Archives de catégorie : Projets de recherche

Les dynamiques multisectorielles de la domination politique en Turquie

Les dynamiques multisectorielles de la domination politique en Turquie (Benjamin Gourisse, Sümbül, Isil Erdinç)

Notre objectif est de créer un espace de travail et d’échanges entre des jeunes chercheurs travaillant sur la Turquie dans une perspective de sciences sociales. Il vise plus précisément à initier une réflexion collective autour d’une problématique relative à la multisectorialité ordinaire (ou routinière) des jeux sociaux, appliquée au cas turc.

Cette démarche résulte d’une mise en commun de résultats obtenus par chacun des organisateurs du séminaire sur leurs terrains respectifs. Nous avons effet ont tous été amenés à observer des processus d’imbrication de logiques sectorielles (étatiques et partisanes, syndicales et politiques, militaires et associatives, économiques, identitaires et politiques) qui nous encouragent aujourd’hui à penser la structuration du monde social en termes d’interpénétration sectorielle.

Le thème central qui nous servira de fil conducteur sera donc celui des relations inter-champs et de leur rôle dans les stratégies de conquête, de pérennisation et de contestation des positions de pouvoir et d’accumulation. Il s’agira ainsi interroger les dynamiques intersectorielles de la domination politique en Turquie. Nous privilégierons alors une approche multisectorielle (ou multi-champs) attentive à la complexité des configurations observables, et veillerons à analyser la constitution et la structuration des champs sociaux pensés non seulement les uns par rapport aux autres, mais également les uns à travers les autres, en termes de relations, d’interactions et de circulation.

Nous avons dégagé trois axes :

– Différenciation et dédifférenciation des secteurs sociaux : Le système politique turc s’est construit sur une non-sectorisation du jeu politique et une non-autonomisation des arènes étatiques. Ainsi, les logiques partisanes et bureaucratiques s’entremêlent pour conférer aux partis au pouvoir des possibilités de se renforcer dans l’Etat et empêcher l’alternance sans même avoir à remettre en cause l’élection comme mode de sélection des gouvernants. Cet axe vise donc à analyser concrètement comment se font et se défont les liens collusifs liants personnel politique et administratif, mais également comment ces positions dans l’Etat permettent aux partis de mettre en ordre le social en intervenant dans les rapports de force de secteurs sociaux stratégiques (on pense notamment aux secteurs économique, syndical et militaire).

– Transformation des modes d’administration et de gouvernement : l’accumulation primitive du capital en Turquie républicaine s’est réalisée par les intermédiations entre cadres du parti unique et entrepreneurs choisis pour leur conformité au modèle sociopolitique vanté par les kémalistes. S’est ainsi constituée une bourgeoisie captive, dont les succès dépendaient directement des contrats de sous-traitance accordés par la puissance publique, dans un contexte d’économie dirigée. Les réformes initiées depuis les années 1980 et intensifiées depuis le début des années 2000 (parfois désignées de néolibérales) changent les modalités de contrôle et de redistribution des ressources (privatisations, contrats de délégation, institutions au statut hybride public/privé, extraversion de l’économie, etc.). Cet axe vise donc à analyser les modes d’agrégation des réseaux politico-économiques, ainsi que les opportunités et contraintes nouvelles que portent les réformes.

– Les dynamiques des mobilisations et de la contestation : cet axe vise à étudier les modalités de la contestation de l’ordre politique et social. On analysera les arènes (locales et transnationales notamment), les acteurs (armée, organisations patronales, syndicats, partis politiques et groupes confessionnels) et les ressources (organisationnelles, économiques mais également identitaires avec la mobilisation de biens symboliques kurdistes ou islamo-conservateurs) de la contestation du pouvoir.

Transfaires impériaux : Turquie, Russie

 Transfaires impériaux : Turquie, Russie

Par O. Bouquet,  Pr Université Paris Diderot, Le 26 mars 2015

Université Paris Diderot, 15 avril 2015
Co-organisateurs : CESSMA, ICT, ANR TRANSFAIRE

logo transfaire

Depuis bientôt trois ans, l’ANR TRANSFAIRE dessine les cadres d’observation de connexions et d’interdépendances post-impériales, dans la continuité d’approches pluridisciplinaires envisagées dans une précédente ANR, TRANSTUR . Animée principalement par des spécialistes du monde turc, l’ANR se veut néanmoins autonome vis-à-vis de l’aire culturelle dont a priori elle relèverait : le projet (consultable sur le site de l’ANR) entend éclairer « une période de transformation des équilibres régionaux dans lesquels sont pris les pays de l’espace post-ottoman » . L’objectif de la journée est d’envisager cet espace en relation avec un autre (le monde russe) auquel il est en partie lié, afin d’ouvrir un forme de « dialogue eurasien » selon des formes comparables à celles qui sont actuellement entreprises, notamment à l’occasion des commémorations de la Grande guerre. Il s’agit d’esquisser une réflexion ciblée autour de la problématique suivante : comment aborder les espaces temps d’une globalisation à travers l’étude des stratégies de captation des héritages impériaux déployées par les systèmes politiques actuels ? Pareille approche recoupe, mais selon des logiques différentes, les thématiques du laboratoire où se tiendra la journée d’étude, à savoir le CESSMA. À l’échelle des sociétés contemporaines d’Afrique, d’Amérique et d’Asie, il offre l’intérêt d’opérer un déplacement de focale vers d’autres sous-ensembles régionaux : la Turquie, souvent décrite par les observateurs européens comme un pays d’Orient, est davantage abordée au CESSMA comme un « Nord du Sud » en développement.
La journée promet d’être dense, car les intervenants disposeront d’objets multiples, de sujets comparables, de terrains communs, de marges, de frontières et de fronts, d’aires terrestres (le Caucase et ses fronts ouverts, la Guerre de 1914, le Génocide arménien de 1915) et d’aires liquides : la mer Noire, à envisager ou non comme un alter ego – dans plusieurs langues et sur une belle longue durée, la Méditerranée est une « mer Blanche ». Aucun terrain d’étude n’est exclu, à condition toutefois d’envisager une réflexion commune autour de la pluralité des espaces temps. L’opération fut déjà essayée il y a quelques années à l’occasion d’un séminaire consacré aux comparaisons impériales . Elle continue d’être périlleuse : histoires russe et ottomane ne sont souvent connectées que par les représentations qui en sont forgées. En vérité, elles semblent obéir à des logiques certes parallèles au XIXe (l’autocratisation du régime, la modernisation des institutions), comme au XXe siècle (la table rase révolutionnaire, puis la reconversion des élites impériales), mais sans influence l’une sur l’autre, alors même que les ressemblances impériales semblent aller de soi. Proximité géographique, revendication d’un héritage romain, constance de la rivalité géopolitique sont quelques uns des thèmes qui incitent a priori les chercheurs à présupposer chez les Russes et les Turcs la poursuite d’expériences historiques communes et de productions normatives similaires. Pourtant – et c’est là où les approches comparées envisagées au CESSMA ont leur utilité –, les « bons comparables » (M. Détienne) ne sont pas là où on croit les trouver : pour ne prendre qu’un exemple, un administrateur territorial ottoman ressemble à bien des égards davantage à un fonctionnaire brésilien qu’à un employé russe – au cours de la journée, nous souhaiterions inviter un spécialiste de l’Amérique latine évoquer avec nous les illusions de la proximité cultivées au sein des area studies.
Une autre possibilité consiste à chercher aux mêmes sources des modèles comparables : on dira ainsi que si les Russes et les Turcs avaient appris le français, c’est qu’ils avaient « découvert » (je reprends une expression phénoménologique employée par plusieurs ottomanistes) la France, et que la France s’était chargée à travers eux de se faire « traduire l’Asie ». Partant, on identifiera les supports et les vecteurs des modes d’acquisition de savoirs et de disciplines. On insistera sur le rôle des nobles (hérédité, service, propriété) ou des personnalités notables (la Turquie ne reconnaissait pas les aristocraties mais produisait des noblesses) . On sera prêt à esquisser une histoire comparée des transferts culturels qui finira bien par produire quelques fruits. Le risque étant d’éluder une fois de plus la question de la synchronisation des changements, comme si les déphasages allaient toujours de soi : on expliquera ainsi que les Ottomans avaient du retard sur les Russes dans l’apprentissage du français aussi aisément qu’on soulignera le niveau constamment inégal de leurs degrés respectifs de maîtrise. Les Russes en ressortiront comme d’inégalables born to speak French elites et les Turcs seront ramenés à leur incapacité à parler naturellement (ce qui passe pour naturellement naturel étant bien souvent culturellement naturel), une langue reflet permanent de l’alliance (contre-nature justement) nouée, depuis François 1er et Soliman le magnifique, avec les « infidèles infernaux » (Barberousse). Même si, en fin de parcours, on aura reproduit les travers déjà identifiés pour n’envisager qu’une histoire comparée de faible portée, on se consolera avec l’idée que « la culture a pour tâche de déconnecter les espaces et de les reconnecter » . Au pire, on se sera un peu cultivé à essayer de faire l’inverse. Au moins aura-t-on inscrit deux mondes (et qui sait, peut-être un troisième, caucasien par exemple, entre les deux ou en leur sein) dans les domaines aréaux du CESSMA autant que dans l’ère de la globalisation scientifique et technologique des contemporanéités post-ottomanes de TRANSFAIRE . En revanche, si la journée est fructueuse, pourquoi ne pas envisager, à l’occasion d’une autre rencontre, un mode opératoire complémentaire, par exemple des interventions à deux voix (le tsar et le sultan ; le noble et le kul ; 2e et 3e Rome ; millet et sloslovie…) dans la perspective de publications ?
Pour l’heure, je suggérerais d’axer la rencontre autour de ce qui rassemble déjà les participants de TRANSFAIRE : l’étude des « instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. À la problématique du « transfert », qui présume de domaines censément « propres » à chacune des régions concernées, et dessine une marqueterie d’aires incommensurables, notre questionnement substitue une approche des modalités du transfaire, attentive aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique » . Commençons déjà par nous adosser aux études récentes consacrées aux circulations révolutionnaires contemporaines. Tâchons d’identifier des groupes qui auraient fait un usage propre ou en propre des instruments particuliers, les langues bien sûr, mais également diverses mises en forme de soi. Portons le regard sur des minorités caractérisées par un décalage (croissant, sans doute) entre la réduction de marges de manœuvre dont elles disposaient et la portée effective de transfaires opérés, au-delà des seuls domaines impériaux. On insistera sur des groupes clairement identifiés (Arméniens et Tatars notamment). On pourra évoquer les minorités chez l’autre, des Russes blancs, ou chez soi, les Turcs blancs. Le mieux étant bien sûr de ne pas institutionnaliser les communautés plus qu’elles ne l’étaient (un débat existe chez les ottomanistes sur le bon usage de la notion de millet), et de chercher calmement ses mots, tout en identifiant des pratiques qui mènent aux mots. Le mieux étant également de voir une figure institutionnelle comme une figure d’un autre. Nous l’avons fait un peu par hasard, avec Z. Gasimov qui nous fait l’amitié de participer à la journée, lors d’un échange sur un sujet que je livre ici comme exemple de papier à proposer.
Prenons un homme décrit comme le plus grand historien vivant de Turquie, qui l’est de plus en plus au fil des ans qui le mène vers le centenaire, et voyons le comme autre chose que comme un historien. Voyons-le comme un jeune (mais pas comme un jeune Staline, suivez mon regard, ou comme un jeune Atatürk, suivez-en un autre), comme un jeune Tatar. On oublie donc que perce déjà le grand historien (même si c’est le cas, mais bien malin qui le prouvera) sous Halil Inalcik, et on l’étudie en tant qu’être de langue et de savoir. On ne réfléchit pas au transfert culturel : il étudie les sciences politiques aux Etats-Unis dans les années 1950, donc il devient historien ouvert aux sciences politiques ; il enseigne à Chicago à partir de 1974, donc il devient historien capable d’écrire en anglais, et ainsi de suite. On réfléchit au transfaire impérial d’un homme né en 1916, âgé de 12 ans quand il lui faut changer d’alphabet, après avoir appris une langue qui n’était pas celle de son milieu familial. Prenons ensuite un autre historien, d’une autre génération, né en 1947, également Tatar d’origine : Ilber Ortayli. Sa langue maternelle est le russe. Il la parle encore aujourd’hui, mais aux dires d’amis russisants, un peu comme le font les enfants, comme l’enfant que d’une certaine manière il est resté. Il parle l’allemand autrement, comme la langue qu’il a apprise en classe, au lycée allemand d’Istanbul. Il parle plusieurs autres langues, mais un peu comme un vieil oncle askhénaze, toutes en yiddish.
Ces deux historiens sont aujourd’hui inscrits dans la trame d’une post-globalisation impériale – voici leurs notices wikipedia . Mais ils ont un rapport à l’impérialité qui, sans être le produit de décisions kémalistes pour l’un, ou d’ouvertures démocratiques des années 1950 pour l’autre, varie selon leur capacité à transfaire, sous la République, un air (venu) d’ailleurs. Ils sont marqués au coin d’une historicité croisée différentielle. C’est un sujet d’étude que je voudrais aborder dans la journée, et que je cite comme exemple à l’usage des intervenants. Mais toute option est possible, entre ceux qui voudraient « ne pas faire de vagues (…) et travaille[r] petit [afin que] ça rapporte gros » , et ceux qui n’hésiteraient pas à reprendre, en fin de cycle, une part d’impériologie comparée (la Question d’Orient, le Califat….). L’important est de proposer un papier en liaison avec les thématiques évoquées plus haut :
• Histoire croisée différentielle
• Connexions et interdépendances post-impériales
• Aires terrestres et liquides, fronts et frontières
• Expériences historiques parallèles déconnectées
• Transfaires des savoirs et mises en forme de soi
• Instruments techniques et symboliques
• Traductions
• Minorités post-impériales
• « Épreuves de noblesse »
• Figures institutionnelles, figures des autres

La journée aura lieu le 15 avril à l’Université Paris 7, site Olympe de Gouges. Elle s’organisera en trois sessions sessions. Chaque participant sera aussi discutant d’un des papiers présentés. Chacun des papiers devra être envoyé quinze jours avant la date de la journée. Au terme de la journée, les intervenants réfléchiront au cadre à envisager pour une publication des papiers.

O. Bouquet

Pour télécharger l’argumentaire : Transfaires_Russie_Turquie

Elargissement de l’UE à la Turquie

Du TRANSFERT au TRANSFAIRE : repenser l’élargissement de l’UE à la Turquie ( 1/11/14)

par Claire Visier.

Dans le cadre de différents projets, individuels ou collectifs et en lien avec les problématiques de l’ANR transfaire, plusieurs chercheurs et chercheurs associés de l’IFEA traitent de la relation de la Turquie à l’Union européenne.

Dans une perspective un peu différente de celle qui est généralement adoptée par les travaux portant sur l’élargissement de l’UE à la Turquie, ces recherches s’intéressent à la fois à la fabrique de l’élargissement et à ce que fabrique l’élargissement à partir d’une collection d’études situées, portant sur différents enjeux de l’élargissement. On peut considérer que ces travaux  tentent de réfléchir non plus en termes de transfert mais de transfaire.

La perspective généralement adoptée dans les travaux sur l’UE et la Turquie, reposent  sur ce que nous considérons être une fiction, celle de « la politique de l’élargissement », construite comme un objet unidirectionnel et unidimensionnel. Selon cette acception, la politique d’élargissement serait pensée et produite par l’UE, puis mise en œuvre en direction des différents pays candidats (au travers des négociations pour l’adhésion), avec des réceptions spécifiques d’un pays à l’autre (mesurée par l’ampleur des réformes mises en œuvre et par le niveau d’alignement sur l’acquis européen). On retrouve là un biais courant dans les études européennes, issu des relations internationales, celui du « two level game »  ( Putman, 1988) qui conçoit le système européen comme la superposition hiérarchisée de niveaux de gouvernement ; le niveau communautaire supranational, venant se superposer et le cas échéant s’imposer au niveau national. Toujours selon cette fiction, la politique d’élargissement est pensée à partir d’un schéma à la fois en termes d’exigences du « système émetteur », et de réponse du « système client », d’exportation de normes par le système émetteur et d’importation de ces normes par le pays récepteur.

Afin d’échapper à cette fiction, il nous semble important de ne pas construire la relation Turquie/UE à partir de la seule scène politico-diplomatique des négociations pour l’élargissement, mais au contraire de repérer, caractériser et analyser chacune des scènes où est produite l’action publique (ou plutôt les actions publiques) qui met(tent) en jeu l’élargissement, voire plus généralement un rapport à l’UE. Par « scènes » nous entendons des configurations d’acteurs, interdépendants et contraints par des règles qui les lient mais dont le jeu est dynamique et en constante évolution (Elias). L’idée de scène nous permet de mieux situer l’action en nous obligeant à tenter pour chaque scène, d’en décrire le décor, de circonscrire les acteurs en présence et les enjeux qui les relient. Il est a priori possible de dénommer certaines de ces scènes, selon un schéma classique de la production de l’action publique : la scène communautaire où est fabriquée la politique d’élargissement ; la scène internationale où sont élaborés nombre de modèles de politique publique ; la scène transnationale de mise en réseau d’institutions, d’organisations et/ou d’individus ; la scène diplomatique des négociations pour l’élargissement ; la scène politique interne où s’élabore les réformes ; les scènes sectorielles où s’appliquent les réformes ; la scène médiatique ; la scène de l’opinion publique).  Il importe de ne pas poser  a priori ces scènes mais plutôt de les repérer et de les définir en fonction des thématiques étudiées. Ces thématiques peuvent être multiples et aller de :

– la fabrication d’un « modèle » d’action publique (le ‘dialogue social’ ; ‘la carte verte’ ; ‘le contrôle démocratique des forces armées’ ; ‘l’action par projet’ ; ‘la consultation’…) ;

– la production de la politique de pré-adhésion  (sa définition par les instances communautaires ; sa mise en œuvre au niveau politico-diplomatique international ; la production de la politique de pré-adhésion au niveau national)

– la mise en œuvre d’un instrument d’action publique (‘l’outil financier d’assistance à l’adhésion’ ; ‘la carte verte’ …) ;

– les réformes dans tel ou tel secteur (le secteur syndical et des droits sociaux, la politique régionale…) ;

– la création de nouvelles institutions (agences de développement…)

Il s’agit alors de considérer l’élargissement et ses effets non pas au travers d’un processus linéaire, parti de Bruxelles, qui viendrait produire ou modeler ces différentes thématique, mais à l’inverse comme le résultat de circulations et parfois d’articulations entre les différentes scènes qui entrent en jeu pour chacune des thématiques étudiées.

  1. LE TRANSFERT

Les travaux sur « la politique d’élargissement » se sont multipliés à la faveur de l’expérience du processus qui a mené à l’entrée de 10+2+1 nouveaux pays dans l’UE. Avec les Pays de l’Europe Centrale et Orientale (PECO), pour la première fois l’UE s’ouvrait de façon concomitante à un nombre important de pays dont le développement économique et politique était pour la plupart aussi éloigné de celui des pays membres de l’Union européenne.  Afin d’aider les PECO à relever le défis de l’élargissement, pour la première fois dans l’histoire des élargissements de l’europe commuanautaire était mise en place une politique de pré-adhésion (Tulmets). Dans ce cadre, les analyses se sont avant tout intéressées à la capacité de l’Union européenne à pouvoir influencer la reprise par des PECO de normes ou pratiques européennes. Marquées par une vision top-down, elles ont repris sur le plan scientifique des concepts en usage (tels que ‘l’acquis’, ‘l’alignement’, ‘la conditionnalité’). Ensuite élargies aux autres pays candidats, elles portent la marque du contexte de leur production. Se focalisant sur la variable européenne, elles construisent l’objet élargissement à partir d’une chronologie européenne et d’un référent européen (l’adhésion comme horizon) et finalement d’un questionnement qui est celui des acteurs étudiés : la capacité européenne à opérer un transfert de ses normes et de ses pratiques ?

Le ralentissement du processus d’élargissement, pas spécifique à la Turquie mais particulièrement patent dans ce cas, a pu pour effet de réorienter les questions de recherche, en particulier sur le rôle des acteurs domestiques dans les réformes qui font  références à l’Union européenne et/ou à ses standards. Malgré l’évolution du questionnement, ces études ont toutefois continué à surestimer la variable européenne comme « modèle » et comme horizon à atteindre. En demeurant dans une optique d’évaluation du transfert des standards européens, de son succès ou de son échec, de sa réalité ou de son instrumentalisation, elles passent ainsi à côté d’une étude plus fine et large de ce que produit en Turquie aujourd’hui l’enjeu de l’élargissement.

 1.     Caractériser et mesurer la capacité d’influence de l’UE

– Une focalisation sur la chronologie de la relation UE/pays candidat.

La relation Turquie/Europe a pendant longtemps était délaissée en Turquie par les politistes, plus intéressés par les questions de politique internes (Müftüler Baç, 2003), elle a été étudiée par les juristes et les internationalistees avant tout au travers d’une mise en avant de la chronologie des relations institutionnelles et d’une description de ces relations.

Le renouveau des études concernant la relation Turquie/UE est venu des études portant sur l’Européanisation. D’abord focalisées sur les pays membres (Ladrech 1994, Radaelli 2002), les problématiques de l’européanisation se sont ensuite étendues aux pays voisin de l’UE (Grabbe 2002). Tandis que l’acceptation de la candidature de la Turquie (1999) puis la perspective de l’ouverture des négociations a eu pour effet une multiplication du nombre d’ouvrage consacré à la relation Turquie/UE, l’ancrage dans les études européennes, a renforcé une lecture à partir de la chronologie des relations institutionnelles avec l’Union européenne. De même que pour le reste des études sur l’européanisation, la variable européenne, considérée comme indépendante, est largement surestimée (Visier, 2009)[1].

Les études comparatives avec les PECO sont restées assez limitées ; toutefois, les travaux de Frank Schimmelfennig, Ulrich Sedelmeier et leur importante diffusion[2], ont permis l’unification des travaux portant sur l’élargissement à partir d’une lecture théorique spécifique, celle des effets de la conditionnalité européenne. Reprenant l’idée de conditionnalité forgée par les acteurs des politiques d’aides internationales, les auteurs ont ainsi porté leur attention sur les conditions de réussite du transfert des normes et standards européens dans les pays candidats, en se focalisant sur les mécanismes et les effets de la stratégie de conditionnalité. Le modèle de l’« external incentive » décrit par les auteurs a connu un vif succès et s’est largement imposé comme cadre des analyses portant sur l’élargissement à la Turquie au dépend d’autres types d’analyses largement développées dans les études sur l’européanisation, telles que la socialisation ou le social learning (Schimmelfenning in Graziano, 2008).

Ce modèle se focalise sur les négociations diplomatiques, scène sur laquelle la conditionnalité est mise en œuvre , ce faisant il perpétue la domination de la chronologie des relations institutionnelles entre la Turquie et l’UE. Cherchant à repérer les modes alternatifs de gouvernance basés sur des relations non-hiérarchiques et impliquant des acteurs privés qui peuvent assurer la reprise et l’adaptation de l’acquis, une équipe de chercheurs sous la conduite de T. Börzel (2005) conclut à la très faible existence de ces modes alternatifs de gouvernance « The absence or weakness of the shadow of hierarchy may at least partly explain why the literature has found little evidence on the use of new modes of governance in the accession process ». Elle précise cependant plus loin : « Before we engage in any further theorizing about the role of new modes of governance in the accession process, we require more empirical knowledge on the ways in which the accession have sought to build-up the institutions that shall make EU policies work on the grounds.». D’autres auteurs ont critiqué une telle focalisation sur le processus institutionnel (Georgiadis, 2005) ; ainsi H. Grabbe (2001) insiste bien sur les limites de l’influence des instruments européens d’une part parce que « EU demands on [candidate countries] are not just a set of conditions to receive defined benefits, but an evolving process that is highly politicised on both sides ».

–       Une vision top down des mécanismes de l’élargissement

Les analyses portant sur la conditionnalité (mais on peut considérer qu’il en est de même avec les analyse portant sur le social learning), considèrent la politique d’élargissement selon un schéma que l’on retrouve également dans les policy transfer studies ((Dolowitz, Marsh 2000…). Il s’agit d’un schéma directionnel, qui part d’un point A, émetteur (l’UE) vers un point B, le récepteur (le pays candidat). L’Union européenne, détient un patrimoine de règles, plus ou moins contraignantes – soft/hard – l’acquis, définis a priori. Au travers de la politique d’élargissement elle exige de la part de l’Etat candidat un transfert de ces règles. Pour ce, elle élabore des conditions qui visent à influencer les réformes et à avancer dans le processus d’élargissement. Face à ces conditions, l’Etat candidat répond. Pour analyser la réponse de l’Etat, le modèle prend en compte, les caractéristiques du modèle transféré (à la fois sa malléabilité mais aussi sa cohérence), l’Etat du secteur soumis à la réforme (en particulier l’existence ou non de « veto players » et la dépendance au sentier), mais insiste particulièrement sur l’efficience de la conditionnalité, c’est-à-dire sur la capacité de l’UE à proposer des gratifications satisfaisantes pour pousser à la réforme et sur le calcul rationnel des coût/avantages des acteurs qui impulsent les réformes (en particulier le gouvernement).

  L’action des acteurs domestiques est traitée suivant la logique de la réponse à ce qui est forcément perçu comme une demande, qui plus est exogène (dans ce cas européenne). Les auteurs du modèle rationnel mettent à jour deux types d’impact de la conditionnalité : un impact top-down qui passe au travers des négociations intergouvernementales -l’Etat candidat calculant les bénéfices (au niveau international) et les coûts (au niveau domestique) de la condition- ainsi qu’un impact bottom up au travers de l’intérêt que différents acteurs nationaux peuvent avoir dans le fait que la condition soit ou non remplies. Mais dans un cas comme dans l’autre, on reste dans une logique descendante : la règle et la condition sont définies à Bruxelles, le choix et la capacité de remplir la condition sont le fait des acteurs nationaux[3]. Les acteurs sont toujours considérés comme des médiateurs (facilitateurs ou au contraire véto Player) de l’UE et non comme de potentiels créateur de l’UE (Kaliber, 2013). Penser le rôle de l’Etat candidat uniquement en termes de réponse aux exigences européennes empêche également d’appréhender, au-delà de la claire relation dissymétrique entre l’UE et les pays candidats, comment et jusqu’où se joue la participation de l’Etat candidat à la conception de la méthodologie de l’élargissement et de la politique de pré-adhésion.

            Le comportement des acteurs nationaux est étudié à partir de leur perception rationnelle de l’UE comme structure d’opportunité leur offrant des ressources légales et politique pour exercer leur influence et contraindre leurs potentiels opposants (Borzel, 2002). Alors que de nombreuses études s’intéressent à l’évolution de l’opinion publique Turque sur l’Union européenne et démontrent l’importance des variations (Carkaoglu, Yilmaz), la question des représentations et de leur variation n’est pas prise en compte. De même les comportements des acteurs  sont généralement considérés d’un point de vue statique, ie rapporté à la mesure d’un moment M et rarement considéré dans leur historicité.

– une conception binaire et uni-dimentionnelle de l’élargissement comme transfert de normes et standards européens

Malgré l’existence de travaux sur « l’acquis européen » (Cecile,…), les études portant sur l’élargissement s’intéressent assez rarement à la production de ce qui est posé comme « normes » ou « standards » européens. Le modèle européen est en quelque sorte pris pour acquis, réifié, perçu comme consistant et stabilisé (Delpeuch 2008, Hassenteufel, De Maillard 2013 ; Visier, 2013). C’est à l’aune de ce « modèle » européen, considéré comme un étalon de mesure que sont étudiées les transformations dans les pays candidats, et jugées  au travers de leur plus ou moins grande distance au « modèle européen ». Il est sur ce point intéressant de noter que les études en terme de « path dependency » consacrées à l’élargissement, insistent sur l’importance du national (local), mais pour finalement en conclure à une plus ou moins grande distorsion avec un « modèle européen »[4].

Cette non analyse des modèles est d’autant plus rendue possible que l’étude de la politique européenne de pré-adhésion échappe encore à une sociologie de l’action publique , qui s’est pourtant développée dans d’autres secteur des politiques européennes (Hassenteufel, Surel, 2000). Au travers de l’analyse de l’ensemble des acteurs parties-prenantes au policy-making, un telle approche permet de repérer les différents enjeux de la politique et de  mieux cerner son contenu au-delà des objectifs qui lui sont assignés par le récit de politique publique (narrative)[5].

Le ralentissement des négociations en Turquie et l’éloignement de l’horizon européen, ont eu des effets contrastés d’un secteur de politique publique à l’autre, affectant plus ou moins les réformes en cours ou à venir. Si la conditionnalité est un facteur important pour saisir le processus de réformes en Turquie, elle n’est en aucun cas le seul plus comme déterminante.

2- Les usages de l’Europe par les acteurs domestiques

Le constat de l’existence de décalage entre la chronologie UE/Turquie d’une part, la chronologie des réformes en Turquie de l’autre à eu pour effet une mise à distance ou du moins à une appréhension plus critique du modèle rationaliste des effets de la conditionnalité en Turquie. Tout en tentant de se distancier de ce paradigme dominant, les études qui portent aujourd’hui sur Turquie et l’UE demeurent toutefois marquées par certains des présupposés de ce modèle.

Le ralentissement du processus de négociation, a eu pour effet bénéfique de prouver que la conditionnalité n’était pas le seul facteur permettant de comprendre les processus de réforme en Turquie en lien avec l’UE. « Since the credibility of accession conditionality declines over time, however, it cannot explain why we do find instances of domestic change that conforms to EU demands in some areas and not in others” (Börzel, Soyaltin, 2012: 14). “No matter who initiates reforms and how reforms are pursued, the rather unexpected outcome of the process is that Turkey is moving closer to the EU despite the EU’s increasingly lukewarm attitude”(Avci, Carkaoglu, 2013:9) mentionne l’introduction d’un ouvrage paru en 2013 (mais écrit avant 2012). Se distanciant des études sur la conditionnalité, et la prééminence du facteur européen, les analyses se sont plus fortement focalisées sur les acteurs domestiques. Certaines se réfèrent aux modèles développés dans le cadre des policy transfer studies, comme le lesson drawing model (Rose, 1993). G. Yilmaz (2012) montre ainsi dans le cas des politiques envers les minorités que c’est l’insatisfaction vis-à-vis des politiques en place qui a amené les leaders politique à chercher à l’étranger des solutions. Le changement n’est alors pas imputable à l’UE, il est promu de façon volontaire par les élites politiques turques. Si la variable européenne apparaît comme moins centrale, l’idée d’un transfert depuis un système émetteur vers un système récepteur reste prégnante.

De nombreuses autres analyses insistent sur les usages de l’Europe (Jacquot, Woll, 2004) par les acteurs domestiques. T. Borzel (2012) résume bien ce type d’analyses, démontrant que les transformations en Turquie sont largement induites par l’agenda politique du gouvernement turc, moins influencé par la conditionnalité européenne que par les moyens de consolider son pouvoir. Elle conclue alors que le cas turc montre que ce ne sont pas uniquement des coalitions pro-occidentales, et en faveur de réformes libérales qui font usage de l’UE pour faire avancer et légitimer leurs agendas politiques.

De telles analyses auraient pu ouvrir la voie à de nouvelles réflexions sur les processus d’européanisation -ici compris comme les processus liés aux mécanismes de l’élargissement (Diez, Agnantopoulos, Kaliber, 2005)- ; leur possible co-exitence avec des pratiques, des projets non démocratiques, ou encore leur limites à induire /produire la démocratisation. Loin de telles perspectives, les analyses ne poussent finalement pas la réflexion sur l’européanisation et se cantonnent à des conclusions uniquement en terme d’instrumentalisation par le pouvoir en place de l’UE et de l’élargissement. En cela, elles ne parviennent finalement pas à dépasser un certain nombre de présupposés contenus dans le modèle rationaliste de la conditionnalité.

En développant une autre définition de l’européanisation, très largement répandue en Turquie, comme un modèle civilisationnel occidental marqué par la modernisation, la sécularisation et son dernier avatar, la démocratisation, les analyses adoptent un positionnement normatif et supposent l’équivalence entre alignement sur l’acquis communautaire et démocratisation. Elles étudient alors les processus en cours uniquement au travers de l’évaluation de l’output des réformes et de leur écart à ce qui est considéré comme le « modèle européen ».

Les analyses demeurent également très fortement rationalistes. C’est uniquement au travers de la notion d’instrumentalisation de l’UE qu’est analysée la politique actuelle de la Turquie. Celle-ci est souvent résumée à l’action du gouvernement, voire du chef du gouvernement (et maintenant du président), au travers d’une analyse qui met en avant son intentionnalité (déclarée ou supposée) et sa rationalité. La logique d’appropriation et la question de la socialisation  sont parfois évoquées, mais uniquement en référence à des acteurs non politiques, et sans qu’elle soit étayée par des démonstrations empiriques (Visier, 2014).

B. Construire l’objet élargissement à partir du TRANSFAIRE.

Nous faisons le pari que la construction de l’objet élargissement à partir de l’idée de ‘transfaire’ peut donner à voir différemment les processus à l’œuvre.

 Par idée de ‘transfaire’ nous souhaitons mettre l’accent sur :

– une acception plus large de l’idée de « trans », permettant de sortir du face à face hiérarchisé et unidimensionnel entre un émetteur (l’Union européenne) et  un récepteur (le pays candidat, ici la Turquie). Il s’agit alors de réintégrer la relation qui se noue autour de l’élargissement dans un faisceau beaucoup plus large et moins linéaire de circulations (internationales mais aussi transnationale et intra-nationales).

–  ne pas considérer de façon indépendante les circulations et ce qui est l’objet de ces circulations, et pour cela de porter une attention particulière aux conditions concrètes de production de l’action publique.

1.     Du top-down au trans

Les limites des analyses soulevées plus haut ne sont pas uniquement imputables aux analyses portant sur l’élargissement, elles renvoient plus généralement au travers des études européennes fortement marquées par des lectures institutionnalistes. Ainsi nous faisons notre l’assertion de différents auteurs (Rumford, 2002 ; Smith, 2006 ; Favell & Guiraudon,2011) concernant le gouvernement européen, qui ne se réduit pas à ‘Bruxelles’ (ou Strasbourg et Luxembourg) ni aux institutions ou même organisations européennes. « We argue that Europe is constantly being made in particular places, through specific actor struggles, whose interconnections are often ill-defined. Moreover, the contingent nature of these interactions demands a systematic approach to demonstrate both ‘where’ and ‘how’ actors interpret, reference and articulate Europe and get its meaning” (Carter, 2011).

Concernant l’élargissement, il importe de ne pas construire l’objet à partir de la seule scène diplomatico-politique des négociations institutionnelles, considérée comme venant se superposer à l’échelon national du pays candidat (voir des pays membres de l’Union européenne), mais au contraire de repérer et de caractériser les différentes scènes où est produite l’action publique (les actions publiques) qui met(tent) en jeu l’élargissement. D’une thématique à l’autre, et suivant les moments, les scènes en jeu et les chronologies ne sont pas forcément les même (pour les réformes domestiques, le poids respectifs des scènes politiques ou administratives ne sont pas identiques d’un secteur à l’autre ou d’un moment à un autre). Il s’agit donc, au travers d’une connaissance détaillée de la thématique étudiée, de repérer les scènes opérantes, et puis de tracer les circulations (ou non circulations) entre ces scènes. En effet, il importe aussi de ne pas poser comme un a priori les interactions et les influences mutuelles entre les scènes, mais au contraire d’en faire un des questionnements de la recherche (nous sommes par exemple rendu compte que le financement des projets de pré-adhésion, censés être un des éléments de conditionnalité, était complètement déconnecté de la fabrication des autres éléments de la conditionnalité que sont les ouvertures et fermeture de chapitres).

Dans le même ordre d’idée, il importe de ne pas hiérarchiser ces scènes, au travers notamment l’imposition de chronologies (la chronologie de l’élargissement, la chronologie des transformations politiques macro) mais encore une fois, en tentant pour chaque thématique étudiée de reconstituer une chronologie qui lui soit propre. Il s’agit ainsi en particulier de ne pas considérer a priori que l’élargissement constitue le seul et unique plan de pensée et d’action des parties en présence, et de ne pas interpréter ce qui se passe sur une scène forcément à la lumière de ce qui se passe sur une autre (Bertrand, 2011). Bien sûr, la mise en œuvre concrète de la politique d’élargissement est juridiquement contrainte par les cadres définis sur la scène communautaire. De plus, l’UE ayant le monopole de l’édiction des conditions de l’élargissement, la politique d’élargissement est clairement une politique dissymétrique. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant que ce qui se passe sur la scène politique turque, dans une administration ou un secteur social doivent être interprété à la lumière (ou à la seule lumière) de ce qui est produit sur la scène politico-diplomatique ; il n’y a pas a priori de causalité (l’analyse montre par exemple comment le véto posé sur l’ouverture du chapitre sur les politiques régionales n’a pas empêché d’importante réformes dans ce domaine). Concernant les réformes de la justice, il est intéressant de voir comment les références discursives au processus politico-diplomatique Turquie/UE (ouverture des chapitres) d’une part, la scène internationale de Cours Européenne des droits de l’Homme du Conseil de l’Europe de l’autre vont être alternativement mis plus ou moins en avant suivant les périodes. Toujours sur les questions de justice,  contrairement aux analyses qui considèrent que le pouvoir a dans les dernière années tourné le dos à l’élargissement, sacrifiant la scène politico-diplomatique à la scène politique domestique et aux règlements de compte avec les opposants, nous affirmons qu’il n’y a pas eu de véritable hiérarchisation des enjeux, et qu’aucune des deux scènes n’a été délaissée, ce qui a eu pour effet de produire des politiques et des actions parfois complètement contradictoires.

L’invitation à la dé-hiérarchisation des scènes va de pair avec la déconstruction de l’illusion de  l’existence d’une politique d’élargissement. L’élargissement donne lieu ou est en jeu dans de multiples scènes, sans que cela produise une cohérence d’ensemble. Les différentes scènes sont à la fois autonomes les unes par rapport aux autres, et en plus ou moins grande interaction les unes avec les autres. Elle peuvent avoir des correspondances, mais cela ne signifie pas qu’elles se correspondent.  Si elle peut aider à saisir ce qui se passe ailleurs, aucune des scènes ne peut être a priori être posée comme le facteur explicatif ou déterminant de ce qui se passe ailleurs. Sur un toute autre thématique, celle du positionnement des syndicats en Turquie vis-à-vis du « modèle social » européen, l’analyse montre que c’est au croisement de la chronologie spécifique du secteur, de la chronologie du rapprochement à l’Europe, mais aussi de celle de l’intégration des syndicats aux réseaux transnationaux européens, et de celle des réformes économiques et sociales entreprises par les gouvernements en place que l’on peut parvenir à saisir les variations de l’appréhension de ce « modèle » par les acteurs syndicaux turcs.

D’un point de vue méthodologique, afin de tenter de ne pas privilégier une scène sur les autres de même qu’une chronologie sur les autres , il s’agit d’effectuer un constant va et vient entre les différentes scènes pour, au fur et mesure de l’avancée de la connaissance de chacune des scènes, pouvoir être en mesure de repérer les circulations (ou non circulations) entre les unes et les autres, et de tracer (ou plutôt de traquer… ce qui pose des problèmes méthodologiques) les croisements et/ou les articulations et/ou les chevauchements et ou les inférences des unes sur les autres (Werner, Zimmermann.

2.     Considérer ensemble les circulations et l’(les) objet(s) de la circulation.

Le courant des policy transfer studies comporte le risque de réifier les modèles transférés, considérés comme fixes, indépendamment des usages qu’en font les acteurs Afin de dépasser une vision du transfert qui présuppose l’adoption intentionnelle d’un message univoque, nous souhaitons porter une attention particulière aux conditions concrètes de la réalisation des transferts. Plutôt que de privilégier l’analyse des objectifs ou modèles d’action publique assignés aux processus de dissémination, il s’agit d’étudier ce qui se fait concrètement au nom de ce processus et comment cela se fait (étude par la « salle des machines » (Aggeri, Labatut, 2014). On délaisse ainsi ce que devrait être le transfert (les objectifs, les modèles qui lui sont assignés) au profit de ce que fait le transfaire.

Il s’agit d’une part d’appréhender « les modèles » par leur processus de fabrication ou du moins de consolidation, au travers des circulations internationales, une fois encore repérées à partir de scènes spécifiques et de leurs croisements. Loin d’être un créateur sui generis de modèles, l’UE apparaît comme un acteur parmi d’autres participant d’un processus de circulation internationale de « modèle ». Ce faisant, il importe de la considérer tout autant comme émettrice que comme réceptrice de ces modèles. Cela permet de nuancer la prééminence de la variable européenne. Cela oblige également à distinguer les « modèles d’action publique » du système politique européen qui les a intégrer et à prendre conscience que l’importation de l’un ne signifie pas automatiquement importation de l’autre. Etudier la fabrique des modèles permet aussi généralement de mettre en lumière les nombreuses ambiguïtés, voire même contradictions qu’ils contiennent. Leur intégration dans un système politique signifie interprétation sans que l’on puisse considérer qu’il s’agisse d’un écart à la norme.

            Tout autant que les objectifs, les instruments par lesquels sont mis en œuvre les politiques publiques participent à la définition de ces politiques. Les instruments ne sont pas des outils neutres, et indifféremment disponibles. Ils mêlent des composantes techniques (mesure, calcul, règle de droit, procédure) et sociales : ils sont porteurs de valeurs, nourris d’une interprétation du social et de conceptions précises du mode de régulation envisagé (Lascoumes, Legales, 2004). L’étude des instruments élargie alors la problématique du contenu de ce qui circule. On a pu montrer comment des « modèles » promu par l’UE, particulièrement peu définis, s’incarnaient au cours du processus de transfert au travers des instruments censés les mettre en application (Visier, 2013).  Mais au-delà, un certain nombre d’instruments doit eux même être considérés eux comme des modèles d’action publiques transférés. auxquels il convient alors de porter une attention particulière.


[1] Un exemple parmi tant d’autre d’introduction d’ouvrage, « This volume focuses on political, social, and cultural issues relevant to the accession process and assess the transformation at these different levels in line with the negotiations », Müftüler Baç, Stivachtis, (dir.), Turkey, European Union relations, dilemmas, opportunities and constraints, Lexington books, 2008.  En parallèle aux questionnements sur la capacité de réforme de l’UE, énormément d’ouvrages sont sortis sur les difficultés et le défis de l’élargissement à la Turquie (Lannon, Le Bullenger, 2005, Lagro, Jorgensen 2007….) ou encore sur l’identité européenne de la Turquie (…)

[2]  En particulier l’ouvrage sur leur direction portant sur The Europeanization of Central and Eastern Europe (2005), puis leur théorisation  Candidate countries and conditionality (2006).

[3] La structuration des ouvrages sur l’élargissement font clairement ressortir cette analyse en terme de demande d’une part, réponse de l’autre : cf. par exemple la table des matières de l’ouvrage  sous la direction Dimitris Tsarouhas, Ebru ertugal, Ayse Idil Aybars,  Bridging the real divide, social and regional policy in Turkey’s Eu Accession Process, METU Press, 2007 : Part I : social and Regional Policy in the EU : challenges for Turkey; Part II, Adapting to the EU acquis I : social and regional policy in Turkey; Part III, Adapting to the EU acquis II: The Polish experience

[4] Sur les questions régionales par exemple, Massardier Tek, 2005

[5] Dans le cas de la Turquie, des travaux ont questionné la production des critères de conditionnalité de l’Union européenne (…). Toutefois, ils s’en sont la plupart du temps tenus à une critique/réprobation de la politicisation de la politique d’élargissement et de la discrimination qu’elle engendrait vis-à-vis de la candidature de la Turquie.

Retours à la nature

  1.  Projet de recherche  « Retours à la nature » (Cilia Martin, 15/11/14)

Nouvelles circulations et co-productions dans le contexte de la crise grecque

Mon projet de recherche s’attache à décrire et analyser les circulations d’hommes, d’objets et d’idées relatives à la crise économique qui touche la Grèce depuis 2010. En dehors des effets connus et chiffrés de cette crise (hausse du chômage, précarisation sociale et sanitaire, montée du racisme ou privatisation de plusieurs bandes du littoral), le pays enregistre aussi de nombreux départs à destination du rural qui restent un phénomène encore méconnu. Mon projet vise à rendre compte de ces mobilités de crise à travers une analyse de ses modalités, de ses acteurs et de ses enjeux.

Après un vaste exode rural faisant passer la population urbaine de la Grèce de 33% à 66,4%, l’heure est aujourd’hui aux départs. Selon la Confédération des agriculteurs grecs estime que 40 000 Athéniens auraient quitté la ville pour aller travailler la terre. S’il est largement effectué par des individus de classe moyenne et supérieure (fuite des cerveaux, « immigrants de l’utopie » qui décident de prendre la clé des champs), l’exode urbain est également le fait d’individus plus modestes qui, ne pouvant plus assumer les coûts de la ville, retournent vivre auprès de leur famille dans leur village d’origine. Ce « retour à la nature » est d’ailleurs plutôt un retour à la ruralité qu’à la terre dans le sens où il ne s’agit pas seulement d’une attractivité agricole et que les lieux de départ peuvent dans certains cas correspondre aux lieux d’origine. Aussi, la prise en compte de la globalisation nous permet d’aller encore plus loin dans le décloisonnement des relations villes/campagnes dans le sens où elle fait intervenir d’autres formes d’échanges et de solidarités, d’autres types de gouvernances et d’autres profils sociologiques que ceux que l’on observe, par exemple, dans le cas de l’exode rural. Aussi, nous prenons appui sur la notion de « continuum migratoire » qui marque une opposition à l’idéologie sédentariste et intégratrice qui conduit à l’équation une population = un territoire.

Inscrit dans ce continuum migratoire, cet exode urbain signifie de nombreuses circulations d’hommes mais aussi d’objets et de cadres de représentations liées à la redéfinition de la nature et de la relation ville/campagne. Il implique aussi une interpénétration d’échelles (locale, nationale, européenne et internationale). Au-delà, ces départs supposent des « manières de faire ensemble » et des « manières de faire avec » (avec l’aide de parents installés à l’étranger, avec l’aide de réseaux de solidarité) qui sont aussi des manières de « faire sans » (sans l’État qui coule, sans argent, sans l’Europe faisant référence aux déclarations en faveur d’une sortie de l’Europe). Il s’agira donc de réfléchir aux logiques et aux modalités de ce « retour à la nature » envisagé comme une mise en pratique et une mise en circulation de ressources, matérielles et immatérielles, provenant d’une pluralité d’agents ancrés dans des temporalités et des espaces différents.

L’objectif de ce premier terrain est d’identifier les acteurs, les logiques et les pratiques de cet exode urbain envisagé comme une mise en circulation de normes et de savoir-faire communs provenant d’une pluralité d’agents ancrés dans des temporalités et des espaces différents. Il faudra donc se concentrer sur l’articulation entre ces différents agents issus du monde rural, touristique, institutionnel et universitaire, mais aussi sur l’interpénétration des échelles nationales, européennes et internationales. À cet égard, je souhaite analyser l’impact des écoles et filières agricoles qui ont vu leur nombre d’élèves augmenter depuis le début de l’exode urbain à l’instar de l’‘American Farm School of Thessalonique’ dont le rôle dans la redéfinition du monde rural est largement soutenu par le maire de Thessalonique. Il rappelle aussi que la production du « local » se fait aussi par l’international, plus précisément est le résultat d’une interpénétration d’échelles faisant parfois converger des logiques et des intérêts divers. Les départs à la campagne sont aussi effectués par des individus qui en quittant la ville entreprennent une reconversion dans le secteur de l’agro-tourisme ou de l’agriculture biologique. Je souhaite également mettre en lumière les différentes politiques de développement régional et le rôle du ministère de l’Agriculture qui en distribuant des terrains encourage les départs. Aussi, il s’agira de repérer l’existence de mesures incitatrices, foncières ou fiscales, qui amènent à « relativiser les aspirations bucoliques des candidats ». On se demandera aussi quel est le rôle des partis écologistes dans ce « retour à la nature » dont la présence sur la scène politique s’est considérablement réduit depuis la crise. Enfin, en évitant la seule lecture économiste, on s’interrogera aussi sur les éventuels objectifs sécuritaires de ce « retour à la nature » qui pourrait se traduire comme la volonté des pouvoirs publics grecs de contrôler les révoltes urbaines liées à la crise par le désengorgement des villes. À une autre échelle, ce « retour à la nature » peut être lu comme un soutien indirect de la part des puissances européennes en vue d’endiguer la migration vers le nord de l’Europe dont l’Allemagne qui est le pays qui accueille le plus de ressortissants grecs depuis la crise. Loin d’être une « migration de l’utopie », ce « retour à nature » est le résultat d’une co-production croisant plusieurs échelles et faisant valoir, du moins temporairement, une circulation d’hommes, d’idées et d’intérêts.

De plus, le but de ma recherche est de mettre en exergue les circulations matérielles et immatérielles de cet exode urbain en articulant l’analyse des objets (fonciers, immobiliers) avec celle des savoir-faire, des réappropriations mais aussi des mythes, à la fois comme miroir déformant et performant, entourant la nature ou la ville (re)devenue le réceptacle de la criminalité et de la corruption. La matérialité des circulations s’illustre par divers transferts (transmissions, transactions et privations de biens) qui sont en pleine reconfiguration avec la crise et les mesures d’austérités qui l’accompagnent (augmentation des taxes immobilières et mesures fiscales). Résultat : les Grecs vendent leurs biens et les patrimoines immobiliers basés sur le poids des structures familiales font l’objet d’un morcellement ou d’un redéploiement. En dehors des reconfigurations observées sur les espaces de départ, ces circulations font également émerger d’autres types d’échanges et de transmissions sur les espaces d’accueil. Aussi, les néo-ruraux emmènent avec eux leurs savoir-faire, leur rapports au temps et leurs cadres de représentations jusqu’à être considérés comme responsables d’une « urbanisation des campagnes ». Toutefois, ce syntagme nie la présence de facteurs endogènes à la transformation du rural au profit d’initiatives ou de répercussions ne pouvant exclusivement venir de l’urbain. Contre une lecture binaire urbain/rural, il s’agira, au contraire, de proposer une nouvelle approche de la territorialité en mettant en exergue la présence des co-productions dans les modes d’habiter et de « cultiver » l’espace.

Par ailleurs, le rapport urbain/rural doit aussi se penser à travers d’autres types d’interactions telles que les marchés « sans intermédiaires » ou les diverses coopératives (agricoles ou autres) dont l’objectif consiste à établir un contact direct entre les producteurs et les consommateurs tout en évitant les réseaux commerciaux traditionnels responsables de la flambée des prix. Renouant le lien entre la ville et la campagne, ces pratiques qui se sont multipliées depuis le début de la crise sont autant de (nouvelles ?) façons de se réapproprier, de redistribuer et de co-produire des ressources localisées. À ce sujet, il est intéressant de chercher dans les références passées, notamment liées à la guerre civile et à l’imaginaire communiste très puissant en Grèce, la trace de ces pratiques afin de mettre en lumière les phénomènes de réappropriations et réinventions. Enfin, il faut saisir le rôle de la puissance publique qui soutient ces « mouvements sans intermédiaires » à l’instar d’une dizaine de municipalités à Athènes qui se sont déjà impliquées et donnent le feu vert à ces types de marchés. Toutefois, comment les officiels de l’État accommodent-ils et/ou s’accommodent-ils de ces mouvements qui s’apparentent souvent à une forme d’action anti-gouvernementale que l’on peut résumer sous l’expression « l’État n’est plus, remplaçons-le ! » ?

À travers une série d’observations multi-sites et d’entretiens avec les candidats et les entrepreneurs de ce « retour à la nature », je souhaite donc éclaircir les dessous de ce phénomène médiatique où se mêlent réalités et représentations. En considérant la ville et la campagne comme des lieux et des liens, matériels et immatériels, je propose de repenser les assignations et légitimités territoriales (urbain/rural, national/international, nord/sud) en mettant l’accent sur les phénomènes de chevauchements et de télescopages. À l’heure de la globalisation et au regard de la crise qui est à la fois un révélateur, à l’échelle globale, des dysfonctionnements des flux et pratiques liés à l’économie de marché capitaliste mais aussi un catalyseur, à l’échelle locale, de nouvelles circulations, la relation villes/campagnes ne peut se concevoir sans une prise en compte des (en)jeux d’échelles, des interconnexions et interdépendances spatio-temporelles.