Tous les articles par Sümbül Kaya

Séminaire

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Marc Aymes, chargé de recherche au CNRS ( CETOBaC )

Gabriela Anouck Côrte-Real Pinto, contrat postdoctoral à l’EHESS ( CETOBaC )

Sümbül Kaya, postdoctorante à l’EHESS ( CETOBaC )

2e et 4e mercredis du mois de 9 h à 12 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 25 novembre 2015 au 22 juin 2016

Le séminaire vise à poser les jalons d’une nouvelle approche des connexions, concomitances et interdépendances dont les espaces (post-)ottomans ont pu être partie intégrante. À l’encontre des travaux qui analysent la mise en circulation de pratiques, d’instruments, de normes et de savoirs comme étape subséquente à leur production localisée, on étudiera les instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. À la problématique du « transfert », qui se limite souvent à penser les échanges en termes de diffusion et d’importation à sens unique, nous préférerons l’analyse des modalités du transfaire, attentive aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique.

L’enjeu est donc de reconfigurer, à travers le cas de l’empire ottoman et des pays successeurs situés dans le même espace, les problèmes que pose l’analyse des dynamiques de changement des modes et des savoirs de gouvernement.

Trois axes sont privilégiés : l’étude des modalités par lesquelles s’opère la coproduction des instruments de l’action publique, l’analyse de l’élaboration et de l’usage des instruments normatifs de l’action publique, et l’observation des multiples opérations de traduction auxquelles donnent lieu les échanges.

En 2012-2013, une série de lectures avait permis de mettre en lumière, et en commun, les principaux lieux de l’enquête. En 2013-2014, cette topographie a été exploitée pour camper des scénographies de travail : « décharge et dévolution », « étrange et merveilleux », « monnaies et instruments de crédit », « fêtes de la langue ». En 2014-2015, les groupes de recherche constitués dans ce cadre ont présenté l’état d’avancement de leurs travaux. L’année 2015-2016 permettra de poursuivre dans cette voie, et de préparer la tenue d’un colloque réunissant tous les participants à l’été 2016.

Le séminaire sert de relais collectif au programme « Transfaire » financé par l’Agence nationale de la recherche depuis le 1er janvier 2013, partenariat entre le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques et l’Institut français d’études anatoliennes. Chaque séance se tient donc de manière synchrone à Paris et à Istanbul.

25 novembre 2015 : « Le bon et le mauvais gouvernement : souveraineté populaire et constitutionnalisme au Moyen Orient et en Turquie », par Erdal Kaynar (Van Leer Jerusalem Institute)

9 décembre 2015 : Aylin Koçunyan, « Institutionalizing the millet system, 1856-1865 » ; discutant : Edhem Eldem (Université du Bosphore)

13 janvier 2016  :

Claire Visier, « Turquie et l’Union européenne: les changements dans l’action publique».

27 janvier 2016 :

Olivier Bouquet, « Transfaires impériaux : Turquie, Russie ».

10 février 2016 :

Darina Martykanova, « Ingénieurs ottomans et écoles françaises »

Gabriela Anouck Côrte-Real Pinto, «Usages et fiction de la turquification de l’industrie de défense ».

« Faire le droit dans l’espace ottoman, 1800-1914 », 26-27 mai 2015

The Making of Law in the Ottoman Space, 1800-1914
Interdisciplinary/International Workshop

Postcard coded as AHISTBEYO002, Collection of Salt Research, Istanbul
Postcard coded as AHISTBEYO002, Collection of Salt Research, Istanbul

Date  : May 26th and 27th, 2015

Place  : Collège de France, salle Lévi Strauss, 52 rue Cardinal Lemoine, Paris, 5ème.

Access:

Subway: line 10, station Cardinal Lemoine or line 7, station Place Monge
Bus: line 47 & line 89 (bus stop Cardinal Lemoine)

The workshop is a part of the project entitled “Trans-acting Matters: Areas and Eras of a (Post-)Ottoman Globalization”, funded by the French National Research Agency (ANR-12-GLOB-003) and supervised by Marc Aymes (CNRS, CETOBAC, Paris).

Pour télécharger le programme au format PDF : programme

Pour télécharger le résumé des communications  : résumés

PROGRAMME/Program

TUESDAY May 26th, 2015

09:00-09:30 Welcoming and registration
09:30-09:45 Welcoming address: Marc Aymes, Sümbül Kaya and Aylin Koçunyan
09:45-10:00 Marc Aymes
“Trans-acting Matters: Areas and Eras of a (Post-)Ottoman Globalization”

10:00-10:10 Coffee break
– SESSION I: 10:10-12:00
Transformation of the Legal Order and Reforms
Hümeyra Bostan, İstanbul Şehir University
New Means of Providing Justice in a Distant Province: Ottoman Judicial Reform in Yemen (1872-1918)

Ebru Aykut, Mimar Sinan Fine Arts University
Revisiting the Basic Legal Principles of the Tanzimat in Light of a Customary Practice: House-Burning and Usul-i Cibal

Ileana Moroni, University of Basel
The Parliament as Law-Maker in the Ottoman Empire in the aftermath of the 1908 Revolution
Discussant: Nathalie Clayer, CETOBAC, EHESS
12:00-13:30: Lunch break
– SESSION II: 13:30-15:20
Law, Encounters and Hybridizations
Noémi Lévy-Aksu, Boğaziçi University
Codifying –or not Codifying- the Exception: the 1877 İdare-i Örfiye Kararnamesi

Wolfgang Egner, University of Constanz
The Negotiation of Entangled Law: The Global Context of Ottoman Law in Cyprus

William Smiley, Princeton University
Sovereignty, Sharia, and the Şeyhülislam in the Age of Revolutions
Discussant: François Georgeon, CETOBAC, EHESS
15:20-15:40 Coffee break
– SESSION III: 15:40-17:30

Law and the Multi-Ethnic Imperial Context

Aylin Koçunyan, CETOBAC, EHESS
French Impact on the Legal Transformation of the Millet System in the Ottoman Empire, 1856-1865

Dzovinar Derderian, University of Michigan
Marriage Law as a Site of Resistance, 1840s-1870s
Yusuf Ziya Karabıçak, McGill University
Greek Associations and Ottoman Legality in Late Nineteenth Century
Discussant: Bernard Heyberger, CEIFR, EHESS

WEDNESDAY May 27th, 2015

-SESSION IV: 10:00-11:50
Law and Particular Social Landscapes

Ahmad Amara, New York University
State Making and Jurisdictional Tensions: The Beersheba Kaza as an Anomalous Legal Zone

Fatma Öncel, Boğaziçi University
Law and Struggle in Ottoman Rural Society: Çiftliks of Trikala

Christian Sassmannshausen, Freie Universität
When the Court Visited Home: Legal Out-of-Court Sessions and the Manzūl in Late Ottoman Tripoli
Discussant: Noémi Lévy-Aksu, Boğaziçi University

11:50-13:00 Lunch Break
– SESSION V: 13:00-14:20
Law, Legal Language and Content
Omar Y. Cheta, Bard College
“Wakil” and “Avukatu”: On the Politics of Legal Language in Late Ottoman Egypt

Sami Erdem, İstanbul Şehir University
From Fiqh Book to Legal Text: Revisiting Continuity and Change in the Majalla as a Model for Traditional Content in Modern Form
Discussant: Virginia H. Aksan, McMaster University
14:20-14:30 Coffee break

– SESSION VI: 14:30-15:50

Law and Social Categories

Ceyda Karamürsel, University of Pennsylvania
Race, Ethnicity and the Making of Law in the Post-Circassian Expulsion Ottoman Empire

İlkay Yılmaz, Istanbul University
Stamping the Outsider Subjects Inside: The Passport Regulations in the Hamidian Period

Discussant: Dina Khoury, George Washington University
15:50-16:00 Coffee break
16:00-16:30 CONCLUDING REMARKS

Résumés des communications/Abstracts

ABSTRACTS (IN ALPHABETICAL ORDER)

Noémi Lévy-Aksu, Boğaziçi University
Codifying –or not Codifying- the Exception: the 1877 İdare-i Örfiye Kararnamesi

My paper aims to discuss the legal, political and social configuration that shaped the 1877 regulation of idare-i örfiye (or örfi idare), the untranslatable Ottoman equivalent of the state of siege. First mentioned in the 1876 Constitution and first applied during the Russo-Ottoman War of 1877-1878, the örfi idare consisted in the suspension of the ordinary legal order in exceptional circumstances. Its scope and modalities of application were codified in September 1877 by a decree composed of 13 articles. The Ottoman kararname was a case of legal hybridization that combined the translation of some articles of the 1849 French law on the “état de siège” and references to the Ottoman political and legal systems. Relying on the French and Ottoman legal texts, as well as documents from the military archives in Ankara and the Başbakanlık archives, I will attempt to analyze this codification of the örfi idare both as the product of textual encounters and as the result of political and social dynamics involving a wide range of local, governmental and foreign actors in the context of the Russo-Ottoman war. I will also discuss the lack of precision of this regulation on several crucial aspects, arguing that the confrontation to the social realities did not only shape the process of codification but also contributed to define what was to remain unspoken in the law. Theses lacunae left room for tensions and negotiations between the different parts active in or affected by the örfi idare, especially the different institutions of the central government, the provincial military authorities and the foreign powers. By its contents and its gaps, the 1877 regulation sheds light on the mechanisms that transformed the örfi idare into a tool of government for exceptional and (most often) non exceptional times in the late Ottoman period and, later on, during the Republican era.

Ahmad Amara, New York University
State Making and Jurisdictional Tensions: The Beersheba Kaza as an Anomalous Legal Zone

Throughout the process of founding and administering the Beersheba town and kaza (1900) in southern Palestine, the Ottoman officials had emphasized the ‘special circumstances’ of the region. Their actions and administration were guided by these circumstances. In 1902 the local administrative council was allowed to sit as a Court of First Instance (bidayet mahkemesi). What was applied however, were mostly the local laws and customs, and the judges serving in the court were local Bedouin sheikhs. The year after, the şurayı devlet (The Ottoman Council of State) allowed the council to look also into land dispute cases, to be resolved also according to tribal local customs. Despite the Ottoman land reform and attempts to register Bedouin held lands since the 1880s, the şurayı devlet had justified its decision by the then-existing local practices. The decision noted that lands in the region were not registered and land transactions (rehin ve ferağ) were being conducted according to the local custom and tradition (örf ve âdet), whereas disputes were resolved through sulh ve hüküm (mediation and ruling). The Ottoman government sought to make a gradual change in southern Palestine without imposing its own official laws, and justified its decision by the fact that the Bedouin were not educated of the judicial rules and laws of the nizamiye courts.

However, at the outset questions of law and jurisdiction began to arise. One plaintiff complained that the nizamiye court in Gaza did not accept appeals on decisions of the Beersheba council, while another asked the Jerusalem administrative council to serve as an appeal forum, and a third plaintiff requested the şurayı devlet to set as a cessation court. In some cases, both the Jerusalem council and the şurayı devlet looked into appeals, however their action received some criticism from different Ottoman departments as being incompatible with the legal provisions. On the ground, people were conducting forum shopping to achieve their best results.

The Beersheba experience represented one case of state-society relationships, which embodied the tensions and workings between the Ottoman goal to creating an integrated system of rule and the creation of new accommodating legal system. Nevertheless, looking into the imperial legal orders, even after the tanzimat, we see that accommodating legal cultures were not rare. The jurisdictional tensions signified the complexity of the socio-economic affairs of the region and its environs, as well as the shifting understandings and categorizations of specific legal, spatial, and social realities by governmental and social actors (including courts, judges, regional governors, tax and land registry staff, inhabitants and local leaders). The legal culture that had evolved continued in the post-Ottoman period and impacted the later British Mandatory judicial system in the region.

(The research utilizes archival resources from the Ottoman Basbakanlik Archives; the Israel State Archives; Personal Papers; and Interviews).

Ebru Aykut, Mimar Sinan Fine Arts University
Revisiting the Basic Legal Principles of the Tanzimat in Light of a Customary Practice: House-Burning and Usul-i Cibal

The two of the fundamental tenets of the Tanzimat’s legal project were the principles of personal criminal liability and legality according to which no one could be punished for an act without standing trial and before his/her guilt was proven in line with the kanun and sharia. This paper aims to revisit these premises by focusing on a particular local customary practice that had reportedly been in force since time immemorial among Albanian highland communities.

Setting fire to the house of a murderer, who took flight after his act, was part of the ancient Albanian customary law known as the Kanun of Lek Dukagin or Usul-i Cibal (Mountain Law). In such cases, fire was a means of extinguishing collective outrage, an extra-judicial punishment carried out usually by the village community and warranted by local governments. The house-burning custom had been outlawed in 1854 by the Ottoman state for the obvious reason that punishing the innocent families of murderers along with the perpetrators without due process of law was against the very principles of the Tanzimat. It should also be recalled that the punishment for the crime of arson was death penalty according to the 1858 Penal Code. Nevertheless, the archival evidence suggests that this custom did not disappear because the killers, in most cases, could not be captured and arrested and even if they were captured, the local people preferred a quick restitution of justice by fire without delay rather than seeking official punishment to be inflicted on the perpetrator that could take a long time. In other words, the deterrent and immediate effect of the custom could not be substituted by any other means and thus, it remained legitimate in the eyes of the local communities as well as local authorities who had no choice but to acknowledge its force and benefits to maintain public security and order in the area.
Focusing on this particular component of the customary law in the context of nineteenth-century legal reforms, this paper aims to highlight the complexity of the legal order in the Ottoman Empire and the role of popular understandings of justice and local dynamics in shaping the practice of law which did not necessarily require a consistency with the letter of the law. Not surprisingly, this inconsistency, or rather the existence of multiple legal spheres in an era marked by centralization, codification, and standardization efforts, resulted in contentions between the imperial center and the provincial governments, but at the same time provided the families of the murderers with a legitimate ground to raise their voices against the custom and ask for the implementation of justice in accordance with the kanun and sharia.

Hümeyra Bostan, İstanbul Şehir University
New Means of Providing Justice in a Distant Province: Ottoman Judicial Reform in Yemen (1872-1918)

This paper deals with the introduction of a new judicial organization in the Province of Yemen after 1872 when the second Ottoman conquest of the region took place. Examining the ebbs and flows in the process of the establishment of the new Ottoman court system called the nizamiye courts, I argue that the Ottoman state did not insist in uniform policies but had flexibility to use interim formulas to provide for the gradual transformation of the judicial system of Yemen.
The Ottoman state transformed gradually its legal organization after the promulgation of Gülhane Rescript in 1839. A codification of Islamic principles and an adaptation of Western laws followed along with a new system of courts. However, the consolidation of the new legal organization in Yemen took some time. The Ottoman government established nizamiye courts in the provincial center and in most sub-provinces and districts by 1879. Because the Yemenis were unaccustomed to applying to courts, the state reorganized the court system with some modifications and then decided to abolish the nizamiye courts but sustained the şer‘iyye courts in 1889. Subsequently, the government transformed the şer‘iyye courts in ways that authorized them to implement nizami law. This study examines how “legal reform” was instituted in Yemen and how or to what extent these new legal categories and institutions facilitated Ottoman rule. This complicated and multi-dimensional story of the court organization in Yemen indicates the Ottoman state’s commitment to its principle of flexibility and toleration in providing justice to all its subjects.

Omar Y. Cheta, Bard College
“Wakil” and “Avukatu”: On the Politics of Legal Language in Late Ottoman Egypt

This paper is an attempt to contribute to the study of legal language in the Ottoman Empire through revising the history of the legal profession in late Ottoman Egypt.
From the 1830s onwards, the Ottoman Empire witnessed a period of intense legal transformation. Simultaneously, Egypt, a largely autonomous province within the Empire, was the site of parallel legal experiments that resembled those being formulated in the Ottoman center. In both Istanbul and Cairo, a novel legal infrastructure consisting of Ottoman and continental European components was being constructed, elaborated on and frequently revised. This infrastructure would gradually become the primary field upon which Ottoman subjects, as well as, in certain cases, foreign residents and travellers, negotiated the resolution of their disputes in accordance with legally sanctioned procedures. The language that elucidated the contours and mechanisms of this infrastructure was marked by tensions between the apparent meanings of legal concepts and categories, and the meanings of these same categories as understood and deployed by the numerous individuals who navigated the sphere of law.
This paper explores this tension through focusing on the category of “legal practitioners”; a category that was re-conceptualized during the nineteenth century. Through systematically exploring the roles carried out by individuals who held the titles of “wakil” and “avukatu” inside nineteenth courtrooms, the paper will trace the emergence and transformation of a particular kind of legal practitioner, namely, the professional lawyer. The geographical focus of the paper is Cairo, arguably, the alternative center of legal experimentation in the nineteenth-century Ottoman Empire. In terms of sources, the paper will draw on both Istanbul and Cairo-issued legislations, a host of commercial and civil disputes litigated in Cairo (in both state-enacted courts and European (esp. British) consulates), as well as contemporaneous commentaries, such as travel accounts and memoirs.

Dzovinar Derderian, University of Michigan
Marriage Law as a Site of Resistance, 1840s-1870s

The multi-confessional setting in the eastern Ottoman provinces provided a number of legal venues for the local inhabitants to contest the regulations of their confessional communities. In the proposed paper I focus on marriage law and ask how and why marriage presented a central domain for contesting power. During the era of the Tanzimat (1839-1876) the Armenian Patriarchate in Istanbul attempted to gain full control of the Ottoman Armenian Apostolic communities. The centralization of the patriarchate— linked to the centralization of the Ottoman state—was challenged in the provinces. Marriage was a domain in which the Istanbul Patriarchate sought to enforce the letter of the law, but faced multiple difficulties in doing so. I argue that by regulating marriage the patriarchate aimed to demarcate ethno-confessional boundaries and centralize its power in the provinces.
Petitions sent from Van and Erzurum to the Armenian Patriarchate and the Sublime Porte in Istanbul, as well as the Armenian Catholicosate in the Russian Empire from the 1840s to the 1870s, constitute the main archival sources of the proposed paper. I will also examine the reports, decrees, and public discourses (i.e., periodicals) regarding marriage. In this paper I question how individuals in the provinces of Erzurum and Van bended the boundaries of marriage law to resist the centralization of the patriarchate. Individuals looked for new legal avenues in cases of divorce, marriage of underage girls, marriage between relatives and limitations on the number of spouses. The petitions confirm that the Protestants and Catholic communities, the Kurdish sheikhs and Islamic courts provided individuals belonging to the Armenian Apostolic Church the opportunities to challenge their confessional legal boundaries of marriage. The existence of different centers of the Armenian Church provided an additional medium for trespassing marriage law. I ask how and why priests facilitated the violation of the Armenian Church’s marriage law.

Wolfgang Egner, University of Constanz
The Negotiation of Entangled Law: The Global Context of Ottoman Law in Cyprus

The occupation of Cyprus by the British Empire established an exceptional case of international law that had a major impact on the local law in Cyprus. A contract with the Ottoman Sultan allowed “the Island of Cyprus to be occupied and administered by England”. In the annex of this convention the British diplomat Layard accepted to perpetuate the local religious tribunals. But like in many colonial cases, the British at the same time wanted to introduce a new law inspired by the Indian code as part of a larger plan for reforming the island.

Thus the Medjlis-i Idare was replaced in its legislative function by a new legislative council that created new laws in Cyprus. But formally the island was still under Ottoman legislation and for many British lawyers Ottoman law nonetheless prevailed. The provincial Daavi Courts continued their work under the British administration but could be overseen by a district commissioner, who was entitled to overrule the judgment. The High Court of Justice was established as a new court for foreigners continuing the dual jurisdiction, but also mixing both jurisdictions by sending cases in which foreigners accused locals (Ottoman subjects) to the Daavi courts. There are many more examples for the coexistence of different legal norms in Cyprus, which created hybrid forms of law and legal practice.
In this talk I focus on the question of how the local Ottoman law was shaped by the interconnected system of the British Empire and by a comparison with other similar cases under foreign administration such as Bosnia-Hercegovina and Tunisia. The local and international negotiation process changed the law itself and at times even to the benefit of local jurisdiction.

Sami Erdem, İstanbul Şehir University
From Fiqh Book to Legal Text: Revisiting Continuity and Change in the Majalla as a Model for Traditional Content in Modern Form

The Ottoman Majalla represents the first attempt at a transition from a conception of law based on fiqh texts to that of law as a codified code in Islamic history. Codifying a portion of Islamic civil law and consisting of sixteen chapters, this corpus was prepared by a committee comprised by fiqh ulema and headed by Ahmed Cevdet Pasha, before being gradually brought into force between 1869 and 1876. The Majalla was highly important not just for the Ottomans but also for many Islamic societies in the formerly-Ottoman territories (most significantly, Egypt) as it either served as the model for codification, or was directly adopted in these countries during the 20th century. Although it was abolished in Turkey in 1926, it continued to function as the main source of codification in the area of civil law in many other Muslim societies. Moreover, the Majalla’s significance went beyond codification processes, influencing experts’ understanding of Islamic fiqh as manifested in the relevant literature.

This paper revisits the significance of the Majalla in two inter-related respects. The first concerns the formal/morphological novelty that the Majalla carried as an experience/experiment in switching from text-based understanding of Islamic law to that of legal application based on the idea of codified law. The committee preparing the corpus presented it as a modern fatwa collection and a new fiqh text containing the most respected legal opinions of the Hanafi school, further insisting that it maintained the traditional assumptions and principles of law in order to avoid the legitimation problem for this novel form in the eyes of the traditional ulema. Thus, the Majalla’s formal novelty came to represent the main reference for later reforms, serving as a model for (re)producing the traditional content in a modern form.
Secondly, I will examine the Majalla’s presentation of the notion of “change” as a basis of its legitimacy as fiqh text with a new form that was compatible with the modern(izing) society. The idea of change was a highly significant theme in both the committee reports during the Majalla’s preparation phase and the narratives of its authors (particularly in Ahmed Cevdet Pasha’s anecdotes in his memoirs) as well as in its content. However, despite its bold promises, it failed to satisfy the expectations regarding the scale and depth of change in modernizing the Ottoman civil law, for it did not entail concrete and radical propositions or solutions in terms of the notion of change. Still, however, the very positive attitude toward “change” and the significance attached to it by the Majalla came to form the main reference point (and a legitimizing role) for later codification attempts.
Therefore, this paper discusses the tension between form and content in the Majalla in terms of the transition from fiqh text to legal text on the one hand, and the nature and future of the idea of change in it, paying attention to the interaction between law makers and socio-political context as well as to the Majalla’s epistemological references, on the other.

Yusuf Ziya Karabıçak, McGill University
Greek Associations and Ottoman Legality in Late Nineteenth Century

The first Greek educational association in the Ottoman Empire was founded in 1861 in Istanbul. The first Ottoman Law of Associations was promulgated in 1909. It is hard to imagine that associations, regardless of the community their founders belonged to, acted in a legal chaos for 48 years. In fact, they did not. Although there was no law, the associations were bound and regulated by a certain number of government activities and discourses that gave them legality in the eyes of Ottoman officials. These activities and discourses allowed Ottoman officials to permit some activities while banning others. This paper discusses the ways in which Greek associations became legal and acceptable in this environment.
Essential elements for this discussion are the words Ottoman official documentation used to describe associations (cemiyet, kulüp, biraderlik), the prerequisites the Ottoman officials asked from an association, and the way they dealt with each case. Legality of associations in the Ottoman Empire was determined through actions and correspondences for a very long time. Far from being a non-legal environment, this was a process of inclusion/exclusion which gave a freer hand to Ottoman officials and especially to local authorities. Reading these correspondences will help us reconstruct Ottoman officials’ expectations to a certain extent.
In this paper, I will make use of Ottoman documentation surrounding Greek educational and philanthropic associations from 1860 to 1900s, to examine how Ottoman officials decided on the legality of public activities and what kind of a vocabulary they used to talk about it. This work benefits from studies done by François Georgeon, George A. Vassiadis, Haris Exertzoglou, Nadir Özbek and others on associations while addressing a hitherto neglected aspect of these activities: their legality.

Ceyda Karamürsel, University of Pennsylvania
Race, Ethnicity and the Making of Law in the Post-Circassian Expulsion Ottoman Empire

In 1861, a Nogay prince named Canpolat, expelled from the Caucasus and settled near Constanza in today’s Romania, wrote to the Ottoman officials to complain about the “rebellious behaviour” of his five slaves that he brought with him. Canpolat Bey was one of many Caucasian noblemen who were dislocated from their native Caucasus lands during the Russo-Circassian war and settled in the Ottoman domains. Like many other Caucasian slave holders at the time, he sought ways to suppress his slaves’ pursuit of freedom, inspired particularly by the abolition of trade in African slaves effected a few years prior. When Canpolat Bey submitted his formal complaint however, he was asked to pay a pençik tax for the slaves he owned. Utterly perplexed, he objected, claiming that pençik tax was not known to them in their native lands in Kuban. Nor was his ownership of the slaves a Şer‘i matter, he contended, which could be litigated or settled at the court, for in Canpolat Bey’s « transplanted » perception of law, his ownership of his slaves was regulated primarily by customary law, known as adat in the Caucasus. His slaves were either obtained through such practices as blood money, princely plunder or were inherited from his family, whereas for the Ottoman state, slavery was regulated by Şer‘i law, and accordingly slave or free status were determined at the Şer‘i courts. For the slaves themselves, on the other hand, it was a whole different matter, which had the newly emerging international anti-slavery law as its focus that had already effectively bent Şer‘i law and brought an end to the trade in African slaves. If the Şer‘i law could be abrogated once for the African slaves, why would it not bend for the Circassians? Using Ottoman state archives, court records and British consular documents, this paper aims to explore how different legal systems interplayed with or worked against each other in determining the limits of slavery and freedom, which concomitantly delineated the categories of race and ethnicity more explicitly in the late Ottoman Empire.

Aylin Koçunyan, CETOBAC, EHESS
French Impact on the Legal Transformation of the Millet System in the Ottoman Empire, 1856-1865

The Crimean War (1853-56) had an important impact on the transformation and institutionalization of the millet-system in the Ottoman Empire. The conflict broke out due to a dispute between Catholic and Orthodox clergy over the control of the Holy Places in Palestine and triggered the religious clientelism of the Great Powers. In order to preserve its sovereignty in the governance of non-Muslim communities, the Ottoman state had to conceive a new legal framework that would guarantee their religious freedom and privileges. Hence, community regulations were proclaimed by the Greek Orthodox, Armenian and Jewish communities in the period extending from 1862 to 1865. Another consequence of the Crimean War was the admission of the Ottoman Empire to the Concert of Europe, a process which necessitated the conciliation of the principles governing the Ottoman/non-Muslim communal sphere with those of their European counterparts. The project pays attention to the restructuration of the Ottoman Armenian and Jewish communities in a period that followed the Crimean War and the promulgation of the 1856 Reform Decree, which invited them to revise their community regulations. On the one hand, it tries to reconstruct the impact of the French consistorial system (a body created in1808 by Napoleon I and governing the Jewish congregations of France) on the transformation of the Ottoman Jewish community in the 1860s and the agency of the transnational communal networks behind the process. On the other hand, it shows how the Armenian intelligentsia which drafted the Armenian regulation tried to adapt the elements of French constitutionalism to the Ottoman context for the administration of their communal sphere. The research combines many sources including the Ottoman Archives, the French national and diplomatic archives, those of the Alliance israélite universelle and of the Israelite Central Consistory of France and of the Bibliothèque Noubar.

Ileana Moroni, University of Basel
The Parliament as Law-Maker in the Ottoman Empire in the aftermath of the 1908 Revolution

In this paper, I will discuss the Parliament as law-maker during the first year of the Second Constitutional Period, 1908-09.

The 1908 revolution profoundly affects the Ottoman political system. Following the restoration of the 1876 Constitution, and the opening of the newly elected Parliament in December 1908, sovereignty is transferred from the sultan to the nation, and the Parliament becomes the key political institution of this period. Even though the influence of extra-parliamentary and extra-legal methods, as well of as of social dynamics, on the law-making process, should not be downplayed, laws are henceforth discussed and decided upon in the Parliament, a representative institution which asserts sovereignty in the name of the nation, and which utterly also defines the limits of legitimacy in the new political system.
I will first briefly present the conditions within which the Parliament is convened, how deputies are elected, and what the prerogatives of this legislative body are, according to the 1876 Constitution. Then, I will examine within which conditions, through which procedures, and based on which precepts the Ottoman Parliament acts as a legislator. Deputies see their assembly as a revolutionary Parliament; in addition, more than on the letter of the Constitution and on the Parliament’s internal regulation, they base their practice and their arguments on what they call the “spirit” of the constitutional regime, on European examples, as well as on the need to act swiftly in order to safeguard “order”, “unity” (key concepts in their discourse), and, utterly, the nation.
Thus, even though law-making is now supposed to rely on the written rules set by the Constitution, parliamentary practice points, more than to rule of law, to a kind of “state of exception” in which a “revolutionary” Parliament is allowed to make whatever decisions it sees fit for the “salvation of the nation”.

Fatma Öncel, Boğaziçi University
Law and Struggle in Ottoman Rural Society: Çiftliks of Trikala

In this paper, I propose to discuss the making of law regarding land and property in the Ottoman countryside during the nineteenth century. As a part of my PhD research, I intend to focus on competing legal and social claims on agrarian lands in the Ottoman Balkans. Challenging the normative approaches to law, I will discuss the relationship between legal and social spheres both in conceptual and empirical means. Conceptually, an institutional approach to the making of nineteenth-century Ottoman land law is proposed based on the idea of legal pluralism; as the interests of competing social groups were institutionalized within multiple legal claims. Making of law is regarded here as an institution with its own dynamics, transcending legal reforms of the period. Also from a revisionist class-based analysis, I will discuss the mutual reproduction of law and society. Empirically, I intend to show the coexistence and competition between different legal claims on land raised by the peasantry, local nobility, and centralising state power. For that purpose, I examine a number of çiftliks at Trikala (Thessaly, Greece) during c. 1820s-1870s. These çiftliks belonged to different legal frameworks as miri and vakıf, and their records (“defters”) were kept for various purposes, such as enlisting possessions and revenues of çiftliks after confiscations, or account books comparing claims of peasants and vakıf deputies. These records included extensive information about land and about people working on it. Moreover, they presented details of contracts between peasants and landlords, and obligations of landlords to the central authorities. Therefore, I intend to highlight differences of legal claims in two layers; first, the ones due to rent and labour relations within çiftliks; and second, the ones due to legal status of çiftlik lands.

Christian Sassmannshausen, Freie Universität
When the Court Visited Home: Legal Out-of-Court Sessions and the Manzūl in Late Ottoman Tripoli

The making of law in the Ottoman Empire was a complex process based on various legal sources, institutions, and practices on both the imperial and local level. Nineteenth-century Ottoman reforms further differentiated the legal landscape, adjusting the basis of law, its institutions and establishing at least nominal legal equality of all citizens. Yet for all we know about Ottoman law on a theoretical level, we know remarkably little about how it actually worked in practice.

This paper focuses on local legal spaces and their interplay with the Islamic court in late Ottoman Tripoli (Greater Syria). In out-of-court sessions held mostly in manzūls, the reception halls of Muslim and Non-Muslim families, petitioners from very different social backgrounds (often from the same mahalle) settled a variety of legal cases. These out-of-court sessions, although still held under the auspices of the Islamic court, were led not by the judge but by the local court scribe (kātib). As such, the manzūl functioned as an exclusively local legal space, attended by a local kātib functioning as a judge, the hosts of the manzūl as well as local petitioners and witnesses. What’s more, most of the scribes in charge of such sessions were sons or close relatives of influential hosts of the reception halls. These semi-private court sessions, held in almost every quarter of the city, thus constituted a complementary legal space that excluded externally-appointed judges in favor of locally based court scribes with close ties to the manzūl’s hosts. As such, imperial policies in the legal sphere intending to contain the accumulation of local power – in this case, the more frequent rotation of judges – were incorporated into pre-existing forms of mediation outside of the court. Out-of-court sessions allowed the hosts of manzūls to safeguard particular legal decisions in the city. This strengthened the influence of informal mediation and allowed for the application of local notions of justice. The importance and longevity of these complementary legal spaces gives us new insight into the many layers of Ottoman legal culture and offer a new paradigm for how we understand local legal culture in practice.

William Smiley, Princeton University
Sovereignty, Sharia, and the Şeyhülislam in the Age of Revolutions

This paper takes up the relationship between political power and legal authority in the tumultuous decades that followed Selim III’s Nizam-ı Cedid reforms, but preceded the sweeping legal reforms of the Tanzimat. In this period, the Ottoman state was faced with internal turmoil throughout the Balkans, most notably in Serbia and Greece. The state responded by elaborating and applying the Hanafi law of rebellion to draw shifting lines between those who could and could not be killed and enslaved. At the same time, the state asserted, in the context of international diplomacy, that these rebellions were strictly within the Ottomans’ own sovereign jurisdiction. Both state assertions and juristic opinions were constructed with attention to the Islamic legal tradition, the gendered economies of Ottoman slavery, military necessities, and diplomatic considerations.
The paper traces the interplay between these factors, in order to untangle how political motivations informed, but were also shaped by, Islamic legal reasoning. Ultimately, I argue, the Ottomans redefined Islamic law to fit this moment—but did so within certain boundaries, themselves set by the legal tradition. The paper draws on a number of fetvas, on imperial orders invoking them, and on rescripts (Hatt-ı Hümayuns), all from the Başbakanlık archives, as well as on diplomatic correspondence from the British National Archives.
In telling this story, the paper aims to challenge common assumptions about the relationship between şeyhülislams and sultans, and more broadly, between the Islamic legal tradition and political authorities. At the same time, it situates the Ottoman Empire in the broader global context of the “Age of Revolutions,” arguing that the new definitions of sovereignty the Ottomans articulated through Islamic law had much in common with concepts of international law that emerged from the Atlantic World amidst North and South American independence movements and the U.S. Civil War.

İlkay Yılmaz, Istanbul University
Stamping the Outsider Subjects Inside: The Passport Regulations in the Hamidian Period

This paper aims at analyzing the international (1884 and 1894) and internal (1887) passport (mürür tezkeresi) regulations which are highly indicative of the political elite’s perception of security as well as the emerging infrastructural power tools of the modern state. The study tries to explain the disciplinary modern power mechanisms developed by the Ottoman political elite through the analysis of the administrative practices and regulations on geographical mobilization in everyday life as surveillance techniques.

In the Hamidian Era (1876-1908) the geographical mobilization is one of the burning issues of the Ottoman political elite as a part of security policies. The new threat perceptions of the political elites, mainly based on political problems, directed their attention to the Armenians, Bulgarians, seasonal workers, foreign workers and members of secret societies. Besides this, the new legislative and administrative security reforms are also influenced by the anarchist fear in Europe and the anti-anarchist regulations against “propaganda by deed”.
The threat perceptions thus shaped the security discourse of the political center. The new articulations of “vagrant” (serseri) and “mischief” (fesad) create a discursive link to pejorative understandings of “anarchism” and “anarchist” in official correspondences. This security discourse also refers to the concept of social order and the pan-Islamic discourse of the Hamidian regime that is disseminated to obtain legitimacy in domestic and international spheres. It also refers to the security ideology which dwells on the intention of unifying the Empire against “internal and external enemies”. The aim of the study consists in examining the relation between these emergent threat perceptions of the political center and the new regulations on geographical mobilization.

List of Participants (in alphabetical order)
Noémi Lévy-Aksu, Boğaziçi University, levy.noemi@gmail.com
Ahmad Amara, New York University, ahmadamara@gmail.com
Ebru Aykut, Mimar Sinan Fine Arts University, ebruaykut74@gmail.com
Marc Aymes, CETOBAC, EHESS, marc.aymes@gmail.com
Hümeyra Bostan, İstanbul Şehir University, humeyrabostan@std.sehir.edu.tr
Omar Y. Cheta, Bard College, ocheta@bard.edu
Dzovinar Derderian, University of Michigan, dzovinar@umich.edu
Wolfgang Egner, University of Constanz, wolfgang.egner@uni-konstanz.de
Sami Erdem, İstanbul Şehir University, samierdem@sehir.edu.tr
Yusuf Ziya Karabıçak, McGill University, yusuf.karabicak@mail.mcgill.ca
Ceyda Karamürsel, University of Pennsylvania, ceyda@sas.upenn.edu
Aylin Koçunyan, CETOBAC, EHESS, aylin.besiryan@eui.eu
Ileana Moroni, University of Basel, ileanamoroni@gmail.com
Fatma Öncel, Boğaziçi University, fatma.oncel@boun.edu.tr
Christian Sassmannshausen, Freie Universität, christian.sassmannshausen@fu-berlin.de
William Smiley, Princeton University, will.smiley@aya.yale.edu
İlkay Yılmaz, Istanbul University, ilkay.ylmz@gmail.com

List of Discussants (in alphabetical order)

Virginia H. Aksan, McMaster University, vaksan@mcmaster.ca
Noémi Lévy-Aksu, Boğaziçi University, levy.noemi@gmail.com
Nathalie Clayer, CETOBAC, EHESS, nathalie.clayer@ehess.fr
François Georgeon, CETOBAC, EHESS, georgeon@ehess.fr
Bernard Heyberger, CEIFR, EHESS, bernard.heyberger@ehess.fr
Dina Khoury, George Washington University, dikhy@gwu.edu

Team of the project “Trans-acting Matters: Areas and Eras of a (post-)Ottoman Globalization” involved in the workshop:

Marc Aymes, coordinator, CETOBAC, EHESS, marc.aymes@gmail.com
Sümbül Kaya, post-doctoral researcher, CETOBAC, EHESS, kayasumbul@hotmail.com
Aylin Koçunyan, associated researcher, CETOBAC, EHESS, aylin.besiryan@eui.eu

 

logos transfaire

 

Pluralité religieuse dans et à partir de l’espace ( post-)ottoman

Programme de la journée d’études

 « La gestion de la pluralité religieuse dans et à partir de l’espace (post-)ottoman »

 

pluralité religieuse

Le 10 février 2015, Collège de France, 52, rue du Cardinal Lemoine 75231 Paris.

La journée d’étude se propose de mener une réflexion collective sur les modalités à travers lesquelles la pluralité religieuse a été gérée, nommée et habitée au fil du XX siècle dans et à partir de l’espace ottoman et post-ottoman. Le sujet sera approché de façon variée, incluant la production normative étatique et son implémentation sur le terrain, les négociations des politiques religieuses avec les acteurs religieux et non-étatiques plus en général, la circulation transnationale des modèles de gestion du religieux, les pratiques de traduction/appropriation/domestication des termes et des concepts liés à la pluralité religieuse. Même si les différents cas d’étude portent sur des contextes assez diversifiés d’un point de vue spatio-temporel, ils sont reliés par une sémantique commune :

1) Ils se concentrent sur des acteurs religieux, minoritaires, et transnationaux
2) Ils voient dans l’éducation un champ d’analyse privilégié

Notre problématique commune sera la suivante : Comment les acteurs religieux minoritaires transnationaux font-ils l’expérience des tendances de régulation et de dérégulation étatique dans ou à partir de l’espace ottoman et post-ottoman dans le domaine de l’éducation ?

Programme de la journée d’études :

Anastassios (Tassos) Anastassiadis (McGill University), « Les acteurs catholiques dans la Grèce de l’entre-deux-guerres ».

Gabrielle Angey (CETOBaC), « Le mouvement Gülen en Afrique du Sud et Sénégal aujourd’hui ».

Benjamin Bruce (CERI –Science Po Paris), « Le rôle du Diyanet en France et Allemagne aujourd’hui ».

Nathalie Clayer (EHESS, CETOBaC), « Les acteurs catholiques dans l’Albanie de l’entre-deux-guerres ».

Fabio Giomi (CNRS, CETOBaC), « Les acteurs catholiques dans la Yougoslavie de l’entre-deux guerres ».

Alexandre Toumarkine (Orient-Institut Istanbul), « Les missionnaires protestants en Turquie dans l’entre-deux-guerres ».

Buket Türkmen (Galatasaray Üniversitesi), « Les Alévis en Turquie aujourd’hui ».

logo-transfaire.jpg

Qu’est ce que le Transfaire ?

Par Marc Aymes

La question du “transfaire” repose, au commencement, sur l’homonymie : on entend qu’il va être question du “transfert”, et de celle, consacrée, des “transferts culturels”. Comme tout néologisme à ses débuts, “transfaire” sonnerait creux, n’était la résonance de ce faux jumeau.

Relisons l’argumentaire soumis à l’ANR en 2012. Penser par “transferts”, disions-nous, revient à penser la mise en circulation comme étape subséquente à la production localisée de “cultures”. Parler de “transfaire” c’est au contraire étudier ce qui est (re)produit par la circulation de savoirs et de pratiques. S’astreindre à comprendre des relations sans avoir préjugé de leurs termes.

Question de sujet, donc : qui fait quoi ? Question d’objet, aussi : qu’est-ce qui donne prise à notre étude ? Dans l’argumentaire, nous parlions d’instruments (techniques, normatifs ou symboliques). De technopraxies / technocraties. De traitements matériels. Et à ce propos, justement, nous avons envisagé d’analyser par quels traitements matériels l’action publique se produit. De reconstituer les “carrières” qui informent cette “matière en réseau”. Bref, de faire profession de “matérialisme méthodologique”.

Parler de “transfaire” implique de parler d’espaces, de lieux — ce que l’on peut regrouper sous le terme de “géométries”, qui peut faire référence à divers plans, surfaces ou volumes sans exclusive. Mais plus essentiellement, “transfaire” implique de traiter d’espaces-temps. La part du “faire” rappelle l’épanchement du processus dans la durée (là où les “transferts” sont si souvent instantanés, par les temps qui courent). Elle signale la part non évidente de ce qui fait durer une relation.

Donc transfaire = géométrie + chronométrie, toujours. Cette équation vient taquiner certains lieux communs des “histoires connectées”, qui font se rencontrer des mondes en éludant la question de la synchronisation (et pour cause : le déphasage est presque toujours considéré comme allant de soi). Elle vient aussi nous dispenser de raisonner par “l’origine”, pour mieux laisser paraître les accidents de la “provenance”. On gagne ici à relire Foucault relecteur de Nietzsche :

“Rien qui ressemblerait à l’évolution d’une espèce, au destin d’un peuple. Suivre la filière complexe de la provenance, c’est au contraire maintenir ce qui s’est passé dans la dispersion qui lui est propre : c’est repérer les accidents, les infimes déviations — ou au contraire les retournements complets –, les erreurs, les fautes d’appréciation, les mauvais calculs qui ont donné naissance à ce qui existe et vaut pour nous.”

“Nietzsche, la généalogie, l’histoire”, dans Hommage à Jean Hyppolite, Paris, Presses universitaires de France, 1971, p. 152.

Nous espérons ainsi poursuivre certaines des questions collectivement soulevées dans l’ouvrage L’Art de l’Etat en Turquie »  :

logo-transfaire1.jpg

Les dynamiques multisectorielles de la domination politique en Turquie

Les dynamiques multisectorielles de la domination politique en Turquie (Benjamin Gourisse, Sümbül, Isil Erdinç)

Notre objectif est de créer un espace de travail et d’échanges entre des jeunes chercheurs travaillant sur la Turquie dans une perspective de sciences sociales. Il vise plus précisément à initier une réflexion collective autour d’une problématique relative à la multisectorialité ordinaire (ou routinière) des jeux sociaux, appliquée au cas turc.

Cette démarche résulte d’une mise en commun de résultats obtenus par chacun des organisateurs du séminaire sur leurs terrains respectifs. Nous avons effet ont tous été amenés à observer des processus d’imbrication de logiques sectorielles (étatiques et partisanes, syndicales et politiques, militaires et associatives, économiques, identitaires et politiques) qui nous encouragent aujourd’hui à penser la structuration du monde social en termes d’interpénétration sectorielle.

Le thème central qui nous servira de fil conducteur sera donc celui des relations inter-champs et de leur rôle dans les stratégies de conquête, de pérennisation et de contestation des positions de pouvoir et d’accumulation. Il s’agira ainsi interroger les dynamiques intersectorielles de la domination politique en Turquie. Nous privilégierons alors une approche multisectorielle (ou multi-champs) attentive à la complexité des configurations observables, et veillerons à analyser la constitution et la structuration des champs sociaux pensés non seulement les uns par rapport aux autres, mais également les uns à travers les autres, en termes de relations, d’interactions et de circulation.

Nous avons dégagé trois axes :

– Différenciation et dédifférenciation des secteurs sociaux : Le système politique turc s’est construit sur une non-sectorisation du jeu politique et une non-autonomisation des arènes étatiques. Ainsi, les logiques partisanes et bureaucratiques s’entremêlent pour conférer aux partis au pouvoir des possibilités de se renforcer dans l’Etat et empêcher l’alternance sans même avoir à remettre en cause l’élection comme mode de sélection des gouvernants. Cet axe vise donc à analyser concrètement comment se font et se défont les liens collusifs liants personnel politique et administratif, mais également comment ces positions dans l’Etat permettent aux partis de mettre en ordre le social en intervenant dans les rapports de force de secteurs sociaux stratégiques (on pense notamment aux secteurs économique, syndical et militaire).

– Transformation des modes d’administration et de gouvernement : l’accumulation primitive du capital en Turquie républicaine s’est réalisée par les intermédiations entre cadres du parti unique et entrepreneurs choisis pour leur conformité au modèle sociopolitique vanté par les kémalistes. S’est ainsi constituée une bourgeoisie captive, dont les succès dépendaient directement des contrats de sous-traitance accordés par la puissance publique, dans un contexte d’économie dirigée. Les réformes initiées depuis les années 1980 et intensifiées depuis le début des années 2000 (parfois désignées de néolibérales) changent les modalités de contrôle et de redistribution des ressources (privatisations, contrats de délégation, institutions au statut hybride public/privé, extraversion de l’économie, etc.). Cet axe vise donc à analyser les modes d’agrégation des réseaux politico-économiques, ainsi que les opportunités et contraintes nouvelles que portent les réformes.

– Les dynamiques des mobilisations et de la contestation : cet axe vise à étudier les modalités de la contestation de l’ordre politique et social. On analysera les arènes (locales et transnationales notamment), les acteurs (armée, organisations patronales, syndicats, partis politiques et groupes confessionnels) et les ressources (organisationnelles, économiques mais également identitaires avec la mobilisation de biens symboliques kurdistes ou islamo-conservateurs) de la contestation du pouvoir.

Transfaires impériaux : Turquie, Russie

 Transfaires impériaux : Turquie, Russie

Par O. Bouquet,  Pr Université Paris Diderot, Le 26 mars 2015

Université Paris Diderot, 15 avril 2015
Co-organisateurs : CESSMA, ICT, ANR TRANSFAIRE

logo transfaire

Depuis bientôt trois ans, l’ANR TRANSFAIRE dessine les cadres d’observation de connexions et d’interdépendances post-impériales, dans la continuité d’approches pluridisciplinaires envisagées dans une précédente ANR, TRANSTUR . Animée principalement par des spécialistes du monde turc, l’ANR se veut néanmoins autonome vis-à-vis de l’aire culturelle dont a priori elle relèverait : le projet (consultable sur le site de l’ANR) entend éclairer « une période de transformation des équilibres régionaux dans lesquels sont pris les pays de l’espace post-ottoman » . L’objectif de la journée est d’envisager cet espace en relation avec un autre (le monde russe) auquel il est en partie lié, afin d’ouvrir un forme de « dialogue eurasien » selon des formes comparables à celles qui sont actuellement entreprises, notamment à l’occasion des commémorations de la Grande guerre. Il s’agit d’esquisser une réflexion ciblée autour de la problématique suivante : comment aborder les espaces temps d’une globalisation à travers l’étude des stratégies de captation des héritages impériaux déployées par les systèmes politiques actuels ? Pareille approche recoupe, mais selon des logiques différentes, les thématiques du laboratoire où se tiendra la journée d’étude, à savoir le CESSMA. À l’échelle des sociétés contemporaines d’Afrique, d’Amérique et d’Asie, il offre l’intérêt d’opérer un déplacement de focale vers d’autres sous-ensembles régionaux : la Turquie, souvent décrite par les observateurs européens comme un pays d’Orient, est davantage abordée au CESSMA comme un « Nord du Sud » en développement.
La journée promet d’être dense, car les intervenants disposeront d’objets multiples, de sujets comparables, de terrains communs, de marges, de frontières et de fronts, d’aires terrestres (le Caucase et ses fronts ouverts, la Guerre de 1914, le Génocide arménien de 1915) et d’aires liquides : la mer Noire, à envisager ou non comme un alter ego – dans plusieurs langues et sur une belle longue durée, la Méditerranée est une « mer Blanche ». Aucun terrain d’étude n’est exclu, à condition toutefois d’envisager une réflexion commune autour de la pluralité des espaces temps. L’opération fut déjà essayée il y a quelques années à l’occasion d’un séminaire consacré aux comparaisons impériales . Elle continue d’être périlleuse : histoires russe et ottomane ne sont souvent connectées que par les représentations qui en sont forgées. En vérité, elles semblent obéir à des logiques certes parallèles au XIXe (l’autocratisation du régime, la modernisation des institutions), comme au XXe siècle (la table rase révolutionnaire, puis la reconversion des élites impériales), mais sans influence l’une sur l’autre, alors même que les ressemblances impériales semblent aller de soi. Proximité géographique, revendication d’un héritage romain, constance de la rivalité géopolitique sont quelques uns des thèmes qui incitent a priori les chercheurs à présupposer chez les Russes et les Turcs la poursuite d’expériences historiques communes et de productions normatives similaires. Pourtant – et c’est là où les approches comparées envisagées au CESSMA ont leur utilité –, les « bons comparables » (M. Détienne) ne sont pas là où on croit les trouver : pour ne prendre qu’un exemple, un administrateur territorial ottoman ressemble à bien des égards davantage à un fonctionnaire brésilien qu’à un employé russe – au cours de la journée, nous souhaiterions inviter un spécialiste de l’Amérique latine évoquer avec nous les illusions de la proximité cultivées au sein des area studies.
Une autre possibilité consiste à chercher aux mêmes sources des modèles comparables : on dira ainsi que si les Russes et les Turcs avaient appris le français, c’est qu’ils avaient « découvert » (je reprends une expression phénoménologique employée par plusieurs ottomanistes) la France, et que la France s’était chargée à travers eux de se faire « traduire l’Asie ». Partant, on identifiera les supports et les vecteurs des modes d’acquisition de savoirs et de disciplines. On insistera sur le rôle des nobles (hérédité, service, propriété) ou des personnalités notables (la Turquie ne reconnaissait pas les aristocraties mais produisait des noblesses) . On sera prêt à esquisser une histoire comparée des transferts culturels qui finira bien par produire quelques fruits. Le risque étant d’éluder une fois de plus la question de la synchronisation des changements, comme si les déphasages allaient toujours de soi : on expliquera ainsi que les Ottomans avaient du retard sur les Russes dans l’apprentissage du français aussi aisément qu’on soulignera le niveau constamment inégal de leurs degrés respectifs de maîtrise. Les Russes en ressortiront comme d’inégalables born to speak French elites et les Turcs seront ramenés à leur incapacité à parler naturellement (ce qui passe pour naturellement naturel étant bien souvent culturellement naturel), une langue reflet permanent de l’alliance (contre-nature justement) nouée, depuis François 1er et Soliman le magnifique, avec les « infidèles infernaux » (Barberousse). Même si, en fin de parcours, on aura reproduit les travers déjà identifiés pour n’envisager qu’une histoire comparée de faible portée, on se consolera avec l’idée que « la culture a pour tâche de déconnecter les espaces et de les reconnecter » . Au pire, on se sera un peu cultivé à essayer de faire l’inverse. Au moins aura-t-on inscrit deux mondes (et qui sait, peut-être un troisième, caucasien par exemple, entre les deux ou en leur sein) dans les domaines aréaux du CESSMA autant que dans l’ère de la globalisation scientifique et technologique des contemporanéités post-ottomanes de TRANSFAIRE . En revanche, si la journée est fructueuse, pourquoi ne pas envisager, à l’occasion d’une autre rencontre, un mode opératoire complémentaire, par exemple des interventions à deux voix (le tsar et le sultan ; le noble et le kul ; 2e et 3e Rome ; millet et sloslovie…) dans la perspective de publications ?
Pour l’heure, je suggérerais d’axer la rencontre autour de ce qui rassemble déjà les participants de TRANSFAIRE : l’étude des « instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. À la problématique du « transfert », qui présume de domaines censément « propres » à chacune des régions concernées, et dessine une marqueterie d’aires incommensurables, notre questionnement substitue une approche des modalités du transfaire, attentive aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique » . Commençons déjà par nous adosser aux études récentes consacrées aux circulations révolutionnaires contemporaines. Tâchons d’identifier des groupes qui auraient fait un usage propre ou en propre des instruments particuliers, les langues bien sûr, mais également diverses mises en forme de soi. Portons le regard sur des minorités caractérisées par un décalage (croissant, sans doute) entre la réduction de marges de manœuvre dont elles disposaient et la portée effective de transfaires opérés, au-delà des seuls domaines impériaux. On insistera sur des groupes clairement identifiés (Arméniens et Tatars notamment). On pourra évoquer les minorités chez l’autre, des Russes blancs, ou chez soi, les Turcs blancs. Le mieux étant bien sûr de ne pas institutionnaliser les communautés plus qu’elles ne l’étaient (un débat existe chez les ottomanistes sur le bon usage de la notion de millet), et de chercher calmement ses mots, tout en identifiant des pratiques qui mènent aux mots. Le mieux étant également de voir une figure institutionnelle comme une figure d’un autre. Nous l’avons fait un peu par hasard, avec Z. Gasimov qui nous fait l’amitié de participer à la journée, lors d’un échange sur un sujet que je livre ici comme exemple de papier à proposer.
Prenons un homme décrit comme le plus grand historien vivant de Turquie, qui l’est de plus en plus au fil des ans qui le mène vers le centenaire, et voyons le comme autre chose que comme un historien. Voyons-le comme un jeune (mais pas comme un jeune Staline, suivez mon regard, ou comme un jeune Atatürk, suivez-en un autre), comme un jeune Tatar. On oublie donc que perce déjà le grand historien (même si c’est le cas, mais bien malin qui le prouvera) sous Halil Inalcik, et on l’étudie en tant qu’être de langue et de savoir. On ne réfléchit pas au transfert culturel : il étudie les sciences politiques aux Etats-Unis dans les années 1950, donc il devient historien ouvert aux sciences politiques ; il enseigne à Chicago à partir de 1974, donc il devient historien capable d’écrire en anglais, et ainsi de suite. On réfléchit au transfaire impérial d’un homme né en 1916, âgé de 12 ans quand il lui faut changer d’alphabet, après avoir appris une langue qui n’était pas celle de son milieu familial. Prenons ensuite un autre historien, d’une autre génération, né en 1947, également Tatar d’origine : Ilber Ortayli. Sa langue maternelle est le russe. Il la parle encore aujourd’hui, mais aux dires d’amis russisants, un peu comme le font les enfants, comme l’enfant que d’une certaine manière il est resté. Il parle l’allemand autrement, comme la langue qu’il a apprise en classe, au lycée allemand d’Istanbul. Il parle plusieurs autres langues, mais un peu comme un vieil oncle askhénaze, toutes en yiddish.
Ces deux historiens sont aujourd’hui inscrits dans la trame d’une post-globalisation impériale – voici leurs notices wikipedia . Mais ils ont un rapport à l’impérialité qui, sans être le produit de décisions kémalistes pour l’un, ou d’ouvertures démocratiques des années 1950 pour l’autre, varie selon leur capacité à transfaire, sous la République, un air (venu) d’ailleurs. Ils sont marqués au coin d’une historicité croisée différentielle. C’est un sujet d’étude que je voudrais aborder dans la journée, et que je cite comme exemple à l’usage des intervenants. Mais toute option est possible, entre ceux qui voudraient « ne pas faire de vagues (…) et travaille[r] petit [afin que] ça rapporte gros » , et ceux qui n’hésiteraient pas à reprendre, en fin de cycle, une part d’impériologie comparée (la Question d’Orient, le Califat….). L’important est de proposer un papier en liaison avec les thématiques évoquées plus haut :
• Histoire croisée différentielle
• Connexions et interdépendances post-impériales
• Aires terrestres et liquides, fronts et frontières
• Expériences historiques parallèles déconnectées
• Transfaires des savoirs et mises en forme de soi
• Instruments techniques et symboliques
• Traductions
• Minorités post-impériales
• « Épreuves de noblesse »
• Figures institutionnelles, figures des autres

La journée aura lieu le 15 avril à l’Université Paris 7, site Olympe de Gouges. Elle s’organisera en trois sessions sessions. Chaque participant sera aussi discutant d’un des papiers présentés. Chacun des papiers devra être envoyé quinze jours avant la date de la journée. Au terme de la journée, les intervenants réfléchiront au cadre à envisager pour une publication des papiers.

O. Bouquet

Pour télécharger l’argumentaire : Transfaires_Russie_Turquie

« Transfaires impériaux : Turquie, Russie », 15 avril 2015

Une journée d’études « Transfaires impériaux : Turquie, Russie » se tient le 15 avril 2015 à l’Université Paris Diderot, bâtiment Olympe de Gouges, salle 870.

Avec la participation du programme « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane » (ANR-12-GLOB-003).

Pour télécharger le programme  de la journée d’études : programme transfaires impérieux

Pour télécharger l’affiche de la journée d’études : Affiche Transfaires impérieux

Pour télécharger l’argumentaire de la journée d’études : Transfaires_Russie_Turquie

 Programme des interventions

9h – Accueil des participants : Véronique DUPONT (directrice adjointe du CESSMA)

9h15 – Présentation : O. BOUQUET, M. AYMES (coord. ANR TRANSFAIRE)

Première partie : Sociétés de frontière

Président de séance : Zacarias MOUTOUKIAS

9h40 – Étienne PEYRAT (IEP Paris) :
Kars, au hasard de la frontière (1900-1918)

10h10 – Zaur GASIMOV (Orient-Institut, Istanbul) :
Entre science et politique. Ahmet Caferoðlu comme « agent de transformation », linguiste et public intellectual

10h40 – Anouche KUNTH (CNRS, Migrinter) :
Vers une histoire en mouvement des relations entre empires russe et ottoman : le prisme des migrations arméniennes (XIXe-XXe siècles)

11h10 – Pause

Deuxième partie : Noblesses d’Empire

Présidente de séance : Sophie COEURÉ

11h30 – Wladimir BERELOWITCH (EHESS, CERCEC), Le multilinguisme des élites russes à l’époque impériale : fonctions et usages

12h00 – Olivier BOUQUET (Université Paris Diderot, Université de Galatasaray) La langue de l’autre empire : le russe des Ottomans (XIXe-XXe siècles)

12h30 – Katarzyna PAPIEZ (IFEA, Istanbul) Évolution et rôle des frontières dans les échanges culturels entre la Pologne et l’Empire
ottoman

13h00-14h30 – Déjeuner

Troisième partie : Transfaires culturels

Président de séance : Wladimir BERELOWITCH

14h30 – Güneş IŞIKSEL (Université de Galatasaray, Collège de France) :
L’art de la duplicité : négociations osmano-rourikides pour le sort d’Astrakhan dans le troisième quart du XVIe siècle

15h00 – Elena ASTAFIEVA (CNRS, CERCEC) :
Étudier « l’Orient chrétien » en Russie impériale, ou la spécificité russe des relations entre
savoir, religion et pouvoir (fin du XIXe-début du XXe siècle)

15h30 – Özgür TÜRESAY (Université de Galatasaray) :
La Russie vue par un réformiste ottoman occidentaliste : quelques notes sur le Şimâl hâtıraları (1912) de Celâl Nuri

16h00 – Marc TOUTANT (VU University Amsterdam) :
Les enjeux du legs chaghatay : examen des stratégies d’appropriation dans l’Ouzbékistan soviétique et la Turquie moderne

16h30 – Pause

17h00 – Conclusions et perspectives

Elargissement de l’UE à la Turquie

Du TRANSFERT au TRANSFAIRE : repenser l’élargissement de l’UE à la Turquie ( 1/11/14)

par Claire Visier.

Dans le cadre de différents projets, individuels ou collectifs et en lien avec les problématiques de l’ANR transfaire, plusieurs chercheurs et chercheurs associés de l’IFEA traitent de la relation de la Turquie à l’Union européenne.

Dans une perspective un peu différente de celle qui est généralement adoptée par les travaux portant sur l’élargissement de l’UE à la Turquie, ces recherches s’intéressent à la fois à la fabrique de l’élargissement et à ce que fabrique l’élargissement à partir d’une collection d’études situées, portant sur différents enjeux de l’élargissement. On peut considérer que ces travaux  tentent de réfléchir non plus en termes de transfert mais de transfaire.

La perspective généralement adoptée dans les travaux sur l’UE et la Turquie, reposent  sur ce que nous considérons être une fiction, celle de « la politique de l’élargissement », construite comme un objet unidirectionnel et unidimensionnel. Selon cette acception, la politique d’élargissement serait pensée et produite par l’UE, puis mise en œuvre en direction des différents pays candidats (au travers des négociations pour l’adhésion), avec des réceptions spécifiques d’un pays à l’autre (mesurée par l’ampleur des réformes mises en œuvre et par le niveau d’alignement sur l’acquis européen). On retrouve là un biais courant dans les études européennes, issu des relations internationales, celui du « two level game »  ( Putman, 1988) qui conçoit le système européen comme la superposition hiérarchisée de niveaux de gouvernement ; le niveau communautaire supranational, venant se superposer et le cas échéant s’imposer au niveau national. Toujours selon cette fiction, la politique d’élargissement est pensée à partir d’un schéma à la fois en termes d’exigences du « système émetteur », et de réponse du « système client », d’exportation de normes par le système émetteur et d’importation de ces normes par le pays récepteur.

Afin d’échapper à cette fiction, il nous semble important de ne pas construire la relation Turquie/UE à partir de la seule scène politico-diplomatique des négociations pour l’élargissement, mais au contraire de repérer, caractériser et analyser chacune des scènes où est produite l’action publique (ou plutôt les actions publiques) qui met(tent) en jeu l’élargissement, voire plus généralement un rapport à l’UE. Par « scènes » nous entendons des configurations d’acteurs, interdépendants et contraints par des règles qui les lient mais dont le jeu est dynamique et en constante évolution (Elias). L’idée de scène nous permet de mieux situer l’action en nous obligeant à tenter pour chaque scène, d’en décrire le décor, de circonscrire les acteurs en présence et les enjeux qui les relient. Il est a priori possible de dénommer certaines de ces scènes, selon un schéma classique de la production de l’action publique : la scène communautaire où est fabriquée la politique d’élargissement ; la scène internationale où sont élaborés nombre de modèles de politique publique ; la scène transnationale de mise en réseau d’institutions, d’organisations et/ou d’individus ; la scène diplomatique des négociations pour l’élargissement ; la scène politique interne où s’élabore les réformes ; les scènes sectorielles où s’appliquent les réformes ; la scène médiatique ; la scène de l’opinion publique).  Il importe de ne pas poser  a priori ces scènes mais plutôt de les repérer et de les définir en fonction des thématiques étudiées. Ces thématiques peuvent être multiples et aller de :

– la fabrication d’un « modèle » d’action publique (le ‘dialogue social’ ; ‘la carte verte’ ; ‘le contrôle démocratique des forces armées’ ; ‘l’action par projet’ ; ‘la consultation’…) ;

– la production de la politique de pré-adhésion  (sa définition par les instances communautaires ; sa mise en œuvre au niveau politico-diplomatique international ; la production de la politique de pré-adhésion au niveau national)

– la mise en œuvre d’un instrument d’action publique (‘l’outil financier d’assistance à l’adhésion’ ; ‘la carte verte’ …) ;

– les réformes dans tel ou tel secteur (le secteur syndical et des droits sociaux, la politique régionale…) ;

– la création de nouvelles institutions (agences de développement…)

Il s’agit alors de considérer l’élargissement et ses effets non pas au travers d’un processus linéaire, parti de Bruxelles, qui viendrait produire ou modeler ces différentes thématique, mais à l’inverse comme le résultat de circulations et parfois d’articulations entre les différentes scènes qui entrent en jeu pour chacune des thématiques étudiées.

  1. LE TRANSFERT

Les travaux sur « la politique d’élargissement » se sont multipliés à la faveur de l’expérience du processus qui a mené à l’entrée de 10+2+1 nouveaux pays dans l’UE. Avec les Pays de l’Europe Centrale et Orientale (PECO), pour la première fois l’UE s’ouvrait de façon concomitante à un nombre important de pays dont le développement économique et politique était pour la plupart aussi éloigné de celui des pays membres de l’Union européenne.  Afin d’aider les PECO à relever le défis de l’élargissement, pour la première fois dans l’histoire des élargissements de l’europe commuanautaire était mise en place une politique de pré-adhésion (Tulmets). Dans ce cadre, les analyses se sont avant tout intéressées à la capacité de l’Union européenne à pouvoir influencer la reprise par des PECO de normes ou pratiques européennes. Marquées par une vision top-down, elles ont repris sur le plan scientifique des concepts en usage (tels que ‘l’acquis’, ‘l’alignement’, ‘la conditionnalité’). Ensuite élargies aux autres pays candidats, elles portent la marque du contexte de leur production. Se focalisant sur la variable européenne, elles construisent l’objet élargissement à partir d’une chronologie européenne et d’un référent européen (l’adhésion comme horizon) et finalement d’un questionnement qui est celui des acteurs étudiés : la capacité européenne à opérer un transfert de ses normes et de ses pratiques ?

Le ralentissement du processus d’élargissement, pas spécifique à la Turquie mais particulièrement patent dans ce cas, a pu pour effet de réorienter les questions de recherche, en particulier sur le rôle des acteurs domestiques dans les réformes qui font  références à l’Union européenne et/ou à ses standards. Malgré l’évolution du questionnement, ces études ont toutefois continué à surestimer la variable européenne comme « modèle » et comme horizon à atteindre. En demeurant dans une optique d’évaluation du transfert des standards européens, de son succès ou de son échec, de sa réalité ou de son instrumentalisation, elles passent ainsi à côté d’une étude plus fine et large de ce que produit en Turquie aujourd’hui l’enjeu de l’élargissement.

 1.     Caractériser et mesurer la capacité d’influence de l’UE

– Une focalisation sur la chronologie de la relation UE/pays candidat.

La relation Turquie/Europe a pendant longtemps était délaissée en Turquie par les politistes, plus intéressés par les questions de politique internes (Müftüler Baç, 2003), elle a été étudiée par les juristes et les internationalistees avant tout au travers d’une mise en avant de la chronologie des relations institutionnelles et d’une description de ces relations.

Le renouveau des études concernant la relation Turquie/UE est venu des études portant sur l’Européanisation. D’abord focalisées sur les pays membres (Ladrech 1994, Radaelli 2002), les problématiques de l’européanisation se sont ensuite étendues aux pays voisin de l’UE (Grabbe 2002). Tandis que l’acceptation de la candidature de la Turquie (1999) puis la perspective de l’ouverture des négociations a eu pour effet une multiplication du nombre d’ouvrage consacré à la relation Turquie/UE, l’ancrage dans les études européennes, a renforcé une lecture à partir de la chronologie des relations institutionnelles avec l’Union européenne. De même que pour le reste des études sur l’européanisation, la variable européenne, considérée comme indépendante, est largement surestimée (Visier, 2009)[1].

Les études comparatives avec les PECO sont restées assez limitées ; toutefois, les travaux de Frank Schimmelfennig, Ulrich Sedelmeier et leur importante diffusion[2], ont permis l’unification des travaux portant sur l’élargissement à partir d’une lecture théorique spécifique, celle des effets de la conditionnalité européenne. Reprenant l’idée de conditionnalité forgée par les acteurs des politiques d’aides internationales, les auteurs ont ainsi porté leur attention sur les conditions de réussite du transfert des normes et standards européens dans les pays candidats, en se focalisant sur les mécanismes et les effets de la stratégie de conditionnalité. Le modèle de l’« external incentive » décrit par les auteurs a connu un vif succès et s’est largement imposé comme cadre des analyses portant sur l’élargissement à la Turquie au dépend d’autres types d’analyses largement développées dans les études sur l’européanisation, telles que la socialisation ou le social learning (Schimmelfenning in Graziano, 2008).

Ce modèle se focalise sur les négociations diplomatiques, scène sur laquelle la conditionnalité est mise en œuvre , ce faisant il perpétue la domination de la chronologie des relations institutionnelles entre la Turquie et l’UE. Cherchant à repérer les modes alternatifs de gouvernance basés sur des relations non-hiérarchiques et impliquant des acteurs privés qui peuvent assurer la reprise et l’adaptation de l’acquis, une équipe de chercheurs sous la conduite de T. Börzel (2005) conclut à la très faible existence de ces modes alternatifs de gouvernance « The absence or weakness of the shadow of hierarchy may at least partly explain why the literature has found little evidence on the use of new modes of governance in the accession process ». Elle précise cependant plus loin : « Before we engage in any further theorizing about the role of new modes of governance in the accession process, we require more empirical knowledge on the ways in which the accession have sought to build-up the institutions that shall make EU policies work on the grounds.». D’autres auteurs ont critiqué une telle focalisation sur le processus institutionnel (Georgiadis, 2005) ; ainsi H. Grabbe (2001) insiste bien sur les limites de l’influence des instruments européens d’une part parce que « EU demands on [candidate countries] are not just a set of conditions to receive defined benefits, but an evolving process that is highly politicised on both sides ».

–       Une vision top down des mécanismes de l’élargissement

Les analyses portant sur la conditionnalité (mais on peut considérer qu’il en est de même avec les analyse portant sur le social learning), considèrent la politique d’élargissement selon un schéma que l’on retrouve également dans les policy transfer studies ((Dolowitz, Marsh 2000…). Il s’agit d’un schéma directionnel, qui part d’un point A, émetteur (l’UE) vers un point B, le récepteur (le pays candidat). L’Union européenne, détient un patrimoine de règles, plus ou moins contraignantes – soft/hard – l’acquis, définis a priori. Au travers de la politique d’élargissement elle exige de la part de l’Etat candidat un transfert de ces règles. Pour ce, elle élabore des conditions qui visent à influencer les réformes et à avancer dans le processus d’élargissement. Face à ces conditions, l’Etat candidat répond. Pour analyser la réponse de l’Etat, le modèle prend en compte, les caractéristiques du modèle transféré (à la fois sa malléabilité mais aussi sa cohérence), l’Etat du secteur soumis à la réforme (en particulier l’existence ou non de « veto players » et la dépendance au sentier), mais insiste particulièrement sur l’efficience de la conditionnalité, c’est-à-dire sur la capacité de l’UE à proposer des gratifications satisfaisantes pour pousser à la réforme et sur le calcul rationnel des coût/avantages des acteurs qui impulsent les réformes (en particulier le gouvernement).

  L’action des acteurs domestiques est traitée suivant la logique de la réponse à ce qui est forcément perçu comme une demande, qui plus est exogène (dans ce cas européenne). Les auteurs du modèle rationnel mettent à jour deux types d’impact de la conditionnalité : un impact top-down qui passe au travers des négociations intergouvernementales -l’Etat candidat calculant les bénéfices (au niveau international) et les coûts (au niveau domestique) de la condition- ainsi qu’un impact bottom up au travers de l’intérêt que différents acteurs nationaux peuvent avoir dans le fait que la condition soit ou non remplies. Mais dans un cas comme dans l’autre, on reste dans une logique descendante : la règle et la condition sont définies à Bruxelles, le choix et la capacité de remplir la condition sont le fait des acteurs nationaux[3]. Les acteurs sont toujours considérés comme des médiateurs (facilitateurs ou au contraire véto Player) de l’UE et non comme de potentiels créateur de l’UE (Kaliber, 2013). Penser le rôle de l’Etat candidat uniquement en termes de réponse aux exigences européennes empêche également d’appréhender, au-delà de la claire relation dissymétrique entre l’UE et les pays candidats, comment et jusqu’où se joue la participation de l’Etat candidat à la conception de la méthodologie de l’élargissement et de la politique de pré-adhésion.

            Le comportement des acteurs nationaux est étudié à partir de leur perception rationnelle de l’UE comme structure d’opportunité leur offrant des ressources légales et politique pour exercer leur influence et contraindre leurs potentiels opposants (Borzel, 2002). Alors que de nombreuses études s’intéressent à l’évolution de l’opinion publique Turque sur l’Union européenne et démontrent l’importance des variations (Carkaoglu, Yilmaz), la question des représentations et de leur variation n’est pas prise en compte. De même les comportements des acteurs  sont généralement considérés d’un point de vue statique, ie rapporté à la mesure d’un moment M et rarement considéré dans leur historicité.

– une conception binaire et uni-dimentionnelle de l’élargissement comme transfert de normes et standards européens

Malgré l’existence de travaux sur « l’acquis européen » (Cecile,…), les études portant sur l’élargissement s’intéressent assez rarement à la production de ce qui est posé comme « normes » ou « standards » européens. Le modèle européen est en quelque sorte pris pour acquis, réifié, perçu comme consistant et stabilisé (Delpeuch 2008, Hassenteufel, De Maillard 2013 ; Visier, 2013). C’est à l’aune de ce « modèle » européen, considéré comme un étalon de mesure que sont étudiées les transformations dans les pays candidats, et jugées  au travers de leur plus ou moins grande distance au « modèle européen ». Il est sur ce point intéressant de noter que les études en terme de « path dependency » consacrées à l’élargissement, insistent sur l’importance du national (local), mais pour finalement en conclure à une plus ou moins grande distorsion avec un « modèle européen »[4].

Cette non analyse des modèles est d’autant plus rendue possible que l’étude de la politique européenne de pré-adhésion échappe encore à une sociologie de l’action publique , qui s’est pourtant développée dans d’autres secteur des politiques européennes (Hassenteufel, Surel, 2000). Au travers de l’analyse de l’ensemble des acteurs parties-prenantes au policy-making, un telle approche permet de repérer les différents enjeux de la politique et de  mieux cerner son contenu au-delà des objectifs qui lui sont assignés par le récit de politique publique (narrative)[5].

Le ralentissement des négociations en Turquie et l’éloignement de l’horizon européen, ont eu des effets contrastés d’un secteur de politique publique à l’autre, affectant plus ou moins les réformes en cours ou à venir. Si la conditionnalité est un facteur important pour saisir le processus de réformes en Turquie, elle n’est en aucun cas le seul plus comme déterminante.

2- Les usages de l’Europe par les acteurs domestiques

Le constat de l’existence de décalage entre la chronologie UE/Turquie d’une part, la chronologie des réformes en Turquie de l’autre à eu pour effet une mise à distance ou du moins à une appréhension plus critique du modèle rationaliste des effets de la conditionnalité en Turquie. Tout en tentant de se distancier de ce paradigme dominant, les études qui portent aujourd’hui sur Turquie et l’UE demeurent toutefois marquées par certains des présupposés de ce modèle.

Le ralentissement du processus de négociation, a eu pour effet bénéfique de prouver que la conditionnalité n’était pas le seul facteur permettant de comprendre les processus de réforme en Turquie en lien avec l’UE. « Since the credibility of accession conditionality declines over time, however, it cannot explain why we do find instances of domestic change that conforms to EU demands in some areas and not in others” (Börzel, Soyaltin, 2012: 14). “No matter who initiates reforms and how reforms are pursued, the rather unexpected outcome of the process is that Turkey is moving closer to the EU despite the EU’s increasingly lukewarm attitude”(Avci, Carkaoglu, 2013:9) mentionne l’introduction d’un ouvrage paru en 2013 (mais écrit avant 2012). Se distanciant des études sur la conditionnalité, et la prééminence du facteur européen, les analyses se sont plus fortement focalisées sur les acteurs domestiques. Certaines se réfèrent aux modèles développés dans le cadre des policy transfer studies, comme le lesson drawing model (Rose, 1993). G. Yilmaz (2012) montre ainsi dans le cas des politiques envers les minorités que c’est l’insatisfaction vis-à-vis des politiques en place qui a amené les leaders politique à chercher à l’étranger des solutions. Le changement n’est alors pas imputable à l’UE, il est promu de façon volontaire par les élites politiques turques. Si la variable européenne apparaît comme moins centrale, l’idée d’un transfert depuis un système émetteur vers un système récepteur reste prégnante.

De nombreuses autres analyses insistent sur les usages de l’Europe (Jacquot, Woll, 2004) par les acteurs domestiques. T. Borzel (2012) résume bien ce type d’analyses, démontrant que les transformations en Turquie sont largement induites par l’agenda politique du gouvernement turc, moins influencé par la conditionnalité européenne que par les moyens de consolider son pouvoir. Elle conclue alors que le cas turc montre que ce ne sont pas uniquement des coalitions pro-occidentales, et en faveur de réformes libérales qui font usage de l’UE pour faire avancer et légitimer leurs agendas politiques.

De telles analyses auraient pu ouvrir la voie à de nouvelles réflexions sur les processus d’européanisation -ici compris comme les processus liés aux mécanismes de l’élargissement (Diez, Agnantopoulos, Kaliber, 2005)- ; leur possible co-exitence avec des pratiques, des projets non démocratiques, ou encore leur limites à induire /produire la démocratisation. Loin de telles perspectives, les analyses ne poussent finalement pas la réflexion sur l’européanisation et se cantonnent à des conclusions uniquement en terme d’instrumentalisation par le pouvoir en place de l’UE et de l’élargissement. En cela, elles ne parviennent finalement pas à dépasser un certain nombre de présupposés contenus dans le modèle rationaliste de la conditionnalité.

En développant une autre définition de l’européanisation, très largement répandue en Turquie, comme un modèle civilisationnel occidental marqué par la modernisation, la sécularisation et son dernier avatar, la démocratisation, les analyses adoptent un positionnement normatif et supposent l’équivalence entre alignement sur l’acquis communautaire et démocratisation. Elles étudient alors les processus en cours uniquement au travers de l’évaluation de l’output des réformes et de leur écart à ce qui est considéré comme le « modèle européen ».

Les analyses demeurent également très fortement rationalistes. C’est uniquement au travers de la notion d’instrumentalisation de l’UE qu’est analysée la politique actuelle de la Turquie. Celle-ci est souvent résumée à l’action du gouvernement, voire du chef du gouvernement (et maintenant du président), au travers d’une analyse qui met en avant son intentionnalité (déclarée ou supposée) et sa rationalité. La logique d’appropriation et la question de la socialisation  sont parfois évoquées, mais uniquement en référence à des acteurs non politiques, et sans qu’elle soit étayée par des démonstrations empiriques (Visier, 2014).

B. Construire l’objet élargissement à partir du TRANSFAIRE.

Nous faisons le pari que la construction de l’objet élargissement à partir de l’idée de ‘transfaire’ peut donner à voir différemment les processus à l’œuvre.

 Par idée de ‘transfaire’ nous souhaitons mettre l’accent sur :

– une acception plus large de l’idée de « trans », permettant de sortir du face à face hiérarchisé et unidimensionnel entre un émetteur (l’Union européenne) et  un récepteur (le pays candidat, ici la Turquie). Il s’agit alors de réintégrer la relation qui se noue autour de l’élargissement dans un faisceau beaucoup plus large et moins linéaire de circulations (internationales mais aussi transnationale et intra-nationales).

–  ne pas considérer de façon indépendante les circulations et ce qui est l’objet de ces circulations, et pour cela de porter une attention particulière aux conditions concrètes de production de l’action publique.

1.     Du top-down au trans

Les limites des analyses soulevées plus haut ne sont pas uniquement imputables aux analyses portant sur l’élargissement, elles renvoient plus généralement au travers des études européennes fortement marquées par des lectures institutionnalistes. Ainsi nous faisons notre l’assertion de différents auteurs (Rumford, 2002 ; Smith, 2006 ; Favell & Guiraudon,2011) concernant le gouvernement européen, qui ne se réduit pas à ‘Bruxelles’ (ou Strasbourg et Luxembourg) ni aux institutions ou même organisations européennes. « We argue that Europe is constantly being made in particular places, through specific actor struggles, whose interconnections are often ill-defined. Moreover, the contingent nature of these interactions demands a systematic approach to demonstrate both ‘where’ and ‘how’ actors interpret, reference and articulate Europe and get its meaning” (Carter, 2011).

Concernant l’élargissement, il importe de ne pas construire l’objet à partir de la seule scène diplomatico-politique des négociations institutionnelles, considérée comme venant se superposer à l’échelon national du pays candidat (voir des pays membres de l’Union européenne), mais au contraire de repérer et de caractériser les différentes scènes où est produite l’action publique (les actions publiques) qui met(tent) en jeu l’élargissement. D’une thématique à l’autre, et suivant les moments, les scènes en jeu et les chronologies ne sont pas forcément les même (pour les réformes domestiques, le poids respectifs des scènes politiques ou administratives ne sont pas identiques d’un secteur à l’autre ou d’un moment à un autre). Il s’agit donc, au travers d’une connaissance détaillée de la thématique étudiée, de repérer les scènes opérantes, et puis de tracer les circulations (ou non circulations) entre ces scènes. En effet, il importe aussi de ne pas poser comme un a priori les interactions et les influences mutuelles entre les scènes, mais au contraire d’en faire un des questionnements de la recherche (nous sommes par exemple rendu compte que le financement des projets de pré-adhésion, censés être un des éléments de conditionnalité, était complètement déconnecté de la fabrication des autres éléments de la conditionnalité que sont les ouvertures et fermeture de chapitres).

Dans le même ordre d’idée, il importe de ne pas hiérarchiser ces scènes, au travers notamment l’imposition de chronologies (la chronologie de l’élargissement, la chronologie des transformations politiques macro) mais encore une fois, en tentant pour chaque thématique étudiée de reconstituer une chronologie qui lui soit propre. Il s’agit ainsi en particulier de ne pas considérer a priori que l’élargissement constitue le seul et unique plan de pensée et d’action des parties en présence, et de ne pas interpréter ce qui se passe sur une scène forcément à la lumière de ce qui se passe sur une autre (Bertrand, 2011). Bien sûr, la mise en œuvre concrète de la politique d’élargissement est juridiquement contrainte par les cadres définis sur la scène communautaire. De plus, l’UE ayant le monopole de l’édiction des conditions de l’élargissement, la politique d’élargissement est clairement une politique dissymétrique. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant que ce qui se passe sur la scène politique turque, dans une administration ou un secteur social doivent être interprété à la lumière (ou à la seule lumière) de ce qui est produit sur la scène politico-diplomatique ; il n’y a pas a priori de causalité (l’analyse montre par exemple comment le véto posé sur l’ouverture du chapitre sur les politiques régionales n’a pas empêché d’importante réformes dans ce domaine). Concernant les réformes de la justice, il est intéressant de voir comment les références discursives au processus politico-diplomatique Turquie/UE (ouverture des chapitres) d’une part, la scène internationale de Cours Européenne des droits de l’Homme du Conseil de l’Europe de l’autre vont être alternativement mis plus ou moins en avant suivant les périodes. Toujours sur les questions de justice,  contrairement aux analyses qui considèrent que le pouvoir a dans les dernière années tourné le dos à l’élargissement, sacrifiant la scène politico-diplomatique à la scène politique domestique et aux règlements de compte avec les opposants, nous affirmons qu’il n’y a pas eu de véritable hiérarchisation des enjeux, et qu’aucune des deux scènes n’a été délaissée, ce qui a eu pour effet de produire des politiques et des actions parfois complètement contradictoires.

L’invitation à la dé-hiérarchisation des scènes va de pair avec la déconstruction de l’illusion de  l’existence d’une politique d’élargissement. L’élargissement donne lieu ou est en jeu dans de multiples scènes, sans que cela produise une cohérence d’ensemble. Les différentes scènes sont à la fois autonomes les unes par rapport aux autres, et en plus ou moins grande interaction les unes avec les autres. Elle peuvent avoir des correspondances, mais cela ne signifie pas qu’elles se correspondent.  Si elle peut aider à saisir ce qui se passe ailleurs, aucune des scènes ne peut être a priori être posée comme le facteur explicatif ou déterminant de ce qui se passe ailleurs. Sur un toute autre thématique, celle du positionnement des syndicats en Turquie vis-à-vis du « modèle social » européen, l’analyse montre que c’est au croisement de la chronologie spécifique du secteur, de la chronologie du rapprochement à l’Europe, mais aussi de celle de l’intégration des syndicats aux réseaux transnationaux européens, et de celle des réformes économiques et sociales entreprises par les gouvernements en place que l’on peut parvenir à saisir les variations de l’appréhension de ce « modèle » par les acteurs syndicaux turcs.

D’un point de vue méthodologique, afin de tenter de ne pas privilégier une scène sur les autres de même qu’une chronologie sur les autres , il s’agit d’effectuer un constant va et vient entre les différentes scènes pour, au fur et mesure de l’avancée de la connaissance de chacune des scènes, pouvoir être en mesure de repérer les circulations (ou non circulations) entre les unes et les autres, et de tracer (ou plutôt de traquer… ce qui pose des problèmes méthodologiques) les croisements et/ou les articulations et/ou les chevauchements et ou les inférences des unes sur les autres (Werner, Zimmermann.

2.     Considérer ensemble les circulations et l’(les) objet(s) de la circulation.

Le courant des policy transfer studies comporte le risque de réifier les modèles transférés, considérés comme fixes, indépendamment des usages qu’en font les acteurs Afin de dépasser une vision du transfert qui présuppose l’adoption intentionnelle d’un message univoque, nous souhaitons porter une attention particulière aux conditions concrètes de la réalisation des transferts. Plutôt que de privilégier l’analyse des objectifs ou modèles d’action publique assignés aux processus de dissémination, il s’agit d’étudier ce qui se fait concrètement au nom de ce processus et comment cela se fait (étude par la « salle des machines » (Aggeri, Labatut, 2014). On délaisse ainsi ce que devrait être le transfert (les objectifs, les modèles qui lui sont assignés) au profit de ce que fait le transfaire.

Il s’agit d’une part d’appréhender « les modèles » par leur processus de fabrication ou du moins de consolidation, au travers des circulations internationales, une fois encore repérées à partir de scènes spécifiques et de leurs croisements. Loin d’être un créateur sui generis de modèles, l’UE apparaît comme un acteur parmi d’autres participant d’un processus de circulation internationale de « modèle ». Ce faisant, il importe de la considérer tout autant comme émettrice que comme réceptrice de ces modèles. Cela permet de nuancer la prééminence de la variable européenne. Cela oblige également à distinguer les « modèles d’action publique » du système politique européen qui les a intégrer et à prendre conscience que l’importation de l’un ne signifie pas automatiquement importation de l’autre. Etudier la fabrique des modèles permet aussi généralement de mettre en lumière les nombreuses ambiguïtés, voire même contradictions qu’ils contiennent. Leur intégration dans un système politique signifie interprétation sans que l’on puisse considérer qu’il s’agisse d’un écart à la norme.

            Tout autant que les objectifs, les instruments par lesquels sont mis en œuvre les politiques publiques participent à la définition de ces politiques. Les instruments ne sont pas des outils neutres, et indifféremment disponibles. Ils mêlent des composantes techniques (mesure, calcul, règle de droit, procédure) et sociales : ils sont porteurs de valeurs, nourris d’une interprétation du social et de conceptions précises du mode de régulation envisagé (Lascoumes, Legales, 2004). L’étude des instruments élargie alors la problématique du contenu de ce qui circule. On a pu montrer comment des « modèles » promu par l’UE, particulièrement peu définis, s’incarnaient au cours du processus de transfert au travers des instruments censés les mettre en application (Visier, 2013).  Mais au-delà, un certain nombre d’instruments doit eux même être considérés eux comme des modèles d’action publiques transférés. auxquels il convient alors de porter une attention particulière.


[1] Un exemple parmi tant d’autre d’introduction d’ouvrage, « This volume focuses on political, social, and cultural issues relevant to the accession process and assess the transformation at these different levels in line with the negotiations », Müftüler Baç, Stivachtis, (dir.), Turkey, European Union relations, dilemmas, opportunities and constraints, Lexington books, 2008.  En parallèle aux questionnements sur la capacité de réforme de l’UE, énormément d’ouvrages sont sortis sur les difficultés et le défis de l’élargissement à la Turquie (Lannon, Le Bullenger, 2005, Lagro, Jorgensen 2007….) ou encore sur l’identité européenne de la Turquie (…)

[2]  En particulier l’ouvrage sur leur direction portant sur The Europeanization of Central and Eastern Europe (2005), puis leur théorisation  Candidate countries and conditionality (2006).

[3] La structuration des ouvrages sur l’élargissement font clairement ressortir cette analyse en terme de demande d’une part, réponse de l’autre : cf. par exemple la table des matières de l’ouvrage  sous la direction Dimitris Tsarouhas, Ebru ertugal, Ayse Idil Aybars,  Bridging the real divide, social and regional policy in Turkey’s Eu Accession Process, METU Press, 2007 : Part I : social and Regional Policy in the EU : challenges for Turkey; Part II, Adapting to the EU acquis I : social and regional policy in Turkey; Part III, Adapting to the EU acquis II: The Polish experience

[4] Sur les questions régionales par exemple, Massardier Tek, 2005

[5] Dans le cas de la Turquie, des travaux ont questionné la production des critères de conditionnalité de l’Union européenne (…). Toutefois, ils s’en sont la plupart du temps tenus à une critique/réprobation de la politicisation de la politique d’élargissement et de la discrimination qu’elle engendrait vis-à-vis de la candidature de la Turquie.

Retours à la nature

  1.  Projet de recherche  « Retours à la nature » (Cilia Martin, 15/11/14)

Nouvelles circulations et co-productions dans le contexte de la crise grecque

Mon projet de recherche s’attache à décrire et analyser les circulations d’hommes, d’objets et d’idées relatives à la crise économique qui touche la Grèce depuis 2010. En dehors des effets connus et chiffrés de cette crise (hausse du chômage, précarisation sociale et sanitaire, montée du racisme ou privatisation de plusieurs bandes du littoral), le pays enregistre aussi de nombreux départs à destination du rural qui restent un phénomène encore méconnu. Mon projet vise à rendre compte de ces mobilités de crise à travers une analyse de ses modalités, de ses acteurs et de ses enjeux.

Après un vaste exode rural faisant passer la population urbaine de la Grèce de 33% à 66,4%, l’heure est aujourd’hui aux départs. Selon la Confédération des agriculteurs grecs estime que 40 000 Athéniens auraient quitté la ville pour aller travailler la terre. S’il est largement effectué par des individus de classe moyenne et supérieure (fuite des cerveaux, « immigrants de l’utopie » qui décident de prendre la clé des champs), l’exode urbain est également le fait d’individus plus modestes qui, ne pouvant plus assumer les coûts de la ville, retournent vivre auprès de leur famille dans leur village d’origine. Ce « retour à la nature » est d’ailleurs plutôt un retour à la ruralité qu’à la terre dans le sens où il ne s’agit pas seulement d’une attractivité agricole et que les lieux de départ peuvent dans certains cas correspondre aux lieux d’origine. Aussi, la prise en compte de la globalisation nous permet d’aller encore plus loin dans le décloisonnement des relations villes/campagnes dans le sens où elle fait intervenir d’autres formes d’échanges et de solidarités, d’autres types de gouvernances et d’autres profils sociologiques que ceux que l’on observe, par exemple, dans le cas de l’exode rural. Aussi, nous prenons appui sur la notion de « continuum migratoire » qui marque une opposition à l’idéologie sédentariste et intégratrice qui conduit à l’équation une population = un territoire.

Inscrit dans ce continuum migratoire, cet exode urbain signifie de nombreuses circulations d’hommes mais aussi d’objets et de cadres de représentations liées à la redéfinition de la nature et de la relation ville/campagne. Il implique aussi une interpénétration d’échelles (locale, nationale, européenne et internationale). Au-delà, ces départs supposent des « manières de faire ensemble » et des « manières de faire avec » (avec l’aide de parents installés à l’étranger, avec l’aide de réseaux de solidarité) qui sont aussi des manières de « faire sans » (sans l’État qui coule, sans argent, sans l’Europe faisant référence aux déclarations en faveur d’une sortie de l’Europe). Il s’agira donc de réfléchir aux logiques et aux modalités de ce « retour à la nature » envisagé comme une mise en pratique et une mise en circulation de ressources, matérielles et immatérielles, provenant d’une pluralité d’agents ancrés dans des temporalités et des espaces différents.

L’objectif de ce premier terrain est d’identifier les acteurs, les logiques et les pratiques de cet exode urbain envisagé comme une mise en circulation de normes et de savoir-faire communs provenant d’une pluralité d’agents ancrés dans des temporalités et des espaces différents. Il faudra donc se concentrer sur l’articulation entre ces différents agents issus du monde rural, touristique, institutionnel et universitaire, mais aussi sur l’interpénétration des échelles nationales, européennes et internationales. À cet égard, je souhaite analyser l’impact des écoles et filières agricoles qui ont vu leur nombre d’élèves augmenter depuis le début de l’exode urbain à l’instar de l’‘American Farm School of Thessalonique’ dont le rôle dans la redéfinition du monde rural est largement soutenu par le maire de Thessalonique. Il rappelle aussi que la production du « local » se fait aussi par l’international, plus précisément est le résultat d’une interpénétration d’échelles faisant parfois converger des logiques et des intérêts divers. Les départs à la campagne sont aussi effectués par des individus qui en quittant la ville entreprennent une reconversion dans le secteur de l’agro-tourisme ou de l’agriculture biologique. Je souhaite également mettre en lumière les différentes politiques de développement régional et le rôle du ministère de l’Agriculture qui en distribuant des terrains encourage les départs. Aussi, il s’agira de repérer l’existence de mesures incitatrices, foncières ou fiscales, qui amènent à « relativiser les aspirations bucoliques des candidats ». On se demandera aussi quel est le rôle des partis écologistes dans ce « retour à la nature » dont la présence sur la scène politique s’est considérablement réduit depuis la crise. Enfin, en évitant la seule lecture économiste, on s’interrogera aussi sur les éventuels objectifs sécuritaires de ce « retour à la nature » qui pourrait se traduire comme la volonté des pouvoirs publics grecs de contrôler les révoltes urbaines liées à la crise par le désengorgement des villes. À une autre échelle, ce « retour à la nature » peut être lu comme un soutien indirect de la part des puissances européennes en vue d’endiguer la migration vers le nord de l’Europe dont l’Allemagne qui est le pays qui accueille le plus de ressortissants grecs depuis la crise. Loin d’être une « migration de l’utopie », ce « retour à nature » est le résultat d’une co-production croisant plusieurs échelles et faisant valoir, du moins temporairement, une circulation d’hommes, d’idées et d’intérêts.

De plus, le but de ma recherche est de mettre en exergue les circulations matérielles et immatérielles de cet exode urbain en articulant l’analyse des objets (fonciers, immobiliers) avec celle des savoir-faire, des réappropriations mais aussi des mythes, à la fois comme miroir déformant et performant, entourant la nature ou la ville (re)devenue le réceptacle de la criminalité et de la corruption. La matérialité des circulations s’illustre par divers transferts (transmissions, transactions et privations de biens) qui sont en pleine reconfiguration avec la crise et les mesures d’austérités qui l’accompagnent (augmentation des taxes immobilières et mesures fiscales). Résultat : les Grecs vendent leurs biens et les patrimoines immobiliers basés sur le poids des structures familiales font l’objet d’un morcellement ou d’un redéploiement. En dehors des reconfigurations observées sur les espaces de départ, ces circulations font également émerger d’autres types d’échanges et de transmissions sur les espaces d’accueil. Aussi, les néo-ruraux emmènent avec eux leurs savoir-faire, leur rapports au temps et leurs cadres de représentations jusqu’à être considérés comme responsables d’une « urbanisation des campagnes ». Toutefois, ce syntagme nie la présence de facteurs endogènes à la transformation du rural au profit d’initiatives ou de répercussions ne pouvant exclusivement venir de l’urbain. Contre une lecture binaire urbain/rural, il s’agira, au contraire, de proposer une nouvelle approche de la territorialité en mettant en exergue la présence des co-productions dans les modes d’habiter et de « cultiver » l’espace.

Par ailleurs, le rapport urbain/rural doit aussi se penser à travers d’autres types d’interactions telles que les marchés « sans intermédiaires » ou les diverses coopératives (agricoles ou autres) dont l’objectif consiste à établir un contact direct entre les producteurs et les consommateurs tout en évitant les réseaux commerciaux traditionnels responsables de la flambée des prix. Renouant le lien entre la ville et la campagne, ces pratiques qui se sont multipliées depuis le début de la crise sont autant de (nouvelles ?) façons de se réapproprier, de redistribuer et de co-produire des ressources localisées. À ce sujet, il est intéressant de chercher dans les références passées, notamment liées à la guerre civile et à l’imaginaire communiste très puissant en Grèce, la trace de ces pratiques afin de mettre en lumière les phénomènes de réappropriations et réinventions. Enfin, il faut saisir le rôle de la puissance publique qui soutient ces « mouvements sans intermédiaires » à l’instar d’une dizaine de municipalités à Athènes qui se sont déjà impliquées et donnent le feu vert à ces types de marchés. Toutefois, comment les officiels de l’État accommodent-ils et/ou s’accommodent-ils de ces mouvements qui s’apparentent souvent à une forme d’action anti-gouvernementale que l’on peut résumer sous l’expression « l’État n’est plus, remplaçons-le ! » ?

À travers une série d’observations multi-sites et d’entretiens avec les candidats et les entrepreneurs de ce « retour à la nature », je souhaite donc éclaircir les dessous de ce phénomène médiatique où se mêlent réalités et représentations. En considérant la ville et la campagne comme des lieux et des liens, matériels et immatériels, je propose de repenser les assignations et légitimités territoriales (urbain/rural, national/international, nord/sud) en mettant l’accent sur les phénomènes de chevauchements et de télescopages. À l’heure de la globalisation et au regard de la crise qui est à la fois un révélateur, à l’échelle globale, des dysfonctionnements des flux et pratiques liés à l’économie de marché capitaliste mais aussi un catalyseur, à l’échelle locale, de nouvelles circulations, la relation villes/campagnes ne peut se concevoir sans une prise en compte des (en)jeux d’échelles, des interconnexions et interdépendances spatio-temporelles.

Soft Power

Beyond soft power: The stakes and configurations of the influence of contemporary Turkey in the world : 8-9/1/14

This worshop benefited from a support of the French National Agency of Research (ANR) with the reference ANR-12-GLOB-003, « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-) ottomane »

PROGRAM 

DAY 1 /  January 08th 2014

09:00   Opening to the public
09:30   Opening of the workshop by : Élise MASSICARD / CNRS – IFEA
////////   1st PANEL :   Private actors producing and receiving Turkish soft power : relationships to the Turkish state
10:00    Moderator : Talha KÖSE / Istanbul Şehir University
10:05    Charly DELMAS TSAFACK / International relations institute of Cameroon :
The Amity International school network in Cameroon
10:30    Jan MUŚ / Center for Eastern Studies –
Catholic University of Lublin – Warsaw School of Social Science and Humanities :
10:55    coffee break
11:35    Moderator’s speech
11:45    Questions of the public
12:15    Lunch break
////////   2d PANEL :    Diffusion, circulation and backfires of Turkey’s influence          
14:00    Moderator : Zeynep ATALAY  / St. Mary’s College of California
14:05    Gabrielle ANGEY  / EHESS – IFEA :
            “African students’ mobilities in Turkey: A Challenge for the Gülen Movement
14:55    Jérémie MOLHO  / Angers University – IFEA :
            Regional networks in an emerging art market area : positionning Istanbul as a Hub
15:10    coffee break
15:25    Elshan MUSTAFAYEV  / Sciences Po Lyon – IFEA :
            Major assets for Turkish diplomacy in the Caucasus and question of the « background »
15:50    Behar SADRIU / School of Oriental and African Studies – University of London :
            Networks of Influence: Reconceptualising Soft Power
16:15    Moderator’s speech
16:25    Questions of the public
17:00    Dinner with the speakers

DAY 2 / January 09th 2014

09:00   Opening to the public
////////   3rd PANEL :   Diversity of the Turkish soft power’s vectors                   
09:30    Moderator : Ayhan  KAYA / Bilgi University
09:35    Kimberley BOWEN ÇOLAKOĞLU / Istanbul Technical University :
            Magnificent Century: Turkish Soap Opera as a Source of Soft Power
10:00    Janna JABBOUR / Sciences Po – CERI :
            « An illusionary ‘power of seduction’: an assessment of Turkey’s soft power capacity in the Arab World« 
10:25    coffee break
10:40    Julien PARIS / EHESS – IFEA  :
            Turkish series exportation market and its counterflow ‘soft power’ effects
11:05    Jean-Francois POLO / Sciences Po Rennes – CRAPE – Galatasaray University  :
            « Turkish sport diplomacy as a tool for a renewed power ? Success and limits to Turkish “soft power« 
11:30    Moderator’s speech
11:40    Questions of the public
12:10    Conclusion by : Kerem ÖKTEM / University of Oxford
12:45    Lunch break
15:00    End of the 3rd panel / Round table and synthesis and future plans /
Discussion of the speakers with the moderators

PRESENTATION

This project consists in the organization of 3 half-day research workshops on the theme of Turkish political and cultural influence in the world at the French Institute for Anatolian Studies (IFEA) in January 2014. The language used will be English.

Today Turkey differentiates itself by its growing diplomatic and cultural influence. This influence, even if it is not comparable with that of China or the USA, has been expanding for several decades in the Balkans, the Middle East, Central Asia, even in Africa and is also noticeable in Ankara’s involvement in international organizations. This increasing influence has been highlighted by the Arab Spring, which has created an environment conducive to the idealization of Turkey’s model of governance (the « Turkish model ») and to its promotion by Western powers. Turkey’s attractiveness is also based on its substantial economic development contrasting with the economic crisis European countries are suffering from, and on its increasing cultural presence in the media (notably through the broadcasting of TV shows outside Turkey), especially in neighboring countries who share cultural affinities with Turkey. However, this influence used by Ankara within the framework of a self-promoting discourse has started to be questioned in the past few months due to both regional and domestic developments. Indeed, the degradation of the situation in Syria and in Iraq has limited the influence of Ankara on neighboring actors while the Gezi park demonstrations and its repression are casting doubts on Turkey’s ability to be a source of inspiration for the region.

How can analytical tools help us characterize today’s Turkey’s influence and its limits? The concept of “soft power” created by Joseph Nye in 1990 was an attempt to theorize mechanisms and conditions of this kind of influence, contesting the idea that war was the only source of power of the nation-states. It was highlighting the use by states of non- coercive means in conflict resolution, in decision-making in the international sphere, or in order to gain economical attractiveness. This concept was widely used in academic research, media, and in the public sphere. Yet, this concept received several types of criticism among which two can be emphasized concerning our case study. Firstly, the core of the concept of “soft power” mainly focuses on the role of the State, in particular because the theory, at the time it was created, applied to the USA. Thus the State is considered as the main actor and beneficiary from such an influence, and makes “soft power” dependent on the ability of the State to use diverse tools in order to expand its influence. This state-centered perspective, in which the State remains the only instigator of the interest of the country, has been strongly criticized. Such an analysis denies both the role and the capacity of private initiative and transnational dynamics to influence international relations. The second criticism addressed to the concept of soft power concerns the consequences of its success: the term “soft power” is now used to characterize tools, practices, or groups of actors through multi or antagonistic meanings. Therefore its interest as a concept would be undermined by its own polysemy.

The methodological and analytical consequences we could draw from these statements are that such uses of the concept of “soft power” tend to maintain and create shortcuts where the limits between concept and ideology become blurred, where the labelization of a dynamic as “soft power” becomes a political stake, and where analysis, causes and effects, actors and vectors, scales and contexts, theoretical and empirical dimensions are not distinguished. This workshop project intends to answer the need for a redefinition of the concept of “soft power” and its value as an analytical concept. It will also be an opportunity to characterize the different types and modalities of Turkey’s influence, which could lead to the production of new conceptual tools, more adapted to Turkey’s current situation.

This workshop aims at raising several questions: To what extent is the concept of “soft power” adequate to characterize Turkey’s influence and its weaknesses both on the international stage and towards its neighboring countries? Reciprocally, how can the analysis of the different patterns of Turkey’s influence help us question the concept of “soft power”, and to come up with other notions?In the framework of this workshop, we will propose to explore the influence of Turkey through several axes (which are not exhaustive):

  • The discourse of soft power within Turkish diplomacy and para-diplomacy;
  • State institutions promoting Turkey’s influence abroad;
  • The role of private actors and civil society in Turkish influence abroad;
  • The territorial logics of Turkish soft power: the role of infranational and
  • supranational entities;
  • The economic dimension of Turkish “soft power”;
  • Various instruments of Turkish “soft power”: education, culture, media…;
  • Religion in Turkish foreign policy;
  • Regional and domestic limits of Turkey’s “softpower”

ABSTRACTS :

Please click on the titles of the panelists in the program above, or click here to have a full view of the abstracts 

Click here to download the program in pdf format

SCIENTIFIC AND ORGANIZING COMMITTEE :

Élise Massicard (CNRS/IFEA/OVIPOT)
Gabrielle Angey (EHESS/IFEA)
Julien Paris (EHESS/IFEA)
Jérémie Molho (Université d’Angers/IFEA)
Elshan Mustafayev (Sciences Po Grenoble/IFEA)
Yohanan Benhaïm (Paris I/IFEA)

Appel à communications The Making of Law

Call for Papers

The Making of Law in the Ottoman Space, 1800-1914

Interdisciplinary/International Workshop

Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques (CETOBAC, UMR 8032), Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, Paris.

logo transfaire

May 25-26, 2015

Deadline: 15/02/2015

This 2-day workshop will bring together historians, anthropologists and linguists working on the making of law in the Ottoman space. The aim of the workshop is to problematize the legal phenomena from a multidisciplinary aspect and beyond the normative and descriptive dimensions of laws and legislations. Considering law as a multi-layered dynamic process, presentations may include but will not be limited to the following topics :

a) Law as a social process: we intend to explore here the complex relationship between law, legal institutions and social dynamics ranging from culture to religion and from community to the wider society. We aim to problematize law within the social landscape and the particular cultural settings in which it emerges within a multi-ethnic imperial context. This aspect also includes the investigation of law in relation to a variety of social actors (lawyers, judges, jurists, bureaucrats, diplomats, consuls, scholars, intellectuals, journalists, etc.).

b) Law as an epistemological process: normative approaches investigating Ottoman law only understand it within the context of legal reforms and are far from reflecting the public debate and the epistemological process, which preceded the final textual production. Without leaving aside the making of state laws and other forms of normativity, the epistemological dimension of the workshop aims to focus on law in all its variety, in the form of ideas, ways of reasoning, doctrines emerging in textbooks, erudite journals or monographs and to analyze the role of education in the development of legal thought in the Ottoman space.

c) Local laws/universal discourses: local laws often refer to universal ideals in order to gain more prestige in the eyes of the people they rule as well as in the international arena. The relationship between local laws/universal discourses implies to investigate how local actors make sense of universality in their statements. This relationship also necessitates the investigation of legal transfers and cultural translations in the Ottoman space in relation with global contexts without neglecting the contemporary legal culture of the surrounding geography (Russia, Iran, the Balkans, etc.).

d) Local laws and global contexts: this aspect of the workshop will highlight the impact of global movements (such as constitutionalism), diplomatic turning points, dynamics of imperialism, revolutions, etc. on the making of Ottoman law.

e) Studies of legal language: Law is not only what legal authorities communicate to us as directives. Departing from the relationship between language and legal philosophy, we intend to investigate the role of language in articulating a certain understanding of law beyond its authoritative statements. Our objective is to explore the ways in which language and political terminology frame the terms and spirit of legal codification, reflect references to time and modernity, the ideologies and emotions of lawmakers and their political culture. By examining the making of law as a linguistic process as well as a social process, we aim to highlight the changing equivalents of legal concepts in accordance with particular cultural settings as bearers of a certain legal philosophy. We also aim to approach the issue of vagueness in normative frameworks and how linguistic ambiguity gives way to new negotiations, interpretations and compromises between legal authorities and the various segments of the society.

Practical Information

The languages of the workshop will be English and French. Please email proposals of approximately 300 words with updated CVs for a 20-minute paper to Aylin Koçunyan (aylin.besiryan@eui.eu) no later than February15th, 2015. E-mails should be entitled “Making of Law Submission”. Proposals should be in Word format with the following information and in this order: a) author(s), b) affiliation as you would like it to appear in the program, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract.

Participants will be notified of the Steering Committee’s decision in early March. The Steering Committee is composed of the following members: Nathalie Clayer (Centre d’Etudes Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques, EHESS, Paris), Benjamin Fortna (SOAS, University of London), Bernard Heyberger (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, EHESS, Paris), Huricihan İslamoğlu (Bosphorus University, Istanbul), Dina Khoury (Elliott School of International Affairs, George Washington University), Laurent Mignon (Oriental Institute, Oxford University), Avi Rubin (Ben-Gurion University of the Negev), Kent Schull (Binghamton University, SUNY, New York), Michel Tissier (University Rennes 2-Centre de Recherches historiques de l’Ouest/Collegium of Lyon).

We intend to publish selected papers from the workshop as a themed-hard copy collective volume. Consequently, if an abstract is accepted for the workshop, a full draft paper should be submitted by May 15th, 2015.

Limited help with travel funding is available on application to postgraduate students and early career researchers, who will submit a paper. If you would like to be considered for funding, please inform us when you submit your abstract.

The workshop is a part of the project entitled “Trans-acting Matters: Areas and Eras of a (post-)Ottoman Globalization”, funded by the French National Research Agency (ANR-12-GLOB-003) and supervised by Marc Aymes (CNRS, CETOBAC, Paris). To know more about the project, see http://cetobac.ehess.fr/index.php?1257.

Pour télécharger l’appel à communications en anglais cliquer sur le lien suivant  : Making of law

 

Appel à communication

Faire le droit dans l’espace ottoman, 1800-1914

Atelier interdisciplinaire et international

Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques (CETOBAC, UMR 8032), Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, Paris.

Mai 25-26, 2015

Date-limite: 15/02/2015

Cet atelier de 2 jours réunira des historiens, anthropologues et linguistes, qui étudient la production du droit dans l’espace ottoman. L’objectif de l’atelier est de cerner le phénomène juridique dans une perspective multidisciplinaire et au-delà des dimensions normative et descriptive des lois et législations. Considérant le droit comme un processus dynamique à multiples facettes, les propositions de présentations pourront traiter, sans s’y limiter, des thèmes suivants:

a) La production du droit en tant que processus social: notre but est d’explorer ici la relation complexe entre le droit, les institutions juridiques et les dynamiques sociales, qui s’étendent de la culture à la religion, de la communauté à la société plus large. Nous visons à cerner la question des rapports entre le droit et les lieux socio-culturels de sa fabrication dans un contexte impérial multiethnique. Cet aspect nécessite également l’étude du droit en relation avec une variété d’acteurs sociaux (avocats, juges, juristes, bureaucrates, diplomates, consuls, savants, intellectuels, journalistes, etc.).

b) La production du droit en tant que processus épistémologique: les approches normatives du droit ottoman l’appréhendent uniquement dans le contexte de réformes légales et ne reflètent pas assez le débat public et le processus épistémologique, qui précèdent les productions textuelles finales. La dimension épistémologique de l’atelier vise à mettre l’accent sur le droit dans toutes ses formes: idées, raisonnements, doctrines émergeant dans les manuels académiques, journaux spécialisés ou monographies. Ce faisant, l’étude porte aussi bien sur les normes de l’Etat que sur d’autres formes de normativité et le rôle de l’éducation dans le développement de la pensée juridique dans l’espace ottoman.

c) Lois locales et discours universels: les lois locales se réfèrent souvent à des idéaux universels afin d’acquérir plus de prestige aux yeux de la population qu’elles gouvernent aussi bien que dans l’arène internationale. En discutant la relation entre « lois locales et discours universels », l’atelier explorera comment les acteurs « locaux » interprètent le principe d’universalité dans leurs énoncés. L’étude de cette relation nécessite également de mettre l’accent sur les questions du transfert juridique et des traductions culturelles dans l’espace ottoman en relation avec des contextes globaux sans négliger la culture juridique contemporaine des espaces voisins (Russie, Iran, les Balkans, etc.).

d) Lois locales et contextes globaux: cet aspect de l’atelier mettra l’accent sur l’impact des mouvements globaux (tels que le constitutionalisme), des tournants diplomatiques, des dynamiques d’impérialisme, des révolutions, etc. sur la production du droit ottoman.

e) L’étude du langage juridique: la loi n’est pas simplement ce que les autorités légales nous communiquent en tant que directives. Partant de la relation entre le langage et la philosophie du droit, nous visons à explorer le rôle du langage dans l’articulation d’une certaine compréhension du droit au-delà de son message d’autorité. L’objectif est d’explorer comment le langage et la terminologie politique « cadrent » les termes et l’esprit des législations, reflètent des références au temps et à la modernité, les idéologies et émotions des législateurs ainsi que leur culture politique. Tout en analysant la production du droit comme un processus linguistique aussi bien que social, nous nous proposons de mettre l’accent, dans un empire multi-ethnique, sur les équivalents changeants des concepts juridiques selon des lieux culturels particuliers, qui sont en même temps les porteurs d’une certaine philosophie du droit. Nous visons également à aborder la notion d’ambiguïté linguistique en contexte normatif et à explorer comment cette ambiguïté donne lieu à de nouvelles négociations, interprétations et compromis entre les autorités juridiques et les différents segments de la société.

Informations pratiques

L’anglais et le français seront les langues de travail de l’atelier. Nous vous remercions d’adresser, par courrier électronique, une proposition de communication d’environ 300 mots (pour une présentation de 20 minutes), avec un CV actualisé, à Aylin Koçunyan (aylin.besiryan@eui.eu) avant le 15 février 2015. Les messages électroniques doivent être intitulés “Proposition de contribution – Faire le droit”. Les propositions doivent être au format Word avec les informations suivantes et dans l’ordre indiqué: a) auteur(s), b) affiliation comme elle devra apparaître dans le programme, c) courrier électronique, d) titre de la proposition, e) résumé de la proposition.

Les participants recevront notification de l’avis du comité de sélection au début mars. Le comité de sélection sera composé des membres suivants: Nathalie Clayer (Centre d’Etudes Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques, EHESS, Paris), Benjamin Fortna (SOAS, Université de Londres), Bernard Heyberger (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, EHESS, Paris), Huricihan İslamoğlu (Université du Bosphore, Istanbul), Dina Khoury (Elliott School of International Affairs, Université George Washington), Laurent Mignon (Oriental Institute, Université d’Oxford), Avi Rubin (Université Ben-Gourion du Néguev), Kent Schull (Université de Binghamton, SUNY, New York), Michel Tissier (Université Rennes 2-Centre de Recherches historiques de l’Ouest/Collegium de Lyon).

Nous considérons la publication d’une sélection de communications dans un volume collectif thématique. Par conséquent, si une proposition est acceptée pour l’atelier par le comité de sélection, une version préparatoire de la communication entière doit être soumise avant le 15 mai 2015.

Nous disposons d’un budget limité pour prendre en charge les frais de voyage des doctorants ou post-doctorants le cas échéant. Les intervenants souhaitant obtenir un financement doivent l’indiquer au moment de la soumission de leur proposition de communication.

L’atelier est proposé dans le cadre du projet intitulé « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane », financé par l’Agence nationale de la recherche (anr-12-glob-003), sous la coordination scientifique de Marc Aymes (Centre National de la Recherche Scientifique, CETOBAC, Paris). Pour plus d’informations sur le projet, consulter le lien http://cetobac.ehess.fr/index.php?1257 .

 Pour télécharger l’appel à communications en français cliquer sur le lien suivant : Faire le droit

 

Séminaire Pouvoirs et sociétés en Turquie contemporaine

Séminaire « Pouvoirs et sociétés en Turquie contemporaine »

Séminaire organisé par Isil Erdinç (Paris 1/CESSP), Benjamin Gourisse (Paris Dauphine/IRISSO), Sümbül Kaya (EHESS, Cetobac).

Avec le soutien du CESSP, IRISSO, ANR Transfaire  » Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-) ottomane », CETOBAC/EHESS.

Ce séminaire vise à initier une réflexion collective sur le rôle des relations inter-champs (étatiques et partisans, syndicaux et politiques, militaires et associatifs, économiques et politiques) dans les stratégies de conquête, de pérennisation et de contestation des positions de pouvoir et d’accumulation en Turquie. Il s’agira alors d’analyser la constitution et la structuration des champs sociaux pensés non seulement les uns par rapport aux autres, mais également les uns à travers les autres, en termes de relations, d’interactions et de circulations.

Programme :

26/11/2014 : Béatrice Garapon (EHESS, Cetobac) « le Parti démocrate turc: quelques questions de recherche ». Son intervention sera discutée par Jean-François Bayart.

La première séance du séminaire « Pouvoirs et société en Turquie contemporaine » aura lieu le le séminaire aura lieu mercredi 26 novembre 2014 de 17h a 19h dans la salle du CRPS  (H604, Sorbonne, 14 rue Cujas).

10/12/2014 : Ceren Ark (Paris I, CESSP) « Les transformations du clientélisme et le réaménagement des stratégies du CHP et de l’AKP ». Son intervention sera discutée par Hélène Combes.

La seconde séance du séminaire « Pouvoirs et société en Turquie contemporaine » aura lieu le le séminaire aura lieu mercredi 10 décembre 2014 de 14h a 16h dans la salle du CRPS  (H604, Sorbonne, 14 rue Cujas).

07/01/2015 : Isil Erdinç (Paris I, CESSP). La reconstruction du champ syndical en Turquie sous le gouvernement de l’AKP : vers une remise en cause de l’autonomie du champ syndical ? Son intervention sera discutée par Sophie Béroud.

La seconde séance du séminaire « Pouvoirs et société en Turquie contemporaine » aura lieu le le séminaire aura lieu mercredi 10 décembre 2014 de 14h a 16h dans la salle du CRPS  (H604, Sorbonne, 14 rue Cujas).

Les séances suivantes auront lieu à EHESS.

Mercredi de 13 h à 15 h (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), les 14 janvier, 11 février, 11 mars, 15 avril et 13 mai 2015. La séance du 15 avril se déroulera en salle 2 (même adresse).

Pour plus d’information : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/1370

11 février 2015 : Tugçe Oklay (doctorante, Paris 8). Tugçe travaille sur « Les projets “artivistes” en ligne et leurs liens avec les mouvements de résistance en Turquie ». La séance sera discutée par Dominique Cardon.
– 11 mars 2015 : Müge Neda Altinoklu (Université de Bilgi/Istanbul, EHESS). Le champ journalistique en Turquie : les éditorialistes et les militaires lors du coup d’Etat de 1997. La séance sera discutée par Ivan Chupin.
15 avril 2015  : Cemil Yildizcan (Paris I, CESSP, Université Galatasaray/Istanbul). Politique et bureaucratie : les préfets de province dans les années 2000. La séance sera discutée par Elise Massicard.
– 27 mai 2015 : Ozan Soybakis (EHESS, CESPRA). La visibilité des rapports sociaux de sexe dans la sphère publique en Turquie. La séance sera discutée par Alban Jacquemart.

Séminaire Transfaire

 Séminaire 2014-2015

Séminaire « Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post)ottomane »

Le séminaire vise à poser les jalons d’une nouvelle approche des connexions, concomitances et interdépendances dont les espaces (post-)ottomans ont pu être partie intégrante. À l’encontre des travaux qui analysent la mise en circulation de pratiques, d’instruments, de normes et de savoirs comme étape subséquente à leur production localisée, on étudiera les instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. À la problématique du « transfert », qui se limite souvent à penser les échanges en termes de diffusion et d’importation à sens unique, nous préférerons l’analyse des modalités du transfaire, attentive aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique.

L’enjeu est donc de reconfigurer, à travers le cas de l’empire ottoman et des pays successeurs situés dans le même espace, les problèmes que pose l’analyse des dynamiques de changement des modes et des savoirs de gouvernement.

Trois axes sont privilégiés : l’étude des modalités par lesquelles s’opère la coproduction des instruments de l’action publique, l’analyse de l’élaboration et de l’usage des instruments normatifs de l’action publique, et l’observation des multiples opérations de traduction auxquelles donnent lieu les échanges.

En 2012-2013, une série de lectures avait permis de mettre en lumière, et en commun, les principaux lieux de l’enquête. En 2013-2014, ces lieux communs ont été exploités pour camper des scénographies de travail : « décharge et dévolution », « étrange et merveilleux », « monnaies et instruments de crédit », « fêtes de la langue ». Cette année, les groupes de recherche ainsi constitués viendront au séminaire présenter l’avancement de leurs travaux.

Le cadre collectif est celui du programme « Transfaire », financé par l’Agence nationale de la recherche en 2013-2015, qui associe le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques et l’Institut français d’études anatoliennes. Le séminaire se tient donc de manière synchrone à Paris et à Istanbul.

12 novembre 2014 | Qu’est-ce que le transfaire ? (Introduction par Marc Aymes, Gabriela Anouck Corte-Real et Sümbül Kaya)

26 novembre 2014  | Le monde turco-ottoman dans la globalisation scientifique et technologique (19-20e s.) : le transfaire à l’épreuve de l’histoire globale (Marie Bossaert, Ségolène Debarre, Darina Martykanova et Emmanuel Szurek)

12 décembre 2014 /!\ | Rethinking legal reforms (Aylin Besiryan, Noémi Lévy-Aksu)

14 janvier 2015 | Communs (Jean-François Pérouse, Nicolas Elias)

28 janvier 2015 | Politiques culturelles locales (Cilia Martin, Clémence Scalbert-Yücel, Jean-François Polo, Lydia  Zeghmar, Muriel Girard)

11 février 2015 | « Circulation » des concepts en histoire (Dilek Sarmis)

11 mars 2015 |  UE-Turquie (Gabriela Anouck Corte-Real,  Claire Visier, Élise Massicard, Işıl Erdinç)

25 mars 2015 | Transfaire la pluralité religieuse dans et à partir de l’espace post-ottoman » (Fabio Giomi, Nathalie Clayer).

8 avril 2015 | Les dynamiques intersectorielles de la domination politique en Turquie (Benjamin Gourisse, Işıl Erdinç et Sümbül Kaya)

13 mai 2015 | Traduire Lacan (Benoît Fliche)

27 mai 2015 | Retours à la terre (Cilia Martin, Clémence Scalbert-Yücel)

10 juin 2015 | Transturcologiques. Vers une histoire transnationale des études turques (Emmanuel Szurek, Marie Bossaert)

/!\ N.B. date modifiée : le 12 décembre est un vendredi au lieu de mercredi habituellement.

Séminaire 2013-2014

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Les organisateurs  : Marc Aymes, Ségolène Débarre, Benjamin Gourisse

À partir des études exploratoires mises en œuvre depuis le lancement du séminaire, nous avons travaillé à camper quatre scénographies principales, elles-mêmes susceptibles de se subdiviser ou de s’entrelacer au gré des groupes ad hoc. Toutes ont permis, à un titre ou à un autre, de jouer d’une variation des échelles spatio-temporelles, les approches du contemporain (Balkans, Turquie, Union européenne) se mêlant aux chantiers historiques (sur l’Empire ottoman ou la Turquie républicaine). Voici une sommaire vue cavalière :

—    « Dévolution et action publique », ou comment qualifier les relations entre action publique et activités privées, par l’étude des dynamiques de croisement entre « champs » partisan, bureaucratique, économique, syndical, militaire, etc. L’accent a porté sur l’interpénétration croissante du public et du privé, d’une part ; et sur la diversification des modes de gouvernement qui s’ensuit, de l’autre. La difficulté principale est que, sous couvert d’analyse relationnelle, puisse persister le risque d’un postulat classificatoire.

—    « Étrange et merveilleux », où une large part fut accordée aux repérages lexicographiques (ainsi qu’à une discussion des mérites ou travers d’une telle analyse). Aussi, on a rappelé que la notion de différentiel spatio-temporel est au cœur de la sémantique du merveilleux : cela nourrit à la fois des épistémologies modernistes, qui pensent la merveille comme survivance d’un artéfact « primitif », et des utopies politiques, qui posent la possibilité d’un monde parallèle, donc synchrone à celui-ci.

—    « Monnaies et pratiques de monnayage » : ici, les instruments monétaires définissent un lieu critique pour la mise en question du « transfert » par le « transfaire ». Plutôt qu’à la quête des origines, on s’attache à l’ubiquité spatio-temporelle de la création monétaire, à la singularité des moments de l’appréciation, à l’épaisseur symbolique du change. Le monnayage dit aussi que tout ne relève pas du verbal : il nous somme en quelque sorte d’opter pour un matérialisme méthodologique radical, qui donne corps à un univers documentaire sui generis.

—    « Fêtes de la langue » : celles-là sont, au départ, documentées par un massif corpus d’archives, ensemble de minutes, procès-verbaux, coupures de presse et photographies d’un rituel festif et politique de la Turquie républicaine des années 1930-40. Mais que voyons-nous au juste ? Pour en décider, nous avons tâché d’identifier des acteurs, d’interroger le matériau archival en tant que matière de gouvernement, d’analyser le logos, la langue et l’agir qui y transparaissent. Pour la suite des opérations, le recours au logiciel Prospero est à l’étude.

Sur chacune de ces scènes nous avons été amenés à de nouvelles lectures ou relectures. Le programme détaillé ci-joint comprend les références en question.

[13 novembre 2013] Étrange et merveilleux

> Une introduction (Ségolène Débarre, Fabio Giomi)

—       Michael D. Gordin, Helen Tilley, Gyan Prakash (dir.), Utopia/Dystopia: Conditions of Historical Possibility, Princeton University Press, 2010.

—       Alexandre Popovic, Constant Hamès, « Le Rituel de la Dâ’ira ou le cercle des Djinns dans les Balkans musulmans », Journal of History of Sufism, 6, 2013, p. 71-116.

—       Laurent Mignon, « Entre quête scientifique et quête identitaire : la littérature d’anticipation turco-ottomane », Cycnos, 22(2), 2006, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=591.

> De l’ésoterisme occidental du xixe siècle au procès Ergenekon : le mythe d’Agartha, royaume souterrain qui gouverne le monde (Alexandre Toumarkine)

[27 novembre 2013] Revenir à la « décharge »

> Notre état des lieux (Élise Massicard)

—     Béatrice Hibou, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, 73, 1999 : L’État en voie de privatisation, p. 6-15.

> À propos des relations inter-champs (Benjamin Gourisse)

—     Bernard Lahire, « Champ, hors-champ, contrechamp », dans Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, 2001, p. 23-57.

[22 janvier 2014] Pratiques de monnayage

> Échanges, crédits et valeur (Marc Aymes, Yoann Morvan)

—     Viviana A. Zelizer, « “L’argent social”. Entretien avec Florence Weber » (trad. Antoine Lentacker et Étienne Ollion), Genèses, 65, 2006, p. 126-137.

—     André Orléan, « La monnaie entre économie et anthropologie », Journal des anthropologues, 84, 2001, p. 17-25.

[12 février 2014] Fêtes de la langue

> La révolution de la langue par le bas : les archives du Dil Bayramı (Emmanuel Szurek)

[26 février 2014] Matière à merveille

> « Réservoirs » et « fonctions » du merveilleux (coll.)

—     Mohamed Arkoun et al., L’étrange et le merveilleux dans l’Islam médiéval, Paris, Editions J.A., 1978.

> Histoires d’amulettes et diplomatique talismanique (Marc Aymes)

—     M. Aymes, “An Ottoman in Paris: A tale of Mediterranean coinage” (inédit)

—     Jude Hill, “The Story of the Amulet: Locating the enchantment of collections”, Journal of Material Culture, 12(1), 2007, p. 65-87.

[12 mars 2014] Effets de monnaie

> Un instrument de crédit : l’affacturage (Yoann Morvan)

> Petits billets et devises de circonstance (Marc Aymes)

[26 mars 2014] L’action publique par dévolution

> Soft Power, le cas turc (Gabrielle Angey et Yohanan Benhaïm)

—     Joseph S. Nye, “Soft Power”, Foreign Policy, 80, 1990, p. 153-171.

—     Meliha Benli Alunisik, “Turkey’s Soft Power in the Middle East”, Insight Turkey, 10(2), 2008, p. 41-54.

—     Todd Hall, “An Unclear Attraction: A Critical Examination of Soft Power as an Analytical Category”, The Chinese Journal of International Politics, 3, 2010, p. 189–211.

> Gestion du pluralisme religieux (Nathalie Clayer)

[9 avril 2014] Fêtes de la langue : suites

> échantillonnage, présentation et discussion collective de documents d’archives, par entrée géographique et thématique (coll.).

Séminaire 2012-2013

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Marc Aymes, Nicolas Camélio, Benjamin Gourisse, Emmanuel Szurek

Le séminaire est articulé au programme ANR TRANSFAIRE, « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane » (2013-2015). Un séminaire parallèle a lieu, de manière synchrone, à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul. Pour cette première année du séminaire, l’équipe organisatrice a désiré consacrer le programme à l’étude de textes et de travaux portant sur la circulation, dans l’espace et dans le temps, d’idées, d’objets et d’instruments de gouvernement. Il s’agissait, ce faisant, d’identifier et de discuter les principales questions méthodologiques et théoriques à débattre dans le cadre du programme de recherche.

Deux objectifs ont donc été poursuivis : pour l’équipe de TRANSFAIRE, il s’agissait de mener une réflexion commune autour des notions et des concepts mobilisés dans les opérations de recherches individuelles et collectives lancées début 2013 ; par ailleurs, le programme du séminaire a offert aux participants non membres de TRANSFAIRE un panorama des principaux outils théoriques et méthodologiques existants pour analyser les circulations inter- et transnationales. Les organisateurs ont veillé à proposer un programme interdisciplinaire – les textes étudiés relevaient de l’histoire, de la science politique, de la sociologie, et de l’anthropologie – autour de travaux articulant théorie et empirie.

Nous avons ainsi consacré une série de séances à l’histoire croisée, à ses méthodes et à ses apports [Werner et Zimmermann] ; à l’histoire-monde et à ses analyses des mondialisations [Boucheron, Hourani] ; à l’asymétrie des relations internationales et aux stratégies de domination mises en œuvre par les Etats et les groupes dans les arènes inter- et transnationales [Dezalay et Garth] ; à l’analyse critique de l’anthropologie des institutions [Abélès] et des policy transfer studies [Dumoulin et Saurugger] ; aux questions portant sur les échelles de l’analyse [Sawicki, Lepetit], mais également à la praxéologie [Warnier] en rapport avec les objets matériels [Bromberger et Chevallier] ou normatifs [Dupret, Halpérin].

[14 novembre 2012]

> M. Aymes, B. Gourisse, « Matières à transfaire », texte programmatique du projet Transfaire.

[28 novembre 2012]

> Patrick Boucheron, « Introduction – Les boucles du monde : contours du XVe siècle », dans idem (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 9-30.

[12 décembre 2012]

> Albert Hourani, « The Changing Face of the Fertile Crescent in the XVIIIth Century », Studia Islamica, 8 (1957), p. 89-122.

[9 janvier 2013]

> Yves Dezalay, Bryant G. Garth, « L’impérialisme moral. Les juristes et l’impérialisme américain (Philippines, Indonésie) », Actes de la recherche en sciences sociales, 171-172 (2008), p. 40-55.

[23 janvier 2013]

> Laurence Dumoulin, Sabine Saurugger « Les policy transfer studies : analyse critique et perspectives », Critique internationale, 48/3 (2010), p. 9-24

[13 février 2013]

> Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité »,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58/1 (2003), p. 7-36.

[27 février 2013]

> Discussions « hélicoïdales ».

[13 mars 2013]

> Marc Abélès, « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, 135 (1995), p. 65-85.

[27 mars 2013]

> Frédéric Sawicki, « Les politistes et le microscope », dans M. Bachir (dir.), Les méthodes au concret, Paris, PUF / CURAPP, 2000, p. 143-164 ;

> Bernard Lepetit, « Architecture, géographie, histoire : usages de l’échelle », Genèses, 13 (1993), p. 118-138.

[10 avril 2013]

> Jean-Pierre Warnier, « Pour une praxéologie de la subjectivation politique », dans J.-F. Bayart, J.-P. Warnier (dir.), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, Karthala, 2004, p. 7-31.

[24 avril 2013]

> Christian Bromberger et Dominique Chevallier, « Carrières d’objets », in eadem (dir.), Carrières d’objets : innovations et relances, Paris, Éditions la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 1-16.

[22 mai 2013]

> Baudouin Dupret, « Droit et sciences sociales. Pour une respécification praxéologique », Droit et société, 75 (2010), p. 315-335 ;

> Jean-Louis Halpérin, « Le droit et ses histoires », Droit et société, 75 (2010), p. 295-313.

séminaire 2013-2014

séminaire 2013-2014

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Les organisateurs  : Marc Aymes, Ségolène Débarre, Benjamin Gourisse

À partir des études exploratoires mises en œuvre depuis le lancement du séminaire, nous avons travaillé à camper quatre scénographies principales, elles-mêmes susceptibles de se subdiviser ou de s’entrelacer au gré des groupes ad hoc. Toutes ont permis, à un titre ou à un autre, de jouer d’une variation des échelles spatio-temporelles, les approches du contemporain (Balkans, Turquie, Union européenne) se mêlant aux chantiers historiques (sur l’Empire ottoman ou la Turquie républicaine). Voici une sommaire vue cavalière :

—    « Dévolution et action publique », ou comment qualifier les relations entre action publique et activités privées, par l’étude des dynamiques de croisement entre « champs » partisan, bureaucratique, économique, syndical, militaire, etc. L’accent a porté sur l’interpénétration croissante du public et du privé, d’une part ; et sur la diversification des modes de gouvernement qui s’ensuit, de l’autre. La difficulté principale est que, sous couvert d’analyse relationnelle, puisse persister le risque d’un postulat classificatoire.

—    « Étrange et merveilleux », où une large part fut accordée aux repérages lexicographiques (ainsi qu’à une discussion des mérites ou travers d’une telle analyse). Aussi, on a rappelé que la notion de différentiel spatio-temporel est au cœur de la sémantique du merveilleux : cela nourrit à la fois des épistémologies modernistes, qui pensent la merveille comme survivance d’un artéfact « primitif », et des utopies politiques, qui posent la possibilité d’un monde parallèle, donc synchrone à celui-ci.

—    « Monnaies et pratiques de monnayage » : ici, les instruments monétaires définissent un lieu critique pour la mise en question du « transfert » par le « transfaire ». Plutôt qu’à la quête des origines, on s’attache à l’ubiquité spatio-temporelle de la création monétaire, à la singularité des moments de l’appréciation, à l’épaisseur symbolique du change. Le monnayage dit aussi que tout ne relève pas du verbal : il nous somme en quelque sorte d’opter pour un matérialisme méthodologique radical, qui donne corps à un univers documentaire sui generis.

—    « Fêtes de la langue » : celles-là sont, au départ, documentées par un massif corpus d’archives, ensemble de minutes, procès-verbaux, coupures de presse et photographies d’un rituel festif et politique de la Turquie républicaine des années 1930-40. Mais que voyons-nous au juste ? Pour en décider, nous avons tâché d’identifier des acteurs, d’interroger le matériau archival en tant que matière de gouvernement, d’analyser le logos, la langue et l’agir qui y transparaissent. Pour la suite des opérations, le recours au logiciel Prospero est à l’étude.

Sur chacune de ces scènes nous avons été amenés à de nouvelles lectures ou relectures. Le programme détaillé ci-joint comprend les références en question.


[13 novembre 2013] Étrange et merveilleux

> Une introduction (Ségolène Débarre, Fabio Giomi)

—       Michael D. Gordin, Helen Tilley, Gyan Prakash (dir.), Utopia/Dystopia: Conditions of Historical Possibility, Princeton University Press, 2010.

—       Alexandre Popovic, Constant Hamès, « Le Rituel de la Dâ’ira ou le cercle des Djinns dans les Balkans musulmans », Journal of History of Sufism, 6, 2013, p. 71-116.

—       Laurent Mignon, « Entre quête scientifique et quête identitaire : la littérature d’anticipation turco-ottomane », Cycnos, 22(2), 2006, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=591.

> De l’ésoterisme occidental du xixe siècle au procès Ergenekon : le mythe d’Agartha, royaume souterrain qui gouverne le monde (Alexandre Toumarkine)

[27 novembre 2013] Revenir à la « décharge »

> Notre état des lieux (Élise Massicard)

—     Béatrice Hibou, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, 73, 1999 : L’État en voie de privatisation, p. 6-15.

> À propos des relations inter-champs (Benjamin Gourisse)

—     Bernard Lahire, « Champ, hors-champ, contrechamp », dans Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, 2001, p. 23-57.

[22 janvier 2014] Pratiques de monnayage

> Échanges, crédits et valeur (Marc Aymes, Yoann Morvan)

—     Viviana A. Zelizer, « “L’argent social”. Entretien avec Florence Weber » (trad. Antoine Lentacker et Étienne Ollion), Genèses, 65, 2006, p. 126-137.

—     André Orléan, « La monnaie entre économie et anthropologie », Journal des anthropologues, 84, 2001, p. 17-25.

[12 février 2014] Fêtes de la langue

> La révolution de la langue par le bas : les archives du Dil Bayramı (Emmanuel Szurek)

[26 février 2014] Matière à merveille

> « Réservoirs » et « fonctions » du merveilleux (coll.)

—     Mohamed Arkoun et al., L’étrange et le merveilleux dans l’Islam médiéval, Paris, Editions J.A., 1978.

> Histoires d’amulettes et diplomatique talismanique (Marc Aymes)

—     M. Aymes, “An Ottoman in Paris: A tale of Mediterranean coinage” (inédit)

—     Jude Hill, “The Story of the Amulet: Locating the enchantment of collections”, Journal of Material Culture, 12(1), 2007, p. 65-87.

[12 mars 2014] Effets de monnaie

> Un instrument de crédit : l’affacturage (Yoann Morvan)

> Petits billets et devises de circonstance (Marc Aymes)

[26 mars 2014] L’action publique par dévolution

> Soft Power, le cas turc (Gabrielle Angey et Yohanan Benhaïm)

—     Joseph S. Nye, “Soft Power”, Foreign Policy, 80, 1990, p. 153-171.

—     Meliha Benli Alunisik, “Turkey’s Soft Power in the Middle East”, Insight Turkey, 10(2), 2008, p. 41-54.

—     Todd Hall, “An Unclear Attraction: A Critical Examination of Soft Power as an Analytical Category”, The Chinese Journal of International Politics, 3, 2010, p. 189–211.

> Gestion du pluralisme religieux (Nathalie Clayer)

[9 avril 2014] Fêtes de la langue : suites

> échantillonnage, présentation et discussion collective de documents d’archives, par entrée géographique et thématique (coll.).