Archives de catégorie : Dynamiques multisectorielles

Les dynamiques multisectorielles de la domination politique en Turquie

Les dynamiques multisectorielles de la domination politique en Turquie (Benjamin Gourisse, Sümbül, Isil Erdinç)

Notre objectif est de créer un espace de travail et d’échanges entre des jeunes chercheurs travaillant sur la Turquie dans une perspective de sciences sociales. Il vise plus précisément à initier une réflexion collective autour d’une problématique relative à la multisectorialité ordinaire (ou routinière) des jeux sociaux, appliquée au cas turc.

Cette démarche résulte d’une mise en commun de résultats obtenus par chacun des organisateurs du séminaire sur leurs terrains respectifs. Nous avons effet ont tous été amenés à observer des processus d’imbrication de logiques sectorielles (étatiques et partisanes, syndicales et politiques, militaires et associatives, économiques, identitaires et politiques) qui nous encouragent aujourd’hui à penser la structuration du monde social en termes d’interpénétration sectorielle.

Le thème central qui nous servira de fil conducteur sera donc celui des relations inter-champs et de leur rôle dans les stratégies de conquête, de pérennisation et de contestation des positions de pouvoir et d’accumulation. Il s’agira ainsi interroger les dynamiques intersectorielles de la domination politique en Turquie. Nous privilégierons alors une approche multisectorielle (ou multi-champs) attentive à la complexité des configurations observables, et veillerons à analyser la constitution et la structuration des champs sociaux pensés non seulement les uns par rapport aux autres, mais également les uns à travers les autres, en termes de relations, d’interactions et de circulation.

Nous avons dégagé trois axes :

– Différenciation et dédifférenciation des secteurs sociaux : Le système politique turc s’est construit sur une non-sectorisation du jeu politique et une non-autonomisation des arènes étatiques. Ainsi, les logiques partisanes et bureaucratiques s’entremêlent pour conférer aux partis au pouvoir des possibilités de se renforcer dans l’Etat et empêcher l’alternance sans même avoir à remettre en cause l’élection comme mode de sélection des gouvernants. Cet axe vise donc à analyser concrètement comment se font et se défont les liens collusifs liants personnel politique et administratif, mais également comment ces positions dans l’Etat permettent aux partis de mettre en ordre le social en intervenant dans les rapports de force de secteurs sociaux stratégiques (on pense notamment aux secteurs économique, syndical et militaire).

– Transformation des modes d’administration et de gouvernement : l’accumulation primitive du capital en Turquie républicaine s’est réalisée par les intermédiations entre cadres du parti unique et entrepreneurs choisis pour leur conformité au modèle sociopolitique vanté par les kémalistes. S’est ainsi constituée une bourgeoisie captive, dont les succès dépendaient directement des contrats de sous-traitance accordés par la puissance publique, dans un contexte d’économie dirigée. Les réformes initiées depuis les années 1980 et intensifiées depuis le début des années 2000 (parfois désignées de néolibérales) changent les modalités de contrôle et de redistribution des ressources (privatisations, contrats de délégation, institutions au statut hybride public/privé, extraversion de l’économie, etc.). Cet axe vise donc à analyser les modes d’agrégation des réseaux politico-économiques, ainsi que les opportunités et contraintes nouvelles que portent les réformes.

– Les dynamiques des mobilisations et de la contestation : cet axe vise à étudier les modalités de la contestation de l’ordre politique et social. On analysera les arènes (locales et transnationales notamment), les acteurs (armée, organisations patronales, syndicats, partis politiques et groupes confessionnels) et les ressources (organisationnelles, économiques mais également identitaires avec la mobilisation de biens symboliques kurdistes ou islamo-conservateurs) de la contestation du pouvoir.