nous avons tâché d’identifier des acteurs, d’interroger le matériau archival en tant que matière de gouvernement, d’analyser le logos, la langue et l’agir qui y transparaissent. Pour la suite des opérations, le recours au logiciel Prospero est à l’étude.

Sur chacune de ces scènes nous avons été amenés à de nouvelles lectures ou relectures. Le programme détaillé ci-joint comprend les références en question.

[13 novembre 2013] Étrange et merveilleux

> Une introduction (Ségolène Débarre, Fabio Giomi)

—       Michael D. Gordin, Helen Tilley, Gyan Prakash (dir.), Utopia/Dystopia: Conditions of Historical Possibility, Princeton University Press, 2010.

—       Alexandre Popovic, Constant Hamès, « Le Rituel de la Dâ’ira ou le cercle des Djinns dans les Balkans musulmans », Journal of History of Sufism, 6, 2013, p. 71-116.

—       Laurent Mignon, « Entre quête scientifique et quête identitaire : la littérature d’anticipation turco-ottomane », Cycnos, 22(2), 2006, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=591.

> De l’ésoterisme occidental du xixe siècle au procès Ergenekon : le mythe d’Agartha, royaume souterrain qui gouverne le monde (Alexandre Toumarkine)

[27 novembre 2013] Revenir à la « décharge »

> Notre état des lieux (Élise Massicard)

—     Béatrice Hibou, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, 73, 1999 : L’État en voie de privatisation, p. 6-15.

> À propos des relations inter-champs (Benjamin Gourisse)

—     Bernard Lahire, « Champ, hors-champ, contrechamp », dans Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, 2001, p. 23-57.

[22 janvier 2014] Pratiques de monnayage

> Échanges, crédits et valeur (Marc Aymes, Yoann Morvan)

—     Viviana A. Zelizer, « “L’argent social”. Entretien avec Florence Weber » (trad. Antoine Lentacker et Étienne Ollion), Genèses, 65, 2006, p. 126-137.

—     André Orléan, « La monnaie entre économie et anthropologie », Journal des anthropologues, 84, 2001, p. 17-25.

[12 février 2014] Fêtes de la langue

> La révolution de la langue par le bas : les archives du Dil Bayramı (Emmanuel Szurek)

[26 février 2014] Matière à merveille

> « Réservoirs » et « fonctions » du merveilleux (coll.)

—     Mohamed Arkoun et al., L’étrange et le merveilleux dans l’Islam médiéval, Paris, Editions J.A., 1978.

> Histoires d’amulettes et diplomatique talismanique (Marc Aymes)

—     M. Aymes, “An Ottoman in Paris: A tale of Mediterranean coinage” (inédit)

—     Jude Hill, “The Story of the Amulet: Locating the enchantment of collections”, Journal of Material Culture, 12(1), 2007, p. 65-87.

[12 mars 2014] Effets de monnaie

> Un instrument de crédit : l’affacturage (Yoann Morvan)

> Petits billets et devises de circonstance (Marc Aymes)

[26 mars 2014] L’action publique par dévolution

> Soft Power, le cas turc (Gabrielle Angey et Yohanan Benhaïm)

—     Joseph S. Nye, “Soft Power”, Foreign Policy, 80, 1990, p. 153-171.

—     Meliha Benli Alunisik, “Turkey’s Soft Power in the Middle East”, Insight Turkey, 10(2), 2008, p. 41-54.

—     Todd Hall, “An Unclear Attraction: A Critical Examination of Soft Power as an Analytical Category”, The Chinese Journal of International Politics, 3, 2010, p. 189–211.

> Gestion du pluralisme religieux (Nathalie Clayer)

[9 avril 2014] Fêtes de la langue : suites

> échantillonnage, présentation et discussion collective de documents d’archives, par entrée géographique et thématique (coll.).

Séminaire 2012-2013

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Marc Aymes, Nicolas Camélio, Benjamin Gourisse, Emmanuel Szurek

Le séminaire est articulé au programme ANR TRANSFAIRE, « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane » (2013-2015). Un séminaire parallèle a lieu, de manière synchrone, à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul. Pour cette première année du séminaire, l’équipe organisatrice a désiré consacrer le programme à l’étude de textes et de travaux portant sur la circulation, dans l’espace et dans le temps, d’idées, d’objets et d’instruments de gouvernement. Il s’agissait, ce faisant, d’identifier et de discuter les principales questions méthodologiques et théoriques à débattre dans le cadre du programme de recherche.

Deux objectifs ont donc été poursuivis : pour l’équipe de TRANSFAIRE, il s’agissait de mener une réflexion commune autour des notions et des concepts mobilisés dans les opérations de recherches individuelles et collectives lancées début 2013 ; par ailleurs, le programme du séminaire a offert aux participants non membres de TRANSFAIRE un panorama des principaux outils théoriques et méthodologiques existants pour analyser les circulations inter- et transnationales. Les organisateurs ont veillé à proposer un programme interdisciplinaire – les textes étudiés relevaient de l’histoire, de la science politique, de la sociologie, et de l’anthropologie – autour de travaux articulant théorie et empirie.

Nous avons ainsi consacré une série de séances à l’histoire croisée, à ses méthodes et à ses apports [Werner et Zimmermann] ; à l’histoire-monde et à ses analyses des mondialisations [Boucheron, Hourani] ; à l’asymétrie des relations internationales et aux stratégies de domination mises en œuvre par les Etats et les groupes dans les arènes inter- et transnationales [Dezalay et Garth] ; à l’analyse critique de l’anthropologie des institutions [Abélès] et des policy transfer studies [Dumoulin et Saurugger] ; aux questions portant sur les échelles de l’analyse [Sawicki, Lepetit], mais également à la praxéologie [Warnier] en rapport avec les objets matériels [Bromberger et Chevallier] ou normatifs [Dupret, Halpérin].

[14 novembre 2012]

> M. Aymes, B. Gourisse, « Matières à transfaire », texte programmatique du projet Transfaire.

[28 novembre 2012]

> Patrick Boucheron, « Introduction – Les boucles du monde : contours du XVe siècle », dans idem (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 9-30.

[12 décembre 2012]

> Albert Hourani, « The Changing Face of the Fertile Crescent in the XVIIIth Century », Studia Islamica, 8 (1957), p. 89-122.

[9 janvier 2013]

> Yves Dezalay, Bryant G. Garth, « L’impérialisme moral. Les juristes et l’impérialisme américain (Philippines, Indonésie) », Actes de la recherche en sciences sociales, 171-172 (2008), p. 40-55.

[23 janvier 2013]

> Laurence Dumoulin, Sabine Saurugger « Les policy transfer studies : analyse critique et perspectives », Critique internationale, 48/3 (2010), p. 9-24

[13 février 2013]

> Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité »,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58/1 (2003), p. 7-36.

[27 février 2013]

> Discussions « hélicoïdales ».

[13 mars 2013]

> Marc Abélès, « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, 135 (1995), p. 65-85.

[27 mars 2013]

> Frédéric Sawicki, « Les politistes et le microscope », dans M. Bachir (dir.), Les méthodes au concret, Paris, PUF / CURAPP, 2000, p. 143-164 ;

> Bernard Lepetit, « Architecture, géographie, histoire : usages de l’échelle », Genèses, 13 (1993), p. 118-138.

[10 avril 2013]

> Jean-Pierre Warnier, « Pour une praxéologie de la subjectivation politique », dans J.-F. Bayart, J.-P. Warnier (dir.), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, Karthala, 2004, p. 7-31.

[24 avril 2013]

> Christian Bromberger et Dominique Chevallier, « Carrières d’objets », in eadem (dir.), Carrières d’objets : innovations et relances, Paris, Éditions la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 1-16.

[22 mai 2013]

> Baudouin Dupret, « Droit et sciences sociales. Pour une respécification praxéologique », Droit et société, 75 (2010), p. 315-335 ;

> Jean-Louis Halpérin, « Le droit et ses histoires », Droit et société, 75 (2010), p. 295-313.