International Workshop « Non-public Actors in Turkish policy-making » 8th March 2016

Non-public actors in Turkish policy-making

IFEA, March 8, 2016

Convenors: Elise Massicard, CNRS/CERI and Claire Visier, Tübitak/Université Galatasaray

Numerous works have underlined the recent transformations of public policies and state intervention over the globe, together with what is commonly called globalization or the diffusion of norms and patterns of policies. These global transformations are often considered as the signs of a liberalization or a retreat of the state from the regulation of a number of social sectors. Starting from her work mainly in Africa, Hibou (2004) has argued that after neoliberal reforms and an important wave of privatization the state intervened in the economy more and more through the recourse to intermediaries in policy implementation, therefore resulting into new forms of indirect rule. In that respect, she uses the Weberian term of ‘discharge’ (Verpachtung or Überweisung).
The work we conducted in the framework of a collective and interdisciplinary project on patterns of state policies in Turkey (Aymes, Gourisse, Massicard 2015) also shows the renewed importance of forms of indirect government in Turkey in the last few decades. Studies carried out on TOKİ (Pérouse 2015), on the economic power of the Turkish army (Corte-Real Pinto 2012), on the role of different actors from what is commonly called ‘civil society’ (NGOs, labour unions) in the reforms and government patterns encouraged by the European Union (Visier 2015, Scalbert-Yücel and Girard 2015), on the role of parties in public policies or on figures situated on the boundaries of the state like muhtars (Massicard 2015); as well as recent works on Turkish foreign policy (Benhaim fortcoming) shed light on the importance of non-public actors, while at the same time showing a great plurality of involved actors and relationships to state actors. Some of these works insist in the historical grounding of some of these partnership in the long run (on the subcontracting of legitimate violence, see Dorronsoro 2006, Gourisse 2013), which encourages to question possible historical continuities.
Among them, several studies have shed light on the way the recent reforms of the Turkish state towards new public management (workforce reduction, efficiency, etc.) went along with not a retreat of the state in some sectors, contrary to what is commonly assumed (Eder 2010); but, on the contrary, with an intervention of public policy in some sectors where they were less involved in the past (welfare, housing, health, transportation) (Kadirbeyoğlu and Sümer 2012, Massicard 2014). Therefore, the recourse to private intermediaries does not always imply only a new working pattern for public institutions, or a retreat of the state, but may also go along with a new involvement in some sectors – may even encourage it or make it possible. This statement encourages us to question the relationship between government patterns and perimeters of public action. We would like to question the relationships established and exchanges taking place between public institutions and private actors, and the government patterns that emerge. This statement also invites us to open the “blackbox” of the state apparatus and analyse the intervention of not public actors both in policy-making, i.e. in the very production of policies, and policy implementation.
The studies on public policies are often compartmentalized among sectors and hardly enter in a dialogue. The aim of this workshop is to explore the dynamics of the non-public partners of policies in Turkey, without a specific sectorial entry. The participants are expected to present empirically grounded case studies that can nourish common reflections.

Programme

9h30-10h: Introduction
Elise Massicard (CNRS/CERI) and Claire Visier (Université Galatasaray)

10h00-12h30 – Session 1 : Expertise as a field of intervention of non-public actors
Discussants: Jean-François Pérouse (IFEA), Claire Visier (Université Galatasaray)

The brokering role of transnational “migration experts” in Turkey. Reformist administrators and International Organizati ons entrepreneurs in the production of migration policies
Elen Le Chêne, Aix-Marseille University

Turkish expertise of Middle Eastern Policy: an intellectual brokerage enterprise
Jean Baptiste Le Moulec, University of Aix-Marseille

Intra-state competition and the reconfiguration of the field of expertise on Iraqi Kurdistan in Turkey (2002-2012)
Yohanan Benhaim, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lunch break

14h-17h30 Session 2: Patterns of interaction between public and non-public actors in policy making
Discussants: Olivier Gajac (IFEA/Centre Emile Durkheim), Elise Massicard (CNRS/CERI), Noemi Levy-Aksu (Bogaziçi University)

The role of religiously motivated associations in social assistance
Ipek Göçmen, Bogazici University

Collaboration Gone Awry: The Formation of Women’s Shelters as Public Institutions in Turkey
Berna Ekal, Bilgi University

The coproduction of a public offer of participation in Turkey
Melike Yalcin-Riollet, EHESS

Governors as new agents of governance in Turkey
Ulaş Bayraktar, Mersin University and Cemil Yıldızcan, Galatasaray University

Registration (compulsory):
https://www.inscription-facile.com/form/gztEdINMKLZThu9J4YXy

This workshop is being held through funding from the French National Research Agency [Agence Nationale de la Recherche] within the programme “Trans-acting Matters: Areas and Eras of a (Post-)Ottoman Globalization” [Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane] (ANR-12-GLOB-003) and with the support of the Institut Français d’Études Anatoliennes (Istanbul).

Pluralité religieuse dans et à partir de l’espace ( post-)ottoman

Programme de la journée d’études

 « La gestion de la pluralité religieuse dans et à partir de l’espace (post-)ottoman »

 

pluralité religieuse

Le 10 février 2015, Collège de France, 52, rue du Cardinal Lemoine 75231 Paris.

La journée d’étude se propose de mener une réflexion collective sur les modalités à travers lesquelles la pluralité religieuse a été gérée, nommée et habitée au fil du XX siècle dans et à partir de l’espace ottoman et post-ottoman. Le sujet sera approché de façon variée, incluant la production normative étatique et son implémentation sur le terrain, les négociations des politiques religieuses avec les acteurs religieux et non-étatiques plus en général, la circulation transnationale des modèles de gestion du religieux, les pratiques de traduction/appropriation/domestication des termes et des concepts liés à la pluralité religieuse. Même si les différents cas d’étude portent sur des contextes assez diversifiés d’un point de vue spatio-temporel, ils sont reliés par une sémantique commune :

1) Ils se concentrent sur des acteurs religieux, minoritaires, et transnationaux
2) Ils voient dans l’éducation un champ d’analyse privilégié

Notre problématique commune sera la suivante : Comment les acteurs religieux minoritaires transnationaux font-ils l’expérience des tendances de régulation et de dérégulation étatique dans ou à partir de l’espace ottoman et post-ottoman dans le domaine de l’éducation ?

Programme de la journée d’études :

Anastassios (Tassos) Anastassiadis (McGill University), « Les acteurs catholiques dans la Grèce de l’entre-deux-guerres ».

Gabrielle Angey (CETOBaC), « Le mouvement Gülen en Afrique du Sud et Sénégal aujourd’hui ».

Benjamin Bruce (CERI –Science Po Paris), « Le rôle du Diyanet en France et Allemagne aujourd’hui ».

Nathalie Clayer (EHESS, CETOBaC), « Les acteurs catholiques dans l’Albanie de l’entre-deux-guerres ».

Fabio Giomi (CNRS, CETOBaC), « Les acteurs catholiques dans la Yougoslavie de l’entre-deux guerres ».

Alexandre Toumarkine (Orient-Institut Istanbul), « Les missionnaires protestants en Turquie dans l’entre-deux-guerres ».

Buket Türkmen (Galatasaray Üniversitesi), « Les Alévis en Turquie aujourd’hui ».

logo-transfaire.jpg

Les dynamiques multisectorielles de la domination politique en Turquie

Les dynamiques multisectorielles de la domination politique en Turquie (Benjamin Gourisse, Sümbül, Isil Erdinç)

Notre objectif est de créer un espace de travail et d’échanges entre des jeunes chercheurs travaillant sur la Turquie dans une perspective de sciences sociales. Il vise plus précisément à initier une réflexion collective autour d’une problématique relative à la multisectorialité ordinaire (ou routinière) des jeux sociaux, appliquée au cas turc.

Cette démarche résulte d’une mise en commun de résultats obtenus par chacun des organisateurs du séminaire sur leurs terrains respectifs. Nous avons effet ont tous été amenés à observer des processus d’imbrication de logiques sectorielles (étatiques et partisanes, syndicales et politiques, militaires et associatives, économiques, identitaires et politiques) qui nous encouragent aujourd’hui à penser la structuration du monde social en termes d’interpénétration sectorielle.

Le thème central qui nous servira de fil conducteur sera donc celui des relations inter-champs et de leur rôle dans les stratégies de conquête, de pérennisation et de contestation des positions de pouvoir et d’accumulation. Il s’agira ainsi interroger les dynamiques intersectorielles de la domination politique en Turquie. Nous privilégierons alors une approche multisectorielle (ou multi-champs) attentive à la complexité des configurations observables, et veillerons à analyser la constitution et la structuration des champs sociaux pensés non seulement les uns par rapport aux autres, mais également les uns à travers les autres, en termes de relations, d’interactions et de circulation.

Nous avons dégagé trois axes :

– Différenciation et dédifférenciation des secteurs sociaux : Le système politique turc s’est construit sur une non-sectorisation du jeu politique et une non-autonomisation des arènes étatiques. Ainsi, les logiques partisanes et bureaucratiques s’entremêlent pour conférer aux partis au pouvoir des possibilités de se renforcer dans l’Etat et empêcher l’alternance sans même avoir à remettre en cause l’élection comme mode de sélection des gouvernants. Cet axe vise donc à analyser concrètement comment se font et se défont les liens collusifs liants personnel politique et administratif, mais également comment ces positions dans l’Etat permettent aux partis de mettre en ordre le social en intervenant dans les rapports de force de secteurs sociaux stratégiques (on pense notamment aux secteurs économique, syndical et militaire).

– Transformation des modes d’administration et de gouvernement : l’accumulation primitive du capital en Turquie républicaine s’est réalisée par les intermédiations entre cadres du parti unique et entrepreneurs choisis pour leur conformité au modèle sociopolitique vanté par les kémalistes. S’est ainsi constituée une bourgeoisie captive, dont les succès dépendaient directement des contrats de sous-traitance accordés par la puissance publique, dans un contexte d’économie dirigée. Les réformes initiées depuis les années 1980 et intensifiées depuis le début des années 2000 (parfois désignées de néolibérales) changent les modalités de contrôle et de redistribution des ressources (privatisations, contrats de délégation, institutions au statut hybride public/privé, extraversion de l’économie, etc.). Cet axe vise donc à analyser les modes d’agrégation des réseaux politico-économiques, ainsi que les opportunités et contraintes nouvelles que portent les réformes.

– Les dynamiques des mobilisations et de la contestation : cet axe vise à étudier les modalités de la contestation de l’ordre politique et social. On analysera les arènes (locales et transnationales notamment), les acteurs (armée, organisations patronales, syndicats, partis politiques et groupes confessionnels) et les ressources (organisationnelles, économiques mais également identitaires avec la mobilisation de biens symboliques kurdistes ou islamo-conservateurs) de la contestation du pouvoir.

Transfaires impériaux : Turquie, Russie

 Transfaires impériaux : Turquie, Russie

Par O. Bouquet,  Pr Université Paris Diderot, Le 26 mars 2015

Université Paris Diderot, 15 avril 2015
Co-organisateurs : CESSMA, ICT, ANR TRANSFAIRE

logo transfaire

Depuis bientôt trois ans, l’ANR TRANSFAIRE dessine les cadres d’observation de connexions et d’interdépendances post-impériales, dans la continuité d’approches pluridisciplinaires envisagées dans une précédente ANR, TRANSTUR . Animée principalement par des spécialistes du monde turc, l’ANR se veut néanmoins autonome vis-à-vis de l’aire culturelle dont a priori elle relèverait : le projet (consultable sur le site de l’ANR) entend éclairer « une période de transformation des équilibres régionaux dans lesquels sont pris les pays de l’espace post-ottoman » . L’objectif de la journée est d’envisager cet espace en relation avec un autre (le monde russe) auquel il est en partie lié, afin d’ouvrir un forme de « dialogue eurasien » selon des formes comparables à celles qui sont actuellement entreprises, notamment à l’occasion des commémorations de la Grande guerre. Il s’agit d’esquisser une réflexion ciblée autour de la problématique suivante : comment aborder les espaces temps d’une globalisation à travers l’étude des stratégies de captation des héritages impériaux déployées par les systèmes politiques actuels ? Pareille approche recoupe, mais selon des logiques différentes, les thématiques du laboratoire où se tiendra la journée d’étude, à savoir le CESSMA. À l’échelle des sociétés contemporaines d’Afrique, d’Amérique et d’Asie, il offre l’intérêt d’opérer un déplacement de focale vers d’autres sous-ensembles régionaux : la Turquie, souvent décrite par les observateurs européens comme un pays d’Orient, est davantage abordée au CESSMA comme un « Nord du Sud » en développement.
La journée promet d’être dense, car les intervenants disposeront d’objets multiples, de sujets comparables, de terrains communs, de marges, de frontières et de fronts, d’aires terrestres (le Caucase et ses fronts ouverts, la Guerre de 1914, le Génocide arménien de 1915) et d’aires liquides : la mer Noire, à envisager ou non comme un alter ego – dans plusieurs langues et sur une belle longue durée, la Méditerranée est une « mer Blanche ». Aucun terrain d’étude n’est exclu, à condition toutefois d’envisager une réflexion commune autour de la pluralité des espaces temps. L’opération fut déjà essayée il y a quelques années à l’occasion d’un séminaire consacré aux comparaisons impériales . Elle continue d’être périlleuse : histoires russe et ottomane ne sont souvent connectées que par les représentations qui en sont forgées. En vérité, elles semblent obéir à des logiques certes parallèles au XIXe (l’autocratisation du régime, la modernisation des institutions), comme au XXe siècle (la table rase révolutionnaire, puis la reconversion des élites impériales), mais sans influence l’une sur l’autre, alors même que les ressemblances impériales semblent aller de soi. Proximité géographique, revendication d’un héritage romain, constance de la rivalité géopolitique sont quelques uns des thèmes qui incitent a priori les chercheurs à présupposer chez les Russes et les Turcs la poursuite d’expériences historiques communes et de productions normatives similaires. Pourtant – et c’est là où les approches comparées envisagées au CESSMA ont leur utilité –, les « bons comparables » (M. Détienne) ne sont pas là où on croit les trouver : pour ne prendre qu’un exemple, un administrateur territorial ottoman ressemble à bien des égards davantage à un fonctionnaire brésilien qu’à un employé russe – au cours de la journée, nous souhaiterions inviter un spécialiste de l’Amérique latine évoquer avec nous les illusions de la proximité cultivées au sein des area studies.
Une autre possibilité consiste à chercher aux mêmes sources des modèles comparables : on dira ainsi que si les Russes et les Turcs avaient appris le français, c’est qu’ils avaient « découvert » (je reprends une expression phénoménologique employée par plusieurs ottomanistes) la France, et que la France s’était chargée à travers eux de se faire « traduire l’Asie ». Partant, on identifiera les supports et les vecteurs des modes d’acquisition de savoirs et de disciplines. On insistera sur le rôle des nobles (hérédité, service, propriété) ou des personnalités notables (la Turquie ne reconnaissait pas les aristocraties mais produisait des noblesses) . On sera prêt à esquisser une histoire comparée des transferts culturels qui finira bien par produire quelques fruits. Le risque étant d’éluder une fois de plus la question de la synchronisation des changements, comme si les déphasages allaient toujours de soi : on expliquera ainsi que les Ottomans avaient du retard sur les Russes dans l’apprentissage du français aussi aisément qu’on soulignera le niveau constamment inégal de leurs degrés respectifs de maîtrise. Les Russes en ressortiront comme d’inégalables born to speak French elites et les Turcs seront ramenés à leur incapacité à parler naturellement (ce qui passe pour naturellement naturel étant bien souvent culturellement naturel), une langue reflet permanent de l’alliance (contre-nature justement) nouée, depuis François 1er et Soliman le magnifique, avec les « infidèles infernaux » (Barberousse). Même si, en fin de parcours, on aura reproduit les travers déjà identifiés pour n’envisager qu’une histoire comparée de faible portée, on se consolera avec l’idée que « la culture a pour tâche de déconnecter les espaces et de les reconnecter » . Au pire, on se sera un peu cultivé à essayer de faire l’inverse. Au moins aura-t-on inscrit deux mondes (et qui sait, peut-être un troisième, caucasien par exemple, entre les deux ou en leur sein) dans les domaines aréaux du CESSMA autant que dans l’ère de la globalisation scientifique et technologique des contemporanéités post-ottomanes de TRANSFAIRE . En revanche, si la journée est fructueuse, pourquoi ne pas envisager, à l’occasion d’une autre rencontre, un mode opératoire complémentaire, par exemple des interventions à deux voix (le tsar et le sultan ; le noble et le kul ; 2e et 3e Rome ; millet et sloslovie…) dans la perspective de publications ?
Pour l’heure, je suggérerais d’axer la rencontre autour de ce qui rassemble déjà les participants de TRANSFAIRE : l’étude des « instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. À la problématique du « transfert », qui présume de domaines censément « propres » à chacune des régions concernées, et dessine une marqueterie d’aires incommensurables, notre questionnement substitue une approche des modalités du transfaire, attentive aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique » . Commençons déjà par nous adosser aux études récentes consacrées aux circulations révolutionnaires contemporaines. Tâchons d’identifier des groupes qui auraient fait un usage propre ou en propre des instruments particuliers, les langues bien sûr, mais également diverses mises en forme de soi. Portons le regard sur des minorités caractérisées par un décalage (croissant, sans doute) entre la réduction de marges de manœuvre dont elles disposaient et la portée effective de transfaires opérés, au-delà des seuls domaines impériaux. On insistera sur des groupes clairement identifiés (Arméniens et Tatars notamment). On pourra évoquer les minorités chez l’autre, des Russes blancs, ou chez soi, les Turcs blancs. Le mieux étant bien sûr de ne pas institutionnaliser les communautés plus qu’elles ne l’étaient (un débat existe chez les ottomanistes sur le bon usage de la notion de millet), et de chercher calmement ses mots, tout en identifiant des pratiques qui mènent aux mots. Le mieux étant également de voir une figure institutionnelle comme une figure d’un autre. Nous l’avons fait un peu par hasard, avec Z. Gasimov qui nous fait l’amitié de participer à la journée, lors d’un échange sur un sujet que je livre ici comme exemple de papier à proposer.
Prenons un homme décrit comme le plus grand historien vivant de Turquie, qui l’est de plus en plus au fil des ans qui le mène vers le centenaire, et voyons le comme autre chose que comme un historien. Voyons-le comme un jeune (mais pas comme un jeune Staline, suivez mon regard, ou comme un jeune Atatürk, suivez-en un autre), comme un jeune Tatar. On oublie donc que perce déjà le grand historien (même si c’est le cas, mais bien malin qui le prouvera) sous Halil Inalcik, et on l’étudie en tant qu’être de langue et de savoir. On ne réfléchit pas au transfert culturel : il étudie les sciences politiques aux Etats-Unis dans les années 1950, donc il devient historien ouvert aux sciences politiques ; il enseigne à Chicago à partir de 1974, donc il devient historien capable d’écrire en anglais, et ainsi de suite. On réfléchit au transfaire impérial d’un homme né en 1916, âgé de 12 ans quand il lui faut changer d’alphabet, après avoir appris une langue qui n’était pas celle de son milieu familial. Prenons ensuite un autre historien, d’une autre génération, né en 1947, également Tatar d’origine : Ilber Ortayli. Sa langue maternelle est le russe. Il la parle encore aujourd’hui, mais aux dires d’amis russisants, un peu comme le font les enfants, comme l’enfant que d’une certaine manière il est resté. Il parle l’allemand autrement, comme la langue qu’il a apprise en classe, au lycée allemand d’Istanbul. Il parle plusieurs autres langues, mais un peu comme un vieil oncle askhénaze, toutes en yiddish.
Ces deux historiens sont aujourd’hui inscrits dans la trame d’une post-globalisation impériale – voici leurs notices wikipedia . Mais ils ont un rapport à l’impérialité qui, sans être le produit de décisions kémalistes pour l’un, ou d’ouvertures démocratiques des années 1950 pour l’autre, varie selon leur capacité à transfaire, sous la République, un air (venu) d’ailleurs. Ils sont marqués au coin d’une historicité croisée différentielle. C’est un sujet d’étude que je voudrais aborder dans la journée, et que je cite comme exemple à l’usage des intervenants. Mais toute option est possible, entre ceux qui voudraient « ne pas faire de vagues (…) et travaille[r] petit [afin que] ça rapporte gros » , et ceux qui n’hésiteraient pas à reprendre, en fin de cycle, une part d’impériologie comparée (la Question d’Orient, le Califat….). L’important est de proposer un papier en liaison avec les thématiques évoquées plus haut :
• Histoire croisée différentielle
• Connexions et interdépendances post-impériales
• Aires terrestres et liquides, fronts et frontières
• Expériences historiques parallèles déconnectées
• Transfaires des savoirs et mises en forme de soi
• Instruments techniques et symboliques
• Traductions
• Minorités post-impériales
• « Épreuves de noblesse »
• Figures institutionnelles, figures des autres

La journée aura lieu le 15 avril à l’Université Paris 7, site Olympe de Gouges. Elle s’organisera en trois sessions sessions. Chaque participant sera aussi discutant d’un des papiers présentés. Chacun des papiers devra être envoyé quinze jours avant la date de la journée. Au terme de la journée, les intervenants réfléchiront au cadre à envisager pour une publication des papiers.

O. Bouquet

Pour télécharger l’argumentaire : Transfaires_Russie_Turquie

Transfaire 2012-2013

 

Séminaire 2012-2013

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Marc Aymes, Nicolas Camélio, Benjamin Gourisse, Emmanuel Szurek

Le séminaire est articulé au programme ANR TRANSFAIRE, « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane » (2013-2015). Un séminaire parallèle a lieu, de manière synchrone, à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul. Pour cette première année du séminaire, l’équipe organisatrice a désiré consacrer le programme à l’étude de textes et de travaux portant sur la circulation, dans l’espace et dans le temps, d’idées, d’objets et d’instruments de gouvernement. Il s’agissait, ce faisant, d’identifier et de discuter les principales questions méthodologiques et théoriques à débattre dans le cadre du programme de recherche.

Deux objectifs ont donc été poursuivis : pour l’équipe de TRANSFAIRE, il s’agissait de mener une réflexion commune autour des notions et des concepts mobilisés dans les opérations de recherches individuelles et collectives lancées début 2013 ; par ailleurs, le programme du séminaire a offert aux participants non membres de TRANSFAIRE un panorama des principaux outils théoriques et méthodologiques existants pour analyser les circulations inter- et transnationales. Les organisateurs ont veillé à proposer un programme interdisciplinaire – les textes étudiés relevaient de l’histoire, de la science politique, de la sociologie, et de l’anthropologie – autour de travaux articulant théorie et empirie.

Nous avons ainsi consacré une série de séances à l’histoire croisée, à ses méthodes et à ses apports [Werner et Zimmermann] ; à l’histoire-monde et à ses analyses des mondialisations [Boucheron, Hourani] ; à l’asymétrie des relations internationales et aux stratégies de domination mises en œuvre par les Etats et les groupes dans les arènes inter- et transnationales [Dezalay et Garth] ; à l’analyse critique de l’anthropologie des institutions [Abélès] et des policy transfer studies [Dumoulin et Saurugger] ; aux questions portant sur les échelles de l’analyse [Sawicki, Lepetit], mais également à la praxéologie [Warnier] en rapport avec les objets matériels [Bromberger et Chevallier] ou normatifs [Dupret, Halpérin].

[14 novembre 2012]

> M. Aymes, B. Gourisse, « Matières à transfaire », texte programmatique du projet Transfaire.

[28 novembre 2012]

> Patrick Boucheron, « Introduction – Les boucles du monde : contours du XVe siècle », dans idem (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 9-30.

[12 décembre 2012]

> Albert Hourani, « The Changing Face of the Fertile Crescent in the XVIIIth Century », Studia Islamica, 8 (1957), p. 89-122.

[9 janvier 2013]

> Yves Dezalay, Bryant G. Garth, « L’impérialisme moral. Les juristes et l’impérialisme américain (Philippines, Indonésie) », Actes de la recherche en sciences sociales, 171-172 (2008), p. 40-55.

[23 janvier 2013]

> Laurence Dumoulin, Sabine Saurugger « Les policy transfer studies : analyse critique et perspectives », Critique internationale, 48/3 (2010), p. 9-24

[13 février 2013]

> Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité »,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58/1 (2003), p. 7-36.

[27 février 2013]

> Discussions « hélicoïdales ».

[13 mars 2013]

> Marc Abélès, « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, 135 (1995), p. 65-85.

[27 mars 2013]

> Frédéric Sawicki, « Les politistes et le microscope », dans M. Bachir (dir.), Les méthodes au concret, Paris, PUF / CURAPP, 2000, p. 143-164 ;

> Bernard Lepetit, « Architecture, géographie, histoire : usages de l’échelle », Genèses, 13 (1993), p. 118-138.

[10 avril 2013]

> Jean-Pierre Warnier, « Pour une praxéologie de la subjectivation politique », dans J.-F. Bayart, J.-P. Warnier (dir.), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, Karthala, 2004, p. 7-31.

[24 avril 2013]

> Christian Bromberger et Dominique Chevallier, « Carrières d’objets », in eadem (dir.), Carrières d’objets : innovations et relances, Paris, Éditions la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 1-16.

[22 mai 2013]

> Baudouin Dupret, « Droit et sciences sociales. Pour une respécification praxéologique », Droit et société, 75 (2010), p. 315-335 ;

> Jean-Louis Halpérin, « Le droit et ses histoires », Droit et société, 75 (2010), p. 295-313.

Transfaire 2013-2014

Séminaire 2013-2014

Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post-)ottomane

Les organisateurs  : Marc Aymes, Ségolène Débarre, Benjamin Gourisse

À partir des études exploratoires mises en œuvre depuis le lancement du séminaire, nous avons travaillé à camper quatre scénographies principales, elles-mêmes susceptibles de se subdiviser ou de s’entrelacer au gré des groupes ad hoc. Toutes ont permis, à un titre ou à un autre, de jouer d’une variation des échelles spatio-temporelles, les approches du contemporain (Balkans, Turquie, Union européenne) se mêlant aux chantiers historiques (sur l’Empire ottoman ou la Turquie républicaine). Voici une sommaire vue cavalière :

—    « Dévolution et action publique », ou comment qualifier les relations entre action publique et activités privées, par l’étude des dynamiques de croisement entre « champs » partisan, bureaucratique, économique, syndical, militaire, etc. L’accent a porté sur l’interpénétration croissante du public et du privé, d’une part ; et sur la diversification des modes de gouvernement qui s’ensuit, de l’autre. La difficulté principale est que, sous couvert d’analyse relationnelle, puisse persister le risque d’un postulat classificatoire.

—    « Étrange et merveilleux », où une large part fut accordée aux repérages lexicographiques (ainsi qu’à une discussion des mérites ou travers d’une telle analyse). Aussi, on a rappelé que la notion de différentiel spatio-temporel est au cœur de la sémantique du merveilleux : cela nourrit à la fois des épistémologies modernistes, qui pensent la merveille comme survivance d’un artéfact « primitif », et des utopies politiques, qui posent la possibilité d’un monde parallèle, donc synchrone à celui-ci.

—    « Monnaies et pratiques de monnayage » : ici, les instruments monétaires définissent un lieu critique pour la mise en question du « transfert » par le « transfaire ». Plutôt qu’à la quête des origines, on s’attache à l’ubiquité spatio-temporelle de la création monétaire, à la singularité des moments de l’appréciation, à l’épaisseur symbolique du change. Le monnayage dit aussi que tout ne relève pas du verbal : il nous somme en quelque sorte d’opter pour un matérialisme méthodologique radical, qui donne corps à un univers documentaire sui generis.

—    « Fêtes de la langue » : celles-là sont, au départ, documentées par un massif corpus d’archives, ensemble de minutes, procès-verbaux, coupures de presse et photographies d’un rituel festif et politique de la Turquie républicaine des années 1930-40. Mais que voyons-nous au juste ? Pour en décider, nous avons tâché d’identifier des acteurs, d’interroger le matériau archival en tant que matière de gouvernement, d’analyser le logos, la langue et l’agir qui y transparaissent. Pour la suite des opérations, le recours au logiciel Prospero est à l’étude.

Sur chacune de ces scènes nous avons été amenés à de nouvelles lectures ou relectures. Le programme détaillé ci-joint comprend les références en question.

 

[13 novembre 2013] Étrange et merveilleux

> Une introduction (Ségolène Débarre, Fabio Giomi)

—       Michael D. Gordin, Helen Tilley, Gyan Prakash (dir.), Utopia/Dystopia: Conditions of Historical Possibility, Princeton University Press, 2010.

—       Alexandre Popovic, Constant Hamès, « Le Rituel de la Dâ’ira ou le cercle des Djinns dans les Balkans musulmans », Journal of History of Sufism, 6, 2013, p. 71-116.

—       Laurent Mignon, « Entre quête scientifique et quête identitaire : la littérature d’anticipation turco-ottomane », Cycnos, 22(2), 2006, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=591.

> De l’ésoterisme occidental du xixe siècle au procès Ergenekon : le mythe d’Agartha, royaume souterrain qui gouverne le monde (Alexandre Toumarkine)

[27 novembre 2013] Revenir à la « décharge »

> Notre état des lieux (Élise Massicard)

—     Béatrice Hibou, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, 73, 1999 : L’État en voie de privatisation, p. 6-15.

> À propos des relations inter-champs (Benjamin Gourisse)

—     Bernard Lahire, « Champ, hors-champ, contrechamp », dans Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, 2001, p. 23-57.

[22 janvier 2014] Pratiques de monnayage

> Échanges, crédits et valeur (Marc Aymes, Yoann Morvan)

—     Viviana A. Zelizer, « “L’argent social”. Entretien avec Florence Weber » (trad. Antoine Lentacker et Étienne Ollion), Genèses, 65, 2006, p. 126-137.

—     André Orléan, « La monnaie entre économie et anthropologie », Journal des anthropologues, 84, 2001, p. 17-25.

[12 février 2014] Fêtes de la langue

> La révolution de la langue par le bas : les archives du Dil Bayramı (Emmanuel Szurek)

[26 février 2014] Matière à merveille

> « Réservoirs » et « fonctions » du merveilleux (coll.)

—     Mohamed Arkoun et al., L’étrange et le merveilleux dans l’Islam médiéval, Paris, Editions J.A., 1978.

> Histoires d’amulettes et diplomatique talismanique (Marc Aymes)

—     M. Aymes, “An Ottoman in Paris: A tale of Mediterranean coinage” (inédit)

—     Jude Hill, “The Story of the Amulet: Locating the enchantment of collections”, Journal of Material Culture, 12(1), 2007, p. 65-87.

[12 mars 2014] Effets de monnaie

> Un instrument de crédit : l’affacturage (Yoann Morvan)

> Petits billets et devises de circonstance (Marc Aymes)

[26 mars 2014] L’action publique par dévolution

> Soft Power, le cas turc (Gabrielle Angey et Yohanan Benhaïm)

—     Joseph S. Nye, “Soft Power”, Foreign Policy, 80, 1990, p. 153-171.

—     Meliha Benli Alunisik, “Turkey’s Soft Power in the Middle East”, Insight Turkey, 10(2), 2008, p. 41-54.

—     Todd Hall, “An Unclear Attraction: A Critical Examination of Soft Power as an Analytical Category”, The Chinese Journal of International Politics, 3, 2010, p. 189–211.

> Gestion du pluralisme religieux (Nathalie Clayer)

[9 avril 2014] Fêtes de la langue : suites

> échantillonnage, présentation et discussion collective de documents d’archives, par entrée géographique et thématique (coll.).

Transfaire 2014-2015

Séminaire « Transfaire. Histoire et sciences sociales à l’épreuve d’une globalisation (post)ottomane »

Le séminaire vise à poser les jalons d’une nouvelle approche des connexions, concomitances et interdépendances dont les espaces (post-)ottomans ont pu être partie intégrante. À l’encontre des travaux qui analysent la mise en circulation de pratiques, d’instruments, de normes et de savoirs comme étape subséquente à leur production localisée, on étudiera les instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. À la problématique du « transfert », qui se limite souvent à penser les échanges en termes de diffusion et d’importation à sens unique, nous préférerons l’analyse des modalités du transfaire, attentive aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique.

L’enjeu est donc de reconfigurer, à travers le cas de l’empire ottoman et des pays successeurs situés dans le même espace, les problèmes que pose l’analyse des dynamiques de changement des modes et des savoirs de gouvernement.

Trois axes sont privilégiés : l’étude des modalités par lesquelles s’opère la coproduction des instruments de l’action publique, l’analyse de l’élaboration et de l’usage des instruments normatifs de l’action publique, et l’observation des multiples opérations de traduction auxquelles donnent lieu les échanges.

En 2012-2013, une série de lectures avait permis de mettre en lumière, et en commun, les principaux lieux de l’enquête. En 2013-2014, ces lieux communs ont été exploités pour camper des scénographies de travail : « décharge et dévolution », « étrange et merveilleux », « monnaies et instruments de crédit », « fêtes de la langue ». Cette année, les groupes de recherche ainsi constitués viendront au séminaire présenter l’avancement de leurs travaux.

Le cadre collectif est celui du programme « Transfaire », financé par l’Agence nationale de la recherche en 2013-2015, qui associe le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques et l’Institut français d’études anatoliennes. Le séminaire se tient donc de manière synchrone à Paris et à Istanbul.

12 novembre 2014 | Qu’est-ce que le transfaire ? (Introduction par Marc Aymes, Gabriela Anouck Corte-Real et Sümbül Kaya)

26 novembre 2014  | Le monde turco-ottoman dans la globalisation scientifique et technologique (19-20e s.) : le transfaire à l’épreuve de l’histoire globale (Marie Bossaert, Ségolène Debarre, Darina Martykanova et Emmanuel Szurek)

12 décembre 2014 /!\ | Rethinking legal reforms (Aylin Besiryan, Noémi Lévy-Aksu)

14 janvier 2015 | Communs (Jean-François Pérouse, Nicolas Elias)

28 janvier 2015 | Politiques culturelles locales (Cilia Martin, Clémence Scalbert-Yücel, Jean-François Polo, Lydia  Zeghmar, Muriel Girard)

11 février 2015 | « Circulation » des concepts en histoire (Dilek Sarmis)

11 mars 2015 |  UE-Turquie (Gabriela Anouck Corte-Real,  Claire Visier, Élise Massicard, Işıl Erdinç)

25 mars 2015 | Transfaire la pluralité religieuse dans et à partir de l’espace post-ottoman » (Fabio Giomi, Nathalie Clayer).

8 avril 2015 | Les dynamiques intersectorielles de la domination politique en Turquie (Benjamin Gourisse, Işıl Erdinç et Sümbül Kaya)

13 mai 2015 | Traduire Lacan (Benoît Fliche)

27 mai 2015 | Retours à la terre (Cilia Martin, Clémence Scalbert-Yücel)

10 juin 2015 | Transturcologiques. Vers une histoire transnationale des études turques (Emmanuel Szurek, Marie Bossaert)

/!\ N.B. date modifiée : le 12 décembre est un vendredi au lieu de mercredi habituellement.

Modèles et instruments d’administration publique en Europe

Congrès AFSP 2015 (ST 44)

Modèles et instruments d’administration publique en Europe : l’Union européenne au prisme des phénomènes de circulation internationale

 

Candidature jusqu’au 15 octobre 2014.

 

Claire Visier, Marie Curie Fellow, European Institute-Istanbul Bilgi University, clairevisier@bilgi.edu.tr

 

Magdaléna Hadjiisky, Enseignant-chercheur en Science Politique, Université de Strasbourg, SAGE (UMR 7363)

 

Si la littérature sur les transferts de politiques publiques au niveau européen est riche et variée, les travaux interrogeant les administrations étatiques au prisme de l’intégration européenne restent assez rares. A l’exception notable de la décentralisation territoriale, le rôle de l’Union européenne (UE) dans les réformes administratives des Etats européens contemporains est peu étudié, même si le sujet a nourri des travaux marquants concernant les Etat-membres (Wright, Cassese 1996 ; Knill 2001 ; Eymeri 2008) ou les pays candidats (Dimitrova 2005 ; Goetz, Dimitrov, Wollmann 2006 ; Börzel, Risse 2012). Cette retenue scientifique trouve une explication partielle dans la lettre des Traités de l’UE, puisque l’administration publique des Etats-membres ne fait pas partie des compétences juridiques de l’Union.

Pourtant, depuis les années 1990, les signes sont nombreux d’un investissement communautaire dans le domaine longtemps sanctuarisé de l’administration publique. Après avoir contribué à l’introduction d’une conditionnalité inédite concernant la « capacité administrative » des pays candidats (Dimitrova 2005), la Commission européenne (CE) a tracé les contours d’une bonne « gouvernance européenne » (Georgakakis, de Lassalle 2007). Le Traité de Lisbonne encourage la « coopération administrative » entre Etats-membres (art. 197), ce qui tend à valider la notion d’« espace administratif européen » (Olsen 2003). Le contexte actuel de crise des « dettes souveraines » tend enfin à créditer les institutions internationales d’un droit de regard sur le fonctionnement des administrations nationales des pays de la zone Euro.

Au plan international, les thématiques de la « réforme » et la « modernisation » de l’administration ne sont toutefois pas un terrain vierge en attente d’une fertilisation par les idées venues des institutions de l’UE. Ces thématiques ont été investies, au moins depuis les années 1980, par nombre d’acteurs internationaux, tels la Banque Mondiale, l’OCDE (Saussois 2006 ; Pal 2012), mais aussi les OING, les cabinets d’experts et de consultants (Saint-Martin 2004). L’investissement tardif et institutionnellement fragile de l’UE sur le terrain des administrations étatiques entre donc en interaction avec celui d’autres organisations aux intérêts potentiellement divergents. Dès lors, une question se pose : dans quelle mesure l’UE peut-elle être considérée comme l’instance principale d’encouragement et/ou d’accompagnement à la « réforme de l’Etat » des pays membres, candidats voire du voisinage ?

Pour y répondre, la Section thématique analysera l’intervention des acteurs internationaux dans la fabrication de modèles et d’instruments d’administration publique, en l’envisageant  comme un processus faisant intervenir des acteurs différents et des intérêts variés.

Cette perspective se distingue du courant des policy transfer studies (Dolowitz, Marsh 2000), qui comporterait ici le risque de présenter les logiques de dissémination et d’emprunts selon une vision top-down (Bulmer et alii 2007) et de réifier les modèles transférés, considérés comme fixes, indépendamment des usages qu’en font les acteurs (Dumoulin, Saurugger 2010 ; Delpeuch 2008, Hassenteufel, De Maillard 2013). Plutôt que la notion de transfert, qui présuppose l’adoption intentionnelle d’un message univoque d’un émetteur vers un récepteur, la ST propose donc d’explorer le rôle des acteurs communautaires comme participant d’un processus de circulation internationale, phénomène non-linéaire et équivoque dont ils ne sont pas nécessairement les principaux initiateurs.

Empiriquement fondées, les contributions pourront aborder certains des questionnements suivants :

Les acteurs de la circulation internationale des modèles d’administration publique

Dans le domaine de l’administration publique, le terrain européen n’est pas le lieu de diffusion d’un modèle unifié reconnu, mais plutôt un espace d’interaction et de concurrence entre des acteurs multilatéraux et nationaux divers. Quelles configurations d’acteurs se mettent en place entre ces acteurs ? Les communications sont invitées à travailler l’identification des divers acteurs influents dans le phénomène circulatoire étudié,  en mettant en évidence leurs rôles respectifs, tout en rendant compte de la position des divers acteurs institutionnels de l’UE dans le processus. Les acteurs étudiés forment-ils des réseaux consolidés ? Constituent-ils des connections plus informelles ? Constate-t-on des formes d’externalisation vers les marchés de l’expertise ?…

Définitions, variations, glissements des modèles d’administration publique

L’une des hypothèses actuelles de la littérature internationale inspirée des administrative studies concerne l’émergence d’un nouveau type d’« Etat néo-wébérien » (Pollitt, Bouckaert 2004), que certains travaux présentent comme ayant constitué l’horizon implicite des recommandations communautaires auprès des pays candidats depuis les années 1990 (Meyer-Sahling 2011).

Les processus de préadhésion contemporains (Europe centrale et orientale, Turquie, Europe du Sud-Est) amènent-ils la Commission Européenne à favoriser la création d’un « acquis non formalisé » dans le domaine de l’administration publique (Verheijen 2003 ; Tragl 2005) ? Si tel est le cas, quelle part y occupent les instruments forgés sous l’étiquette du « New Public Management » et ceux présentés comme étant de « bonne gouvernance » ? A l’inverse, l’« espace européen administratif » se réduit-il aux vœux pieux d’experts surtout intéressés par la transférabilité des recommandations qu’ils diffusent ?

Une attention particulière sera portée aux modalités pratiques de l’action communautaire, à travers l’analyse de ses instruments. Comment et jusqu’où les instruments (benchmarking, agencification, RIA, audit externe, etc.) participent-ils à la fabrique de « modèles » administratif ? Les contributions pourront porter sur divers pans de l’action publique, tant il est vrai que les instruments préconisés dans un secteur (tels les finances publiques : Barzelay et alii 2010 ; Bézès, Siné 2011) peuvent avoir une conséquence transversale sur l’ensemble du fonctionnement étatique.

Les instruments n’étant pas politiquement et socialement  neutres (Lascoumes, Le Galès 2005), leur étude pourra contribuer à dégager des lignes de légitimation de la mise en comparaison des administrations nationales, potentiellement variées en fonction des contextes (motif censément « universel » – droits de l’homme, sustainability, lutte contre la corruption- ou motif lié à une technicité processuelle – mise en indicateurs ou en « standards », définition de benchmarks et de procédures de suivi…).

Présentation Transfaire

 

Contexte, positionnement et objectifs de la proposition

1. Contexte et enjeux économiques et sociétaux / Context, social and economic issues

Le projet s’inscrit à la croisée d’enjeux politiques, diplomatiques et économiques nouveaux lui conférant une fonction sociale tout à fait déterminante. En effet, dans un contexte diplomatique et économique renouvelé, les clefs de lecture (tant politiques qu’économiques) manquent pour se repérer et évoluer. Le rôle, à cet égard, de recherche dite « fondamentale » l’est tout autant : il consiste à développer des cadres d’analyse aussi pertinents que complexes, à partir non d’un superficiel survol expert, mais de données empiriques riches et appuyées par de solides réflexions théoriques.

La position internationale de la Turquie, qui connaît des taux de croissance économique comptant parmi les plus élevés du monde depuis plusieurs années, ne correspond plus à celle décrite par les études existantes élaborées jusqu’au début des années 2000. La Turquie développe ainsi une politique d’influence qui en fait une puissance régionale incontournable en ce début de XXIe siècle : en témoigne notamment dans le dynamisme de ses groupes économiques, en Europe occidentale, mais également sur les marchés d’Afrique du nord et subsaharienne, ainsi que dans les Balkans, où le pays représente le premier partenaire commercial de plusieurs pays, ce qui en fait un interlocuteur obligé de l’Union européenne. Le contexte politique actuel des pays du pourtour méridional et oriental de la Méditerranée renforce par ailleurs la nécessité de travaux susceptibles d’aider à la compréhension de la reconfiguration du système régional méditerranéen contemporain, dans lequel la Turquie joue un rôle de premier plan. Le projet, tel que proposé, aidera donc à la prise de décision politique, diplomatique et économique concernant un pays devenu en quelques années un acteur de premier plan d’une région en recomposition.

Par ailleurs, les enjeux de la potentielle adhésion de la Turquie à l’Union européenne sont unanimement reconnus. Or, voici aussi un pays dont on a du mal à comprendre le fonctionnement – de l’aveu même des responsables européens qui s’occupent du dossier – ainsi que ses modes d’inscription dans la gouvernance européenne (adoption de l’acquis européen, mise en œuvre du partenariat, gouvernance par projet). Nos travaux, en analysant les pratiques de gouvernement en Turquie dans une perspective de sociologie politique, contribueront à éclairer les paramètres de l’inscription du pays dans les arènes internationales, ce qui présente un intérêt immédiat pour son intégration à l’ensemble européen, la compréhension de la « faisabilité » de certains programmes, et la mise en œuvre des réformes en cours. L’Union européenne, à commencer par son bureau à Ankara, est demandeuse de telles études.

2.  Positionnement du projet / Position of the project

L’analyse des trajectoires du politique dans l’Empire ottoman et dans les États qui lui ont succédé est généralement menée sous les fourches caudines d’un paradigme évolutionniste[1] de la modernisation[2]. Le principe est d’étudier les influences exercées par les pays d’Europe occidentale sur ces espaces ottoman et post-ottoman, influences censées avoir engendré, par capillarité et adaptation, les réformes institutionnelles et les ruptures politiques de l’Empire puis de la République. Tout se passe donc comme si la marche turque vers la « modernité » avait suivi une voie linéaire, sous l’égide d’un supposé modèle ouest-européen : les réformes ottomanes du XIXe siècle (Tanzimat) représenteraient l’aboutissement d’un effort de rationalisation par importation de techniques de gouvernement élaborées ailleurs ; la première Constitution ottomane, promulguée en 1876, résulterait de l’influence, forcément décalée dans le temps, de l’Aufklärung européenne[3] et de l’importation d’une pensée contractualiste[4] ; la transformation du réduit anatolien en État-nation républicain, la refonte systématique des instruments de l’action publique (recensement, codes juridiques) et l’adoption de pratiques culturelles nouvelles (latinisation de l’alphabet, port du chapeau, consommation d’alcool, abandon d’une tradition « cérasopapiste[5] », modernisation des techniques[6], etc.) découleraient du volontarisme d’élites occidentalisées[7] et de contacts contingents avec certaines populations européennes[8]. Cette histoire est celle d’une simple rediffusion en différé des « contraintes téléologiques d’une occidentalisation du monde naturelle et fatale[9] ».

Le modèle explicatif mobilisé frappe par sa simplicité et sa linéarité. Il décrit le passage de l’altérité à la ressemblance[10], l’imitation et l’importation inabouties d’un modèle occidental. Le constat d’incomplétude qui en résulte permet d’expliquer les dérives autoritaires ou islamistes survenues ces trente dernières années. Dans ces « vieux récits à la première personne de l’Universel[11] », les échanges entre les espaces ne sont pensés qu’en termes de diffusion et d’importation à sens unique : rien n’est dit des dynamiques de connexion, de concomitance, d’interdépendance, d’hybridation et de croisement, ni de la manière dont elles contribuent à la production du politique aux niveaux locaux comme globaux.

La forte déconnexion des « aires culturelles » ici, des area studies ou des Regionalwissenschaften ailleurs, d’avec les réseaux de recherche consacrés aux études historiques et politiques internationales, est pour beaucoup dans la perpétuation de ces grilles de lecture. Ainsi, par exemple, les études portant sur la « préadhésion » de la Turquie à l’UE se concentrent largement sur les exigences de l’Union et les efforts du pays-candidat en vue de l’adoption de l’acquis communautaire. Faute de prendre en considération les interactions entre les différents espaces et temps du politique, les études européennes comme les études turques s’interdisent de comprendre les effets concrets de la « préadhésion » dans le pays candidat, mais également dans les pays et les institutions de l’Union européenne[12]. A contrario, il est aujourd’hui essentiel d’introduire les études relevant des « aires culturelles » à une logique davantage relationnelle que classificatoire.

— De Transtur… — Le présent projet fait fond sur les résultats et les pistes ouvertes par le groupe de recherche Transtur financé par l’Anr entre 2008 et 2012. Intitulé « Ordonner et transiger : modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman, du XIXe siècle à nos jours », et dirigé par Élise Massicard (Cnrs / Ifea Istanbul), ce programme a repris à nouveaux frais l’analyse de l’administration et de l’action publique en Turquie et dans l’espace et dans l’espace post-ottoman, sur la longue durée de l’Empire ottoman tardif et de la République. Trois séries de résultats ont émergé de ces travaux, et peuvent servir de points-relais pour leur prolongement futur[13] :

  • Pluralité des modes de fonctionnement des institutions étatiques – Les modes de gouvernement et d’administration que nous étudions sont pluriels, parcourus de tensions permanentes entre centralisation et « archipélisation » des politiques publiques, entre autonomisation et perméabilité des organes institutionnels qui les élaborent et les mettent en œuvre. Protagoniste auto-proclamée de la nationalisation de la société, la zone de concentration du pouvoir appelée « État » est susceptible d’usages et d’adaptations multiples. Nos analyses ont donc mis en évidence la pluralité des modes d’institutionnalisation en Turquie.
  • Forte porosité de la puissance publique aux forces politiques et sociales – Le programme Transtur a étudié autant l’action de l’État sur ses populations que les mécanismes de dévolution dont elle fait l’objet en leur sein. Sur ce point, la journée d’études intitulée « Armées de frontières, frontières des armées » représente un exemple concret du type de démarche mise en œuvre. En étudiant la multiplication des points d’insertion militaires au sein de la société, elle a permis de passer outre les modèles explicatifs qui justifient les positions de l’armée en termes d’inclusion ou d’exclusion du champ politique : il est apparu que l’institution militaire, bien qu’ayant perdu son pouvoir institutionnel et bureaucratique direct, s’était ménagé d’autres positions au sein de la société[14]. L’histoire de l’Empire ottoman tardif et de la République de Turquie donne alors à voir des configurations fluctuantes d’interpénétration et de chevauchement entre des secteurs étatiques, politiques et économiques, bureaucratiques et partisans,légaux et illégaux[15], « modernes » et « traditionnels ».
    • Discontinuités de l’action publique dans le temps et dans l’espace – Le groupe de recherches de Transtur a réuni des chercheurs spécialistes de temps et de lieux hétérogènes. Concernant la Turquie, les mutations sociopolitiques à l’œuvre dans les premières décennies de la République, qu’une partie de l’historiographie turque considère comme une rupture radicale et retient sous le nom de « révolution kémaliste », ont pu être replacées dans le temps long. L’attention apportée à de multiples secteurs de politiques publiques a permis de montrer que leurs transformations récentes ne se s’expliquent pas uniquement par l’avènement d’une idéologie dite « néo-libérale » ou par des processus de privatisation et de « décharge ». L’observation des transformations contemporaines de l’action publique a par ailleurs montré qu’il est plus judicieux de parler de recomposition et de redéploiement des périmètres d’intervention que de retrait de l’État[16].

…à Transfaire — Prendre acte des acquis de Transtur suppose également d’en identifier certains angles morts, afin de mieux tracer les pistes de recherche qu’il permet d’ouvrir aujourd’hui, dans la perspectives de l’appel à projet « Globalisation et gouvernance ». Ainsi il est apparu que nos analyses, quand bien même elles étaient attentives aux différentes arènes dans lesquelles les acteurs sociaux évoluent, restaient consacrées à des terrains « domestiques » (locaux, provinciaux, nationaux ou impériaux), au risque de les faire passer pour l’élément naturel à la fois de l’action et de l’analyse. Or les processus étudiés relèvent de plusieurs échelles à la fois, et, ce faisant, « échappent à des approches à focale unique[17] », précisément parce que leurs protagonistes évoluent dans une pluralité d’arènes. Une attention renouvelée doit être portée aux phénomènes d’extraversion, de traduction et de transfert dans lesquels les acteurs et les processus étudiés sont inextricablement partie prenante. Leur étude requiert une boîte à outils théorique et méthodologique que les thèmes traités dans Transtur ne permettaient pas d’investir :

  • Repenser les dispositifs de la « concaténation » de l’Empire dans la République –L’enjeu est d’analyser les façons dont les genèses, les héritages et les trajectoires historiques du politique se sont ou non sédimentées, non dans des réflexes ou des plis culturels, mais dans des techniques et des façons de faire[18]. Soucieux d’étudier de plus près cette « instrumentation de l’action publique », nous sommes confrontés à la question des logiques qui président à ses circulations[19]. L’Empire ottoman puis la République (aussi bien à l’époque du parti unique, quand la Turquie apparaît comme État-nation à concrétiser, qu’à l’époque contemporaine de la profonde insertion du pays dans les organisations et flux internationaux) se sont construits dans les échanges et les appropriations d’instruments et d’idées en circulation ailleurs, qui doivent retenir l’attention[20].
  • Problématiser l’extraversion des outils normatifs. – Nombreuses sont les logiques de « nouveau management public » et de « bonne gouvernance » dont  la Turquie est partie prenante (notamment depuis l’intensification de la « pré-adhésion » à l’UE). Qu’elles soient prônées par des créanciers internationaux et des ensembles supranationaux ou incarnées par des entrepreneurs domestiques de modernisation et de mise aux normes internationales, ces logiques doivent être décortiquées – c’est-à-dire, aussi, matérialisées. C’est toute la perspective d’étude par les « policy transfers » qui pourra ici être appliquée, affinée, voire dépassée, grâce à l’analyse des modalités concrètes par lesquelles s’opèrent les appropriations ou les rejets, mais également les hybridations, dépassements et réinventions de ces instruments de gouvernement[21].
  • Ethnographier l’économie politique des flux internationaux de capitaux et de marchandises, mais également de personnes, de normes et de savoirs. Car l’étude des flux et des échanges ne saurait se limiter à la question des transferts de normes ; elle analysera également les effets de l’élargissement des marchés et l’intensification des migrations sur les modalités de la gouvernance. Ainsi le départ de millions de Turcs pour l’Europe à partir du début des années 1960 a-t-il modifié les circuits de l’accumulation économique et les rapports sociaux internes au pays. Les migrations professionnelles, les aventures entrepreneuriales et les activités commerciales ne se réalisent plus à l’échelle du district ou de la province, mais au niveau national ou international, échappant ainsi au contrôle des notables locaux, affaiblissant les collusions passées entre élites « traditionnelles » et acteurs du champ étatique. L’efficacité de la délégation du contrôle social qui assurait la légitimité de l’État sur ses populations et son territoire se trouve, partant, remise en cause[22]

3. État de l’art / state of the art

Les études des modes de gouvernement et d’administration se sont principalement développées à partir d’analyses des pays dits occidentaux. Ensuite seulement s’est posée la question de l’exportation possible de ces instruments d’analyse vers des sociétés porteuses d’historicités autres. Et le fait qu’elle se soit posée en ces termes tenait au postulat qui la sous-tendait : la matrice doit être cherchée en Occident[23]. Ce schéma a partie liée avec la pensée des « aires culturelles », régions du monde non « occidentales » par définition, qui devinrent des sites de savoir scientifique autant que des outils de découpes géo-stratégiques[24].

À quelles reconfigurations le référentiel conceptuel et les pratiques concrètes désignés par le syntagme de la « gouvernance globalisée » obligent-ils ? Étant acquis que la notion de globalisation ne saurait équivaloir à la conception d’un monde uniformisé, la question est celle de la variabilité et de la géométrie variable des espaces auxquels nous faisons référence pour penser le gouvernement du monde. Mais en tout état de cause, force est de remarquer le lien constitutif qui unit les théories de la globalisation à un référentiel principalement spatialisé de la souveraineté. Qu’elle soit associée à l’abolition des distances, à une suppression fantasmatique de l’espace, ou à l’unification de celui-ci[25], la globalisation pensée par les sciences sociales reste une géométrisation. Le monde observable est constitué de pièces (comme on le dirait d’un puzzle), de « parties »[26]. La question de la globalisation est une manière de penser leur agencement, en mettant l’accent sur l’interrelation. Tous les chemins de la globalisation, en ce sens, mènent à l’étude des « transferts » et des « histoires connectées » : lieux nodaux d’un « comparatisme […] conduit en fonction des routes qui ont historiquement relié et qui continuent bien souvent d’unir les diverses aires entre elles[27] ».

Appliquée à nos terrains d’étude, les travaux consacrés aux transferts se concentrent sur la diffusion d’idées, d’institutions, de normes et de pratiques depuis l’Occident européen vers l’Orient (post-)ottoman, par contagion ou incitation[28]. L’importation de modèles de gouvernement, de systèmes juridiques et judiciaires, de normes de bonne gouvernance, et de référentiels d’action publique tend alors à être appréhendée comme une nécessité fonctionnelle liée à la volonté de modernisation des élites ou à l’évolution du contexte international du moment. En conséquence, les études s’attachent davantage à la description des éléments importés, à la réussite ou à l’inaboutissement des réformes initiées, qu’à l’analyse des interactions[29], des résistances et des réappropriations[30] engagées dans les transferts. Quelles que soient les précautions prises par les chercheurs, la réflexion menée par les transfer studies implique un point de départ et d’arrivée, un début et une fin, un exportateur et un importateur. Les catégories d’analyse sont présupposées invariables et sont appliquées aux deux participants de l’interaction sans que soient interrogées leur pertinence et leur exportabilité. Ainsi, et comme l’ont noté Michael Werner et Bénédicte Zimmerman, « plutôt que d’assouplir l’ancrage national des historiographies et des disciplines de sciences humaines et sociales, la recherche sur les transferts court le risque de le consolider[31] ». Par ailleurs, ces enquêtes présupposent des échanges échelonnés dans le temps, et donnent à voir un constant déphasage entre les espaces et les modèles. En somme, nous sommes confrontés à la problématique doublure de la géométrisation par une chronométrisation.

C’est pour pallier à ces biais que l’histoire globale, délaissant le paradigme des « transferts », s’est faite « connectée ». L’idée était de porter l’attention davantage sur les phénomènes d’interaction et de rencontre que sur les transferts tels qu’analysés jusqu’ici, ceci afin de se donner les moyens d’analyser la multiplicité des effets de la rencontre sur l’ensemble des participants de l’interaction et sur les objets échangés, mais également pour rendre à l’ensemble des acteurs impliqués une capacité d’initiative et d’influence souvent euphémisée. Sur ce point, à l’image dichotomique d’une Turquie importatrice de pratiques et de modèles de gouvernement européens jusqu’à la fin du XXe siècle, puis dotée des moyens d’exercer son influence dans le bassin méditerranéen, les Balkans et l’Asie centrale en se comportant comme une puissance régionale exportatrice (de biens et capitaux, mais également de modèle de développement et d’organisation politique) depuis le début du XXIe siècle, semble devoir être substituée une interprétation dialectique des translations, traductions et interactions, seule capable d’identifier les phénomènes politiques et culturels qui concernent et influencent l’histoire des différentes parties de l’interaction[32]. Il y a lieu de ne pas présupposer une relation à sens unique, afin de se donner les moyens d’analyser les façons dont les zones en contact se transforment en interagissant[33], d’étudier la rencontre et les processus susceptibles d’en résulter, sans pour autant adopter une position de naïveté ignorant l’asymétrie des relations nouées, et euphémisant les effets de domination internationale. Là réside un autre enjeu de notre programme : l’identification de combinaisons nouvelles, de modifications et d’effets non prévus qui émergent lors de la relation, et qui transforment à la fois les parties de l’interaction, et les « entités, personnes, pratiques ou objets croisés ou affectés par le croisement[34] ». Toute interaction, en somme, est une institution.

4.  Objectifs et caractère ambitieux/novateur du projet / Objectives, originality and novelty of the project

Objectif principal : ériger l’espace (post-)ottoman, et ses « continuités » impériales, en « laboratoire exceptionnel[35] » — L’histoire des empires, ou des États qui leur ont succédé, repose sur un perpétuel va-et-vient entre universalisation et particularisation : l’agir politique en cause est maître dans l’art de « jongler avec l’incorporation et la différenciation[36] ». Problème classique : comment mettre en évidence l’exemplarité de l’exceptionnel en même temps que l’exceptionnalité de l’exemplaire[37] ? Cette double contrainte trace les linéaments fondamentaux du projet Transfaire :

  • passer la question générale de la globalisation au crible des cas de figure qu’offrent à l’analyse les mondes (post-)ottomans. Nous misons, en quelque sorte, sur la « dureté » de cette « aire culturelle »[38], afin de mettre en évidence, historiquement et sociologiquement, les singularités d’une « globalisation alla turca ». À l’instar des modernités, pourquoi ne pas envisager de parler de « globalisations multiples » ? En somme, il faut mettre en œuvre une géopolitique des globalisations.
  • développer, à partir de nos propres terrains d’enquête, une modélisation généralisable à la configuration d’ensemble des savoirs sur la « globalisation », et qui in fine requalifie cette notion. Nous visons à déterminer, en particulier, ce que la forme impériale ainsi « localisée » apporte à notre entendement général de l’agir politique globalisé. La légitimité d’une telle ambition se perçoit à l’aune des récents développements des « études impériales », qui font accéder le cas de figure ottoman au rang d’empire-modèle et de figure historiographique synthétique[39]. Il nous revient donc d’analyser les situations (post-)ottomanes comme les foyers d’une grammaire métamorphique du politique.

D’où notre double visée :

  • une nouvelle approche des connexions, concomitances et interdépendances dont les espaces (post-)ottomans ont pu être partie intégrante, à l‘encontre des analyses se bornant à penser les échanges en termes de diffusion et d’importation à sens unique[40].
  • une chronologie révisée des modalités de gouvernance et d’extraversion de l’Empire et de la République, découplée des grandes césures qui ont marqué les histoires politiques locales ou régionales, en général considérées ipso facto comme valables pour l’ensemble de la vie politique. Il pourra par exemple s’agir de réévaluer la « rupture » Empire/République du point de vue des modes de gouvernement et d’inscrire cette réflexion dans le cadre des recherches sur la sociologie historique de l’État, qui s’est beaucoup attachée, ces dernières années, aux interpolations entre formes impériales et nationales du politique.

L’enjeu est donc de reconfigurer, à travers le cas de l’empire ottoman et des pays successeurs situés dans le même espace, les problèmes que pose l’analyse des dynamiques de changement des modes et des savoirs de gouvernement. En faisant porter notre attention sur les technopraxies gouvernementales plutôt que sur les structures institutionnelles, nous tenterons de mettre en lumière des continuités inattendues, des rythmes différents, des césures autrement invisibles.

Verrou : du transfert au transfaire — À la problématique du « transfert », qui présume de domaines censément « propres » à chacune des régions concernées, notre questionnement substitue une approche des modalités du transfaire, attentif aux processus de traduction et de coproduction des vecteurs normatifs et matériels du politique.

On l’a dit, la Turquie a pu constituer un cas d’école pour étudier les transferts de normes et de pratiques de gouvernement et d’administration. Comment alors se départir d’une vision exotisante, érigeant l’espace ottoman et turc en « périphérie » arriérée d’un gouvernement-monde dominé par un Occident hégémonique ? Cette la grammaire du mimétisme en différé perdure jusqu’à nos jours. Occidentalisation ou modernisation, économie-monde ou développement, orientalisme ou impérialisme : par-delà l’aléa des notions et la péremption supposée des paradigmes, la scène primitive demeure celle d’une modernité reçue en différé. D’aucuns objecteraient que la notion de globalisation vise précisément à résorber de tels effets d’optique ; il importe pourtant de souligner que sous cette diversification de façade la focale de la matrice « occidentale » opère toujours.

C’est sur ce terrain que réside le caractère ambitieux du projet : il veut penser les interrelations afin que, sous couvert de « transfert », ne soit pas simplement reconduite la marqueterie de régions (géométriquement et chronométriquement) incommensurables. Il s’agira d’étudier la globalisation en tant que dynamique de démultiplication et de diffraction du politique. Il faut comprendre les modalités par lesquels les « emprunts », ou, plus précisément, la circulation de techniques, de normes et de savoir-faire se réalisent, les métissages, hybridations et croisements opérés lors de l’appropriation. Le problème est celui de la mensuration des espaces-temps de la puissance publique.

Ici sera introduit le principal postulat du projet : la gouvernance globalisée n’a pas d’origine(s). Autrement dit : ni les voies multiples de la mondialisation ni les ressorts de l’action publique que nous cherchons à étudier ne seront assignés à des lieux originels. Tandis que le « transfert » et la « connexion » supposent une localisation préalable à la mise en circulation ou au contact, le transfaire privilégie la configuration relationnelle elle-même comme élément de l’action. Celle-ci établit « un monde fait de réseaux[41] ». Ainsi, autant le projet Transtur a permis de mettre en discussion, s’agissant des études turques, l’obnubilation des travaux par « l’origine de l’État[42] », autant Transfaire cherchera à marquer une « désorigination » des techniques de l’action publique. Notre réflexion vise donc à dégager une caractéristique des conduites de puissance publique qui dissipe la topique des « gouvernements » situés.

Partant, nous tablons sur la synchronicité des dynamiques plutôt que sur leur déphasage. Autrement dit, notre hypothèse de travail est que bon nombre des processus observables, qu’il s’agisse du déploiement des technologies administratives ou de la politisation de sociétés nationalisées, se sont produits dans la synchronie, à l’échelle d’un vaste ensemble eurasiatique[43]. Généralement reléguée à l’arrière-plan de la problématique des « transferts culturels », cette question de la synchroniation est également un point aveugle des « histoires connectées », qui postulent la simultanéité d’une « rencontre » sans se prononcer sur la congruence temporelle des dynamiques sous-jacentes : connectés dans l’espace, les acteurs de ces histoires demeurent déphasés dans le temps[44]. Mais en l’absence de toute synchronie, est-il envisageable de penser l’établissement de relations stabilisées entre plusieurs mondes spatialement éloignés ? Transferts culturels et histoires connectées pensent le rapprochement spatial sans problématiser la concordance des temporalités. Pourtant cet enjeu temporel de la stabilisation des liens est essentiel pour assurer quelque pertinence à la notion de mondialisation.

Qu’est-ce qu’être synchrone ? à quelles conditions la synchronisation est-elle possible ? L’examen de ces questions doit permettre, dans l’analyse des déterminants de l’action publique, de mieux insister sur la complexité des influences et la variabilité des combinatoires. Nous voulons reposer dans ces termes la question de l’historicité des sujets et objets de nos savoirs — question qui est, aussi, celle de l’historicité du gouvernement du monde[45].


[1] Kazancigil, A., Özbudun, E., Ataturk: Founder of a Modern State, London, C. Hurst & Co., 1981.

[2] Weiker, W. F., The Modernization of Turkey. From Ataturk to the Present Day, New York, London, Holmes and Meier, 1981 ; Hansen, C. C., « Are We Doing Theory Ethnocentrically ? A Comparison of Modernization Theory and Kemalism », Journal of Developing Societies, 5/2 (1989), p. 175-187.

[3] Mardin, Ş., « L’influence de la Révolution française sur l’Empire ottoman », Revue internationale des sciences sociales, 119 (1989).

[4] Mardin, Ş., The Genesis of Young Ottoman Thought : A Study in the Modernization of Turkish Political Ideas, Syracuse, Syracuse University Press, 2000.

[5] Cf. Dagron, G., Empereur et prêtre. Essai sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, Gallimard, 1996.

[6] Quataert, D., Manufacturing and Technology Transfer in the Ottoman Empire 1800-1914, Istanbul, Isis Press, 1995.

[7] Dumont, P., Mustafa Kemal invente la Turquie moderne, Bruxelles, Complexe, 1983 [nouvelle édition 1997 et 2006].

[8] Reisman, A., Turkey’s Modernization : Refugees from Nazism and Ataturk’s Vision, Washington D.C., New Academia Publishing, 2006.

[9] Boucheron, P., « Introduction – Les boucles du monde : contours du XVe siècle », in Boucheron, P. (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 19.

[10] Ward, R., Dankwart R. (eds.) Political Modernization in Japan and Turkey, Princeton University Press, 1964.

[11] Bertrand, R., L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Seuil, 2011, p. 12.

[12] Sedelmeier, U., Wallace, U. « Eastern enlargement : strategy or second thoughts? », in Wallace, H. et W. (eds.) Policy making in the European Union, Oxford University Press, Oxford, 2000, p. 505 ; Visier, C., « Turkey and the European Union : The sociology of engaged actors and of their contribution to the candidacy issue », European Journal of Turkish Studies, 9 (2009). URL :http://ejts.revues.org/index3910.html (accès le 17 février 2012).

[13] Pour une vue d’ensemble de ces résultats voir Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, E. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

[14] Corte-Real, A., Kaya, S., « Armées des frontières, frontières des armées », Centre d’études et de relations internationales, Paris, 2 décembre 2011. Argumentaire disponible sur le blog du carnet du programme Transtur : http://transtur.hypotheses.org/202 (visité le 22 mars 2012). Citons aussi deux autres journées d’études organisées au titre du projet Transtur : « Servir l’État en Turquie : la rationalisation des institutions en question », Paris, École des hautes études en sciences sociales / Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman, 8 décembre 2008 ; « L’État en Turquie au XXe siècle : contrôle social et production du citoyen », Institut français d’études anatoliennes, 30 octobre 2009.

[15] Massicard, E., « Le politique à l’articulation entre institutions de sécurité et univers criminel : les « bandes en uniforme » en Turquie » in Briquet, J-L., Favarel-Garrigues, G. (dir.), Milieux criminels et pouvoir politique. Les ressorts illicites de l’État, Paris, Karthala, 2008, p. 57-94 ; Gourisse, B., « Variation des ressources collectives et organisation des activités de violence au sein du Mouvement nationaliste en Turquie (1975-1980) », Cultures & Conflits, 81-82 (2011), p. 81-100.

[16] Eder, M. « Retreating State ? Political Economy of Welfare Regime Change in Turkey », Middle East Law and Governance, 2 (2010), p. 152-184. Cf. Strange, S., The Retreat of the State: The diffusion of power in the world economy, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; Reinhard, W. Geschichte der Staatsgewalt. Eine vergleichende Verfassungsgeschichte Europas von den Anfängen biz zur Gegenwart, Munich, C.H. Beck, 1999.

[17] Werner, M., Zimmermann, B., « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58/1 (2003), p. 22.

[18] Voir à ce propos la recension par J.-F. Bayart de l’ouvrage de Barkey, K ., Empire of difference. The Ottomans in comparative perspective (Cambridge, Cambridge University Press, 2008) : European Journal of Turkish Studies (2009), URL : http://ejts.revues.org/index3976.html (visité le 29 mars 2012).

[19] Lascoumes, P., Le Galès, P. (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de la FNSP, 2004, p. 12.

[20] Sur ce sujet, concernant principalement les biens de consommation, voir la mise au point proposée par Faroqhi, S. “The material culture of global connections. A report on current research”, Turcica, 41 (2009), p. 403-431.

[21] Dumoulin, L., Saurugger, S., « Les policy transfer studies : analyse critique et perspectives », Critique internationale, 48/3 (2010), p. 9-24.

[22] Fliche, B., Odyssées turques. Les migrations d’un village anatolien, Paris, CNRS Editions, 2007 ; de Tapia, S., L’impact régional en Turquie des investissements industriels des travailleurs émigrés, Istanbul / Paris, IFEA / L’Harmattan, 1986.

[23] Miyoshi, M., Harootunian, H. D. , « Introduction : The “Afterlives” of Area Studies », in eadem (eds.), Learning Places. The Afterlives of Area Studies, Durham / Londres, Duke University Press, 2002, p. 7.

[24] Cf. Rafael, V., « The Cultures of Area Studies in the United States », Social Text 41 (1994), p. 91-111 ; Katzenstein, P. J., « Area and Regional Studies in the United States », PS : Political Science and Politics 34/4 (2001), p. 789-791 ; Cumings, B., « Boundary Displacement : The State, the Foundations, and Area Studies during and after the Cold War », in Miyoshi, M., Harootunian, H.D., (eds.), Learning Places, op. cit., p. 261-302 ; Szanton, D.L., « The Origin, Nature, and Challenges of Area Studies in the United States », in Global, Area, and International Archive, Berkeley, Gaia Books, 2003, p. 2-22 ; Mitchell, T., « The Middle East in the Past and Future of Social Science », in ibid., p. 50-81 ; Zürcher, E.-J., « Region or discipline ? The debate about Area Studies », in Adriaan in’t Groenpp et al. (eds.), Knowledge in Ferment: Dilemmas in Science, Scholarship and Society, Leiden, Leiden University Press, 2007, p. 243-256. En France plusieurs travaux consacrés au « monde arabe », ou aux « sociétés musulmanes » ont permis de souligner la nécessité de ne pas enfermer l’étude localisée du politique dans la spécificité supposée de l’aire culturelle : voir Camau, M. (dir.), « Voies et moyens d’une banalisation d’une aire culturelle : approches du politique dans le monde arabe et musulman », table ronde n° 1 du Ve Congrès de l’Association française de science politique, Aix-en-Provence, 23-26 avril 1996 ; Bennani-Chraïbi, M., Fillieule, O. (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences-Po, 2003.

[25] Cf. Pagès, C., « Une mondialisation sans monde », La Vie des idées (15 mars 2012).
URL : http://www.laviedesidees.fr/Unemondialisationsansmonde.html (visité le 15 mars 2012).

[26] Gruzinski, S., Les Quatre Parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004.

[27] Lombard, D., « De la vertu des aires culturelles et de celle des aires culturelles asiatiques en particulier » [First annual lecture of the International Institute for Asian Studies at Amsterdam on 27 May, 1994], Leiden, IIAS, 1994, p. 10.

[28] Cf. Szurek, E., « Introduction : Des mots pour le dire. Les termes de l’échange culturel franco-turc », in Işıksel, G., Szurek, E. (dir.), Turcs et Français. Un siècle de relations culturelles (1880-1980), Rennes, PUR, à paraître en 2012.

[29] Pour une étude attentive aux alliances et aux relations de concurrence qu’impliquent les transferts, cf. Ikenberry, G. J., « The International Spread of Privatization Policies : Inducements, Learning and ‘Policy Bandwagoning’», in Suleiman, E., Waterbury, J. N. (eds.), The Political Economy of Public Sector Reform and Privatization, Boulder / San Francisco / Oxford, Westview, 1990, p. 99-100.

[30] Dolowitz D. P., Policy Transfer and British Social Policy. Learning from the USA?, Buckingham, Philadelphia, Open University Press, 2000; Locke, R. M., Jacoby, W., « The Dilemmas of Diffusion: Social Embeddedness and the Problems of Institutional Change in Eastern Germany », Politics & Society, 25/1 (1997), p. 34-65.

[31] Werner, M., Zimmerman, B., art. cit., p. 14.

[32] Cf. Schaub, J.-F., La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris, Seuil, 2003.

[33] Dabène, O., Geisser, V., Massardier, G. (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au XXIe siècle. Convergence Nord-Sud, Paris, La Découverte, 2008 ; Camau, M., Massardier, G. (dir.), Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, 2009.

[34] Werner, M., Zimmerman, B., art. cit., p. 16.

[35] D. Lombard, Le Carrefour javanais. Essai d’histoire globale, vol. 1 : Les limites de l’occidentalisation, Paris, Éditions de l’Ehess, 1990, p. 8, à propos du « terrain insulindien » : « pas plus que la Chine, [il] ne constitue un “cas particulier” de l’histoire du monde […]. Pour l’étude des notions d’influence, et surtout de tradition, d’acculturation, d’ethnicité, qui encombrent tant aujourd’hui nos sciences de l’Homme, nous avons là un laboratoire exceptionnel ». Au sujet des continuités impériales voir R. Bertrand, « Vérités d’empire(s). La question des continuités du colonial au prisme de l’histoire impériale comparée », dans R. Banégas et al., , Legs colonial et gouvernance contemporaine, Paris, FASOPO, vol. 2, 2006.
URL : http://www.fasopo.org/publications/legscolonial2_rb_1206.pdf (visitée le 28 mars 2012).

[36] J. Burbank, F. Cooper, Empires. De la Chine ancienne à nos jours (traduit de l’anglais par Christian Jeanmougin), Paris, Payot, 2011, p. 250, 254.

[37] En référence à « l’exceptionnel normal » pensé par E. Grendi, « Micro-analyse et histoire sociale » (traduit de l’italien et présenté par P. Savy), Écrire l’histoire, 3 (2009) : Le détail (1).

[38] D’après D. Lombard, « De la vertu des aires culturelles… », loc. cit., p. 11.

[39] Ainsi J. Burbank et F. Cooper lui reconnaissent-ils, en tant qu’« empire ayant réussi à fusionner les traditions turcique, byzantine, arabe, mongole et perse pour créer un pouvoir durable, flexible et transformateur », un rôle central dans leur ouvrage (op. cit., p. 36-37). Un schème similaire est à l’œuvre dans K. Barkey, Empire of difference. The Ottomans in comparative perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 2008. Pour deux mises en perspective supplémentaires sur les études impériales voir Labyrinthe. Atelier interdisciplinaire, 35 (2010) : Empire Reader (M. Aymes, P. Savy, dir.) ; Monde(s), 2 (2012, à paraître) : Empires (P. Boilley, A. Marès, dir.).

[40] Pour une critique parallèle voir C. Iordachi, « The making of citizenship in the post-Ottoman Balkans. State building, foreign models, and legal-political transfers », dans A. Mungiu-Pippidi, W. van Meurs (dir.), Ottomans into Europeans. State and Institution Building in South-East Europe, Londres, Hurst, 2010, p. 179-220 ; T. Anastassiadis, N. Clayer, « Introduction : Beyond the Incomplete or Failed Modernization Paradigm », dans eadem (dir.), Society, Politics and State Formation in Southeastern Europe during the 19th Century, Athènes, Alpha Bank Historical Archives, 2011, p. 11-32.

[41] Bromberger, C., Chevallier, D., « Carrières d’objets », in eadem (dir.), Carrières d’objets : innovations et relances, Paris, Éditions la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 11.

[42] Bouquet, O., “Historiographie réformiste du XXe siècle”, in M. Aymes, B. Gourisse, E. Massicard (dir.), op. cit. ; Fossier, A., Monnet, E., « De l’anthropologie du “lieu du politique” à l’anthropologie des institutions. Entretien avec Marc Abélès », Tracés, 17 (2009), p. 232. URL : http://www.cairn.info/revuetraces-2009-2-page-231.htm (visité le 21 mars 2012).

[43] E. K. Shaw, « Tanzimat in the Ottoman Empire, age of reform in Europe », in Tanzimat’ın 150. yıldönümü uluslararası sempozyomu (bildiriler). 25-27 Aralık 1989, Millî Kütüphane, Ankara, T.C. Kültür Bakanlığı, Milli Kütüphane Başkanlığı, 1991, p. 208 ; S. Deringil, The Well-protected Domains. Ideology and the legitimation of power in the Ottoman Empire, 1876-1909, Londres / New York, I.B. Tauris, 1998, p. 166.

[44] S. Subrahmanyam, Explorations in Connected History. From the Tagus to the Ganges, New Delhi, Oxford University Press, 2005 ; C. Bayly, The Birth of the Modern World 1780-1914 : Global Connections and Comparisons, Malden/Oxford/Carlton, Blackwell, 2004 ; J. Osterhammel, Die Verwandlung der Welt. Eine Geschichte des 19. Jahrhunderts, Munich, C.H. Beck, 2009.

[45] Jean-François Bayart, Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard, 2004, ainsi p. 21. Cf. Philippe Corcuff, « Analyse politique, histoire et pluralisation des modèles d’historicité », Revue française de science politique 61 (2011), p. 1123-1143.

Bibliographie générale du Projet

Anastassiadis, T., Clayer, N. “Introduction : Beyond the Incomplete or Failed Modernization Paradigm”, in eadem (eds.), Society, Politics and State Formation in Southeastern Europe during the 19th Century, Athènes, Alpha Bank Historical Archives, 2011.

Aymes, M., « Agence par des faux », in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Barkey, K ., Empire of difference. The Ottomans in comparative perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Bayart, J.-F., Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard, 2004.

Bayly, C. A., The Birth of the Modern World 1780-1914 : Global Connections and Comparisons, Malden/Oxford/Carlton, Blackwell, 2004.

Bennani-Chraïbi, M., Fillieule, O. (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences-Po, 2003.

Bertrand, R., « Vérités d’empire(s). La question des continuités du colonial au prisme de l’histoire impériale comparée », in Banégas, R. et al., , Legs colonial et gouvernance contemporaine, Paris, FASOPO, vol. 2, 2006, URL : http://www.fasopo.org/publications/legscolonial2_rb_1206.pdf.

Bertrand, R., L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Seuil, 2011.

Bessy, C., Chateauraynaud, F., Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié, 1995.

Boucheron, P., « Introduction – Les boucles du monde : contours du XVe siècle », in Boucheron, P. (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009.

Bouquet, O., “Historiographie réformiste du XXe siècle”, in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Brisson, T., « Genèse d’un bilinguisme d’érudition : le cas d’intellectuels arabes en France », Langage & société, 126 (2008).

Bromberger, C., « Techniques, usages, relances », in Albera, D., Blok, A., Bromberger, C. (dir.), L’Anthropologie de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose / MMSH, 2001.

Bromberger, C., Chevallier, D., « Carrières d’objets », in eadem (dir.), Carrières d’objets : innovations et relances, Paris, Éditions la Maison des sciences de l’homme, 1999.

Burbank, J., Cooper, F., Empires. De la Chine ancienne à nos jours (traduit de l’anglais par Christian Jeanmougin), Paris, Payot, 2011.

Camau, M. (dir.), « Voies et moyens d’une banalisation d’une aire culturelle : approches du politique dans le monde arabe et musulman », table ronde n° 1 du Ve Congrès de l’Association française de science politique, Aix-en-Provence, 23-26 avril 1996.

Camau, M., Massardier, G. (dir.), Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, 2009.

Chateauraynaud, F., “L’épreuve du tangible. Expériences de l’enquête et surgissements de la preuve”, Raisons pratiques, 15 (2004) : La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme (B. Karsenti, L. Quéré, dir.).

Chateauraynaud, F., Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Editions PETRA, 2011.

Clayer, N., « L’administration de l’islam dans la Turquie kémaliste : imposition du laiklik ou négociations dans le champ religieux ? », in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Copeaux, E., Mauss-Copeaux, C., Taksim ! Chypre divisée, 1964-2005, Lyon, aedelsa, 2005.

Corcuff, P., « Analyse politique, histoire et pluralisation des modèles d’historicité », Revue française de science politique 61 (2011).

Creswell, R., « L’apport de la technologie culturelle à l’étude des sociétés du Proche-Orient et du Maghreb », in Albera, D., Blok, A., Bromberger, C. (dir.), L’Anthropologie de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose / MMSH, 2001.

Cumings, B., « Boundary Displacement : The State, the Foundations, and Area Studies during and after the Cold War », in Miyoshi, M., Harootunian, H.D., (eds.), Learning Places. The Afterlives of Area Studies, Durham / Londres, Duke University Press, 2002.

D. Lombard, Le Carrefour javanais. Essai d’histoire globale, vol. 1 : Les limites de l’occidentalisation, Paris, Éditions de l’Ehess, 1990.

Dabène, O., Geisser, V., Massardier, G. (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au XXIe siècle. Convergence Nord-Sud, Paris, La Découverte, 2008.

Dagron, G., Empereur et prêtre. Essai sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, Gallimard, 1996.

Dakhlia, J. (dir.), Trames de langues au Maghreb. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Paris/Tunis, Maisonneuve & Larose/IRMC, 2004.

Danièle Lochak, Les Usages sociaux du droit, Paris, PUF/CURAPP, 1989.

De Tapia, S., L’impact régional en Turquie des investissements industriels des travailleurs émigrés, Istanbul / Paris, IFEA / L’Harmattan, 1986.

Deringil, S., The Well-protected Domains. Ideology and the legitimation of power in the Ottoman Empire, 1876-1909, Londres / New York, I.B. Tauris, 1998.

Dolowitz D. P., Policy Transfer and British Social Policy. Learning from the USA?, Buckingham, Philadelphia, Open University Press, 2000.

Duclos, N. (dir.), L’Adieu aux armes ? Parcours d’anciens combattants, Paris, Karthala, 2010.

Dumont, P., Mustafa Kemal invente la Turquie moderne, Bruxelles, Complexe, 1983 [nouvelle édition 1997 et 2006].

Dumoulin, L., Saurugger, S., « Les policy transfer studies : analyse critique et perspectives », Critique internationale, 48/3 (2010).

Dündar, F. « Mesurer l’Empire : la mesure sociale dans l’Empire ottoman », in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Eder, M. « Retreating State ? Political Economy of Welfare Regime Change in Turkey », Middle East Law and Governance, 2 (2010).

Faroqhi, S. “The material culture of global connections. A report on current research”, Turcica, 41 (2009).

Fliche, B., « (Non-)identification administrative et communauté de représentations entre administration et administrés », in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Fliche, B., Odyssées turques. Les migrations d’un village anatolien, Paris, CNRS Editions, 2007.

Fossier, A., Monnet, E., « De l’anthropologie du “lieu du politique” à l’anthropologie des institutions. Entretien avec Marc Abélès », Tracés, 17 (2009), p. 232. URL : http://www.cairn.info/revuetraces-2009-2-page-231.htm.

Gell, A., « The Technology of Enchantment and the Enchantment of Technology », in Coote, J., Shelton, A. (eds.), Anthropology, Art and Aesthetics, Oxford, Clarendon, 1992.

Gourisse, B., « Variation des ressources collectives et organisation des activités de violence au sein du Mouvement nationaliste en Turquie (1975-1980) », Cultures & Conflits, 81-82 (2011).

Grendi, E., « Micro-analyse et histoire sociale » (traduit de l’italien et présenté par P. Savy), Écrire l’histoire, 3 (2009) : Le détail (1), p. 67-80 [éd. orig. 1977].

Grojean, O., « Les répertoires du conflit kurde », in Dorronsoro, G. (dir.), La Turquie conteste. Mobilisations sociales et régime sécuritaire, Paris, CNRS Éditions, 2005.

Gruzinski, S., Les Quatre Parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004.

Hallaq, W., « Juristic Authority vs. State Power : The Legal Crises of Modern Islam », Journal of Law and Religion, 19 (2003-2004).

Hansen, C. C., « Are We Doing Theory Ethnocentrically ? A Comparison of Modernization Theory and Kemalism », Journal of Developing Societies, 5/2 (1989).

Harootunian, H. D., « Postcoloniality’s Unconscious/Area Studies’ Desire », in Miyoshi, M., Harootunian, H. D. (eds.), Learning Places. The Afterlives of Area Studies, Durham / Londres, Duke University Press, 2002.

Heimburger, F. « Mobiliser les compétences linguistiques et culturelles. L’organisation du service de langues dans l’armée française en Orient pendant la Première Guerre mondiale », in Işıksel, G., Szurek, E. (dir.), Turcs et Français. Un siècle de relations culturelles (1880-1980), Rennes, PUR, à paraître en 2012.

Ikenberry, G. J., «The International Spread of Privatization Policies: Inducements, Learning and ‘Policy Bandwagoning’», in Suleiman, E., Waterbury, J. N. (eds.), The Political Economy of Public Sector Reform and Privatization, Boulder / San Francisco / Oxford, Westview, 1990.

Iordachi, C. « The making of citizenship in the post-Ottoman Balkans. State building, foreign models, and legal-political transfers », in Mungiu-Pippidi, A., van Meurs, W. (eds.), Ottomans into Europeans. State and Institution Building in South-East Europe, Londres, Hurst, 2010.

Işıksel, G., Szurek, E. (dir.), Turcs et Français. Un siècle de relations culturelles (1880-1980), Rennes, PUR, à paraître en 2012.

Israël, L., Sacriste, G., Vauchez, A., Willemez, L. (dir.), Sur la portée sociale du droit. Usage et légitimité du registre juridique [Actes du colloque de 14 et 15 novembre 2002 Paris], Paris, PUF/CURAPP, 2005.

Kalyvas, S, The Logic of violence in civil war, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

Katzenstein, P. J., « Area and Regional Studies in the United States », PS : Political Science and Politics 34/4 (2001).

Kazancigil, A., Özbudun, E., Ataturk: Founder of a Modern State, London, C. Hurst & Co., 1981.

Labyrinthe. Atelier interdisciplinaire, 35 (2010) : Empire Reader (Aymes, M., Savy, P. dir.).

Lacroix, B., Lagroye, J., dir., Le président de la République. Usages et genèses d’une institution, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1992.

Lascoumes, P., Le Galès, P. (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de la FNSP, 2004.

Locke, R. M., Jacoby, W., « The Dilemmas of Diffusion: Social Embeddedness and the Problems of Institutional Change in Eastern Germany », Politics & Society, 25/1 (1997).

Lombard, D., « De la vertu des aires culturelles et de celle des aires culturelles asiatiques en particulier » [First annual lecture of the International Institute for Asian Studies at Amsterdam on 27 May, 1994], Leiden, IIAS, 1994.

Lory, B., “Parler le turc dans les Balkans au XIXe siècle”, in Dumont, P., Georgeon, F. (dir.), Vivre dans l’Empire ottoman. Sociabilités et relations intercommunautaires (XVIIIe-XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 1997.

Mardin, Ş., « L’influence de la Révolution française sur l’Empire ottoman », Revue internationale des sciences sociales, 119 (1989).

Mardin, Ş., The Genesis of Young Ottoman Thought : A Study in the Modernization of Turkish Political Ideas, Syracuse, Syracuse University Press, 2000.

Martinez-Gros, G., « L’empire et son espace. Conclusion », Hypothèses 2007/1.

Massicard, É.,  « La rationalisation inachevée? La figure du maire de quartier en Turquie », in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Massicard, É., « ‘Gangs in Uniform’ in Turkey: Politics at the Articulation between Security Institutions and the Criminal World », in Jean-Louis Briquet, Gilles Favarel-Garrigues (eds.), Organized Crime and States. The Hidden Face of Politics, Palgrave MacMillan, 2010. [Éd. orig. « Le politique à l’articulation entre institutions de sécurité et univers criminel : les « bandes en uniforme » en Turquie » in Briquet, J-L., Favarel-Garrigues, G. (dir.), Milieux criminels et pouvoir politique. Les ressorts illicites de l’État, Paris, Karthala, 2008].

Mitchell, T., « The Middle East in the Past and Future of Social Science », in Global, Area, and International Archive, Berkeley, Gaia Books, 2003.

Miyoshi, M., Harootunian, H. D. (eds.), Learning Places. The Afterlives of Area Studies, Durham / Londres, Duke University Press, 2002.

Monde(s), 2 (2012, à paraître) : Empires (Boilley, P., Marès, A. dir.).

Mosse, G. L., Fallen Soldiers : Reshaping the Memory of the World Wars, 1990. Trad. fr. (par Stéphane Audoin-Rouzeau) : De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette, 1999.

Navaro-Yashin, Y., The Make-Believe Space : Affective Geography in a Post-War Polity, Durham, Duke University Press, 2012.

Osterhammel, J., Die Verwandlung der Welt. Eine Geschichte des 19. Jahrhunderts, Munich, C.H. Beck, 2009.

Osterhammel, J., Petersson, N. P., Globalization: A short history (trad. de l’allemand par Dona Geyer), Princeton / Oxford, Princeton University Press, 2005 [éd. orig. Geschichte der Globalisierung. Dimensionen, Prozesse, Epochen, Münich, C.H. Beck, 2003].

Pagès, C., « Une mondialisation sans monde », La Vie des idées (2012), URL : http://www.laviedesidees.fr/Unemondialisationsansmonde.html.

Pérouse, J.-F., « L’État sans le public : quelques conjectures à propos de l’Administraction du logement collectif (TOKI) », in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Quataert, D., Manufacturing and Technology Transfer in the Ottoman Empire 1800-1914, Istanbul, Isis Press, 1995.

Rafael, V. L, « The Cultures of Area Studies in the United States », Social Text 41 (1994).

Reinhard, W. Geschichte der Staatsgewalt. Eine vergleichende Verfassungsgeschichte Europas von den Anfängen biz zur Gegenwart, Munich, C.H. Beck, 1999.

Reisman, A., Turkey’s Modernization : Refugees from Nazism and Ataturk’s Vision, Washington D.C., New Academia Publishing, 2006.

Scalbert, C., Girard, M., « Action publique et production de catégories patrimoniales dans la région du sud-est anatolien », in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Schaub, J.-F., La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris, Seuil, 2003.

Sedelmeier, U., Wallace, U. « Eastern enlargement : strategy or second thoughts? », in Wallace, H. et W. (eds.) Policy making in the European Union, Oxford University Press, Oxford, 2000.

Sharma, A., Gupta A., « Introduction : Rethinking Theories of the State in an Age of Globalization », in eadem (eds.), The Anthropology of the State. A Reader, Malden / Oxford / Victoria, Blackwell Publishing, 2006.

Shaw, E. K., « Tanzimat in the Ottoman Empire, age of reform in Europe », in Tanzimat’ın 150. yıldönümü uluslararası sempozyomu (bildiriler). 25-27 Aralık 1989, Millî Kütüphane, Ankara, T.C. Kültür Bakanlığı, Milli Kütüphane Başkanlığı, 1991.

Strange, S., The Retreat of the State: The diffusion of power in the world economy, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Subrahmanyam, S., Explorations in Connected History. From the Tagus to the Ganges, New Delhi, Oxford University Press, 2005.

Szanton, D.L., « The Origin, Nature, and Challenges of Area Studies in the United States », dans Global, Area, and International Archive, Berkeley, Gaia Books, 2003.

Szurek, E. « Administrer la langue. Le Türk Dil Kurumu et la ‘Révolution linguistique’ », in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Szurek, E., “Go West. Variations sur la cas kémaliste”, in Pouillon, F., Vatin, J.-C.  (dir.), Après l’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Karthala, 2011.

Szurek, E., “Introduction : Des mots pour le dire. Les termes de l’échange culturel franco-turc”, in Işıksel, G., Szurek, E. (dir.), Turcs et Français. Un siècle de relations culturelles (1880-1980), Rennes, PUR, à paraître en 2012.

Thomas, Y., « Présentation » du dossier « Histoire et droit », Annales. Histoire, sciences sociales, 57 (2002).

Thomas, Y., Les Opérations du droit (édition établie par Marie-Angèle Hermitte et Paolo Napoli), Paris, EHESS / Gallimard / Seuil, 2011.

Tilly, C., Goodin, R. E., “It depends”, in eadem (eds.), The Oxford Handbook of Contextual Political Analysis, Oxford, Oxford University Press, 2006.

Topytoff, I., « The cultural biography of things : commoditization as process », in Appadurai, A. (ed.), The Social Life of things : Commodities in cultural perspective, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1986 (trad. fr. « La biographie culturelle des choses », Journal des africanistes, 76-1 (2006)).

Veinstein, G. « L’Administration ottomane et le problème des interprètes », in Marino, B. (dir.), Études sur les villes du Proche-Orient, XVIe-XIXe siècles. Hommage à André Raymond, Damas, Institut Français d’Études Arabes de Damas, 2001,.

Visier, C., « Les syndicalistes turcs et le programme européen “Civil Society Dialogue” : Bienvenue chez les Européens ! », in Aymes, M., Gourisse, B., Massicard, É. (dir.), Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat, Paris, Karthala, 2 vol., à paraître 2012.

Visier, C., « Turkey and the European Union : The sociology of engaged actors and of their contribution to the candidacy issue », European Journal of Turkish Studies, 9 (2009). URL :http://ejts.revues.org/index3910.html.

Wael B. Hallaq, Shar‘ia : theory, practice, transformations, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Ward, R., Dankwart R. (eds.) Political Modernization in Japan and Turkey, Princeton University Press, 1964.

Warnier, J.-P., « Pour une praxéologie de la subjectivation politique », in Bayart, J.-F., Warnier, J.-P. (dir.), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, Karthala, 2004.

Weiker, W. F., The Modernization of Turkey. From Ataturk to the Present Day, New York, London, Holmes and Meier, 1981.

Werner, M., Zimmermann, B., « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58/1 (2003).

Zürcher, E.-J., « Region or discipline ? The debate about Area Studies », in Adriaan in’t Groenpp et al. (eds.), Knowledge in Ferment: Dilemmas in Science, Scholarship and Society, Leiden, Leiden University Press, 2007.

Equipe

Anastassiadis Tassos, historien, assistant professeur, McGill University.

Angey Gabrielle, doctorante en science politique, CETOBAC/EHESS.

Aymes Marc, historien, responsable scientifique du projet Transfaire, chargé de recherches, CETOBAC/EHESS.

Benhaïm Yohanan, doctorant en science politique, CESSP/Université Paris 1.

Bossaert Marie, doctorante en histoire, CETOBAC/EHESS.

Bouquet Olivier, historien, professeur, Paris 7-Paris Diderot/ CESSMA.

Bruce Benjamin, doctorant en science politique, Science Po Paris.

Camelio Nicolas, doctorant en histoire, CETOBAC/EHESS.

Clayer Nathalie, historienne, directrice de centre et directrice de recherche, CETOBAC/EHESS.

Côrte-réal Anouck, politologue, coordinatrice du projet Transfaire, post-doctorante CETOBAC/EHESS/IFEA.

Debarre Ségolène, géographe, maître de conférences, Université Paris 1.

Dündar Fuat, historien, assistant professeur, Université TOBB .

Elias Nicolas, anthropologue et ethnomusicologue, post-doctorant, Musée du Quai Branly.

Ekal Berna, doctorante en anthropologie, EHESS.

Erdinç Isil, doctorante en science politique, CESSP/Université Paris 1.

Fliche Benoît, anthropologue, chargé de recherche, IDEMEC/Université d’Aix-Marseille.

Girard Muriel, sociologue, maître assistante en SHS, ENSA-Marseille / INAMA.

Giomi Fabio, historien, chargé de recherches, CETOBAC/EHESS.

Benjamin Gourisse, politologue, maître de conférences, Université Paris Dauphine/IRISSO.

Kaya Sümbül, politologue, coordinatrice du projet Transfaire, post-doctorante, CETOBAC/EHESS.

Kaynar Erdal, historien, post-doctorant, The Van Leer Jerusalem Institute.

Koçunyan Aylin, historienne, chercheuse associée, IFEA/CETOBAC.

Levy-Aksu Noemi, historienne, assistante professeure, Université de Bogazici.

Martin Cilia, historienne, postdoctorante, chercheuse associée CETOBAC/EHESS (projet)

Martykanova Darina, historienne, chercheuse à l’institut philosophique du Centre de Sciences Humaines et Sociales (CCHS, Madrid).

Massicard Elise, politologue, chargée de recherche au CERI.

Morvan Yoann, ethnologue, chargé de recherches, IDEMEC/ Université d’Aix-Marseille.

Pérouse Jean-François, géographe, directeur de l’IFEA, maître de conférence, université Toulouse II.

Polo Jean-François, politologue, maître de conférence à Institut d’Etudes Politiques de Rennes, détaché auprès du Ministère des Affaires Etrangères à l’Université Galatasaray.

Sarmis Dilek, doctorante en histoire, EHESS/CETOBAC.

Scalbert-Yücel Clémence, géopolitologue, pensionnaire scientifique IFEA.

Szurek Emmanuel, historien, Maître de conférence EHESS.

Toumarkine Alexandre, historien, chercheur associé, Orient Institute d’Istanbul.

Türesay Özgür, historien, professeur associé, Université Galatasaray.

Visier Claire, politologue, Marie Curie Fellowship à Bilgi, maître de conférence, Université Rennes 1.

Zeghmar Lydia, doctorante en ethnologie, Boursière AMI, Université Paris-Ouest Nanterre.

Elargissement de l’UE à la Turquie

Du TRANSFERT au TRANSFAIRE : repenser l’élargissement de l’UE à la Turquie ( 1/11/14)

par Claire Visier.

Dans le cadre de différents projets, individuels ou collectifs et en lien avec les problématiques de l’ANR transfaire, plusieurs chercheurs et chercheurs associés de l’IFEA traitent de la relation de la Turquie à l’Union européenne.

Dans une perspective un peu différente de celle qui est généralement adoptée par les travaux portant sur l’élargissement de l’UE à la Turquie, ces recherches s’intéressent à la fois à la fabrique de l’élargissement et à ce que fabrique l’élargissement à partir d’une collection d’études situées, portant sur différents enjeux de l’élargissement. On peut considérer que ces travaux  tentent de réfléchir non plus en termes de transfert mais de transfaire.

La perspective généralement adoptée dans les travaux sur l’UE et la Turquie, reposent  sur ce que nous considérons être une fiction, celle de « la politique de l’élargissement », construite comme un objet unidirectionnel et unidimensionnel. Selon cette acception, la politique d’élargissement serait pensée et produite par l’UE, puis mise en œuvre en direction des différents pays candidats (au travers des négociations pour l’adhésion), avec des réceptions spécifiques d’un pays à l’autre (mesurée par l’ampleur des réformes mises en œuvre et par le niveau d’alignement sur l’acquis européen). On retrouve là un biais courant dans les études européennes, issu des relations internationales, celui du « two level game »  ( Putman, 1988) qui conçoit le système européen comme la superposition hiérarchisée de niveaux de gouvernement ; le niveau communautaire supranational, venant se superposer et le cas échéant s’imposer au niveau national. Toujours selon cette fiction, la politique d’élargissement est pensée à partir d’un schéma à la fois en termes d’exigences du « système émetteur », et de réponse du « système client », d’exportation de normes par le système émetteur et d’importation de ces normes par le pays récepteur.

Afin d’échapper à cette fiction, il nous semble important de ne pas construire la relation Turquie/UE à partir de la seule scène politico-diplomatique des négociations pour l’élargissement, mais au contraire de repérer, caractériser et analyser chacune des scènes où est produite l’action publique (ou plutôt les actions publiques) qui met(tent) en jeu l’élargissement, voire plus généralement un rapport à l’UE. Par « scènes » nous entendons des configurations d’acteurs, interdépendants et contraints par des règles qui les lient mais dont le jeu est dynamique et en constante évolution (Elias). L’idée de scène nous permet de mieux situer l’action en nous obligeant à tenter pour chaque scène, d’en décrire le décor, de circonscrire les acteurs en présence et les enjeux qui les relient. Il est a priori possible de dénommer certaines de ces scènes, selon un schéma classique de la production de l’action publique : la scène communautaire où est fabriquée la politique d’élargissement ; la scène internationale où sont élaborés nombre de modèles de politique publique ; la scène transnationale de mise en réseau d’institutions, d’organisations et/ou d’individus ; la scène diplomatique des négociations pour l’élargissement ; la scène politique interne où s’élabore les réformes ; les scènes sectorielles où s’appliquent les réformes ; la scène médiatique ; la scène de l’opinion publique).  Il importe de ne pas poser  a priori ces scènes mais plutôt de les repérer et de les définir en fonction des thématiques étudiées. Ces thématiques peuvent être multiples et aller de :

– la fabrication d’un « modèle » d’action publique (le ‘dialogue social’ ; ‘la carte verte’ ; ‘le contrôle démocratique des forces armées’ ; ‘l’action par projet’ ; ‘la consultation’…) ;

– la production de la politique de pré-adhésion  (sa définition par les instances communautaires ; sa mise en œuvre au niveau politico-diplomatique international ; la production de la politique de pré-adhésion au niveau national)

– la mise en œuvre d’un instrument d’action publique (‘l’outil financier d’assistance à l’adhésion’ ; ‘la carte verte’ …) ;

– les réformes dans tel ou tel secteur (le secteur syndical et des droits sociaux, la politique régionale…) ;

– la création de nouvelles institutions (agences de développement…)

Il s’agit alors de considérer l’élargissement et ses effets non pas au travers d’un processus linéaire, parti de Bruxelles, qui viendrait produire ou modeler ces différentes thématique, mais à l’inverse comme le résultat de circulations et parfois d’articulations entre les différentes scènes qui entrent en jeu pour chacune des thématiques étudiées.

  1. LE TRANSFERT

Les travaux sur « la politique d’élargissement » se sont multipliés à la faveur de l’expérience du processus qui a mené à l’entrée de 10+2+1 nouveaux pays dans l’UE. Avec les Pays de l’Europe Centrale et Orientale (PECO), pour la première fois l’UE s’ouvrait de façon concomitante à un nombre important de pays dont le développement économique et politique était pour la plupart aussi éloigné de celui des pays membres de l’Union européenne.  Afin d’aider les PECO à relever le défis de l’élargissement, pour la première fois dans l’histoire des élargissements de l’europe commuanautaire était mise en place une politique de pré-adhésion (Tulmets). Dans ce cadre, les analyses se sont avant tout intéressées à la capacité de l’Union européenne à pouvoir influencer la reprise par des PECO de normes ou pratiques européennes. Marquées par une vision top-down, elles ont repris sur le plan scientifique des concepts en usage (tels que ‘l’acquis’, ‘l’alignement’, ‘la conditionnalité’). Ensuite élargies aux autres pays candidats, elles portent la marque du contexte de leur production. Se focalisant sur la variable européenne, elles construisent l’objet élargissement à partir d’une chronologie européenne et d’un référent européen (l’adhésion comme horizon) et finalement d’un questionnement qui est celui des acteurs étudiés : la capacité européenne à opérer un transfert de ses normes et de ses pratiques ?

Le ralentissement du processus d’élargissement, pas spécifique à la Turquie mais particulièrement patent dans ce cas, a pu pour effet de réorienter les questions de recherche, en particulier sur le rôle des acteurs domestiques dans les réformes qui font  références à l’Union européenne et/ou à ses standards. Malgré l’évolution du questionnement, ces études ont toutefois continué à surestimer la variable européenne comme « modèle » et comme horizon à atteindre. En demeurant dans une optique d’évaluation du transfert des standards européens, de son succès ou de son échec, de sa réalité ou de son instrumentalisation, elles passent ainsi à côté d’une étude plus fine et large de ce que produit en Turquie aujourd’hui l’enjeu de l’élargissement.

 1.     Caractériser et mesurer la capacité d’influence de l’UE

– Une focalisation sur la chronologie de la relation UE/pays candidat.

La relation Turquie/Europe a pendant longtemps était délaissée en Turquie par les politistes, plus intéressés par les questions de politique internes (Müftüler Baç, 2003), elle a été étudiée par les juristes et les internationalistees avant tout au travers d’une mise en avant de la chronologie des relations institutionnelles et d’une description de ces relations.

Le renouveau des études concernant la relation Turquie/UE est venu des études portant sur l’Européanisation. D’abord focalisées sur les pays membres (Ladrech 1994, Radaelli 2002), les problématiques de l’européanisation se sont ensuite étendues aux pays voisin de l’UE (Grabbe 2002). Tandis que l’acceptation de la candidature de la Turquie (1999) puis la perspective de l’ouverture des négociations a eu pour effet une multiplication du nombre d’ouvrage consacré à la relation Turquie/UE, l’ancrage dans les études européennes, a renforcé une lecture à partir de la chronologie des relations institutionnelles avec l’Union européenne. De même que pour le reste des études sur l’européanisation, la variable européenne, considérée comme indépendante, est largement surestimée (Visier, 2009)[1].

Les études comparatives avec les PECO sont restées assez limitées ; toutefois, les travaux de Frank Schimmelfennig, Ulrich Sedelmeier et leur importante diffusion[2], ont permis l’unification des travaux portant sur l’élargissement à partir d’une lecture théorique spécifique, celle des effets de la conditionnalité européenne. Reprenant l’idée de conditionnalité forgée par les acteurs des politiques d’aides internationales, les auteurs ont ainsi porté leur attention sur les conditions de réussite du transfert des normes et standards européens dans les pays candidats, en se focalisant sur les mécanismes et les effets de la stratégie de conditionnalité. Le modèle de l’« external incentive » décrit par les auteurs a connu un vif succès et s’est largement imposé comme cadre des analyses portant sur l’élargissement à la Turquie au dépend d’autres types d’analyses largement développées dans les études sur l’européanisation, telles que la socialisation ou le social learning (Schimmelfenning in Graziano, 2008).

Ce modèle se focalise sur les négociations diplomatiques, scène sur laquelle la conditionnalité est mise en œuvre , ce faisant il perpétue la domination de la chronologie des relations institutionnelles entre la Turquie et l’UE. Cherchant à repérer les modes alternatifs de gouvernance basés sur des relations non-hiérarchiques et impliquant des acteurs privés qui peuvent assurer la reprise et l’adaptation de l’acquis, une équipe de chercheurs sous la conduite de T. Börzel (2005) conclut à la très faible existence de ces modes alternatifs de gouvernance « The absence or weakness of the shadow of hierarchy may at least partly explain why the literature has found little evidence on the use of new modes of governance in the accession process ». Elle précise cependant plus loin : « Before we engage in any further theorizing about the role of new modes of governance in the accession process, we require more empirical knowledge on the ways in which the accession have sought to build-up the institutions that shall make EU policies work on the grounds.». D’autres auteurs ont critiqué une telle focalisation sur le processus institutionnel (Georgiadis, 2005) ; ainsi H. Grabbe (2001) insiste bien sur les limites de l’influence des instruments européens d’une part parce que « EU demands on [candidate countries] are not just a set of conditions to receive defined benefits, but an evolving process that is highly politicised on both sides ».

–       Une vision top down des mécanismes de l’élargissement

Les analyses portant sur la conditionnalité (mais on peut considérer qu’il en est de même avec les analyse portant sur le social learning), considèrent la politique d’élargissement selon un schéma que l’on retrouve également dans les policy transfer studies ((Dolowitz, Marsh 2000…). Il s’agit d’un schéma directionnel, qui part d’un point A, émetteur (l’UE) vers un point B, le récepteur (le pays candidat). L’Union européenne, détient un patrimoine de règles, plus ou moins contraignantes – soft/hard – l’acquis, définis a priori. Au travers de la politique d’élargissement elle exige de la part de l’Etat candidat un transfert de ces règles. Pour ce, elle élabore des conditions qui visent à influencer les réformes et à avancer dans le processus d’élargissement. Face à ces conditions, l’Etat candidat répond. Pour analyser la réponse de l’Etat, le modèle prend en compte, les caractéristiques du modèle transféré (à la fois sa malléabilité mais aussi sa cohérence), l’Etat du secteur soumis à la réforme (en particulier l’existence ou non de « veto players » et la dépendance au sentier), mais insiste particulièrement sur l’efficience de la conditionnalité, c’est-à-dire sur la capacité de l’UE à proposer des gratifications satisfaisantes pour pousser à la réforme et sur le calcul rationnel des coût/avantages des acteurs qui impulsent les réformes (en particulier le gouvernement).

  L’action des acteurs domestiques est traitée suivant la logique de la réponse à ce qui est forcément perçu comme une demande, qui plus est exogène (dans ce cas européenne). Les auteurs du modèle rationnel mettent à jour deux types d’impact de la conditionnalité : un impact top-down qui passe au travers des négociations intergouvernementales -l’Etat candidat calculant les bénéfices (au niveau international) et les coûts (au niveau domestique) de la condition- ainsi qu’un impact bottom up au travers de l’intérêt que différents acteurs nationaux peuvent avoir dans le fait que la condition soit ou non remplies. Mais dans un cas comme dans l’autre, on reste dans une logique descendante : la règle et la condition sont définies à Bruxelles, le choix et la capacité de remplir la condition sont le fait des acteurs nationaux[3]. Les acteurs sont toujours considérés comme des médiateurs (facilitateurs ou au contraire véto Player) de l’UE et non comme de potentiels créateur de l’UE (Kaliber, 2013). Penser le rôle de l’Etat candidat uniquement en termes de réponse aux exigences européennes empêche également d’appréhender, au-delà de la claire relation dissymétrique entre l’UE et les pays candidats, comment et jusqu’où se joue la participation de l’Etat candidat à la conception de la méthodologie de l’élargissement et de la politique de pré-adhésion.

            Le comportement des acteurs nationaux est étudié à partir de leur perception rationnelle de l’UE comme structure d’opportunité leur offrant des ressources légales et politique pour exercer leur influence et contraindre leurs potentiels opposants (Borzel, 2002). Alors que de nombreuses études s’intéressent à l’évolution de l’opinion publique Turque sur l’Union européenne et démontrent l’importance des variations (Carkaoglu, Yilmaz), la question des représentations et de leur variation n’est pas prise en compte. De même les comportements des acteurs  sont généralement considérés d’un point de vue statique, ie rapporté à la mesure d’un moment M et rarement considéré dans leur historicité.

– une conception binaire et uni-dimentionnelle de l’élargissement comme transfert de normes et standards européens

Malgré l’existence de travaux sur « l’acquis européen » (Cecile,…), les études portant sur l’élargissement s’intéressent assez rarement à la production de ce qui est posé comme « normes » ou « standards » européens. Le modèle européen est en quelque sorte pris pour acquis, réifié, perçu comme consistant et stabilisé (Delpeuch 2008, Hassenteufel, De Maillard 2013 ; Visier, 2013). C’est à l’aune de ce « modèle » européen, considéré comme un étalon de mesure que sont étudiées les transformations dans les pays candidats, et jugées  au travers de leur plus ou moins grande distance au « modèle européen ». Il est sur ce point intéressant de noter que les études en terme de « path dependency » consacrées à l’élargissement, insistent sur l’importance du national (local), mais pour finalement en conclure à une plus ou moins grande distorsion avec un « modèle européen »[4].

Cette non analyse des modèles est d’autant plus rendue possible que l’étude de la politique européenne de pré-adhésion échappe encore à une sociologie de l’action publique , qui s’est pourtant développée dans d’autres secteur des politiques européennes (Hassenteufel, Surel, 2000). Au travers de l’analyse de l’ensemble des acteurs parties-prenantes au policy-making, un telle approche permet de repérer les différents enjeux de la politique et de  mieux cerner son contenu au-delà des objectifs qui lui sont assignés par le récit de politique publique (narrative)[5].

Le ralentissement des négociations en Turquie et l’éloignement de l’horizon européen, ont eu des effets contrastés d’un secteur de politique publique à l’autre, affectant plus ou moins les réformes en cours ou à venir. Si la conditionnalité est un facteur important pour saisir le processus de réformes en Turquie, elle n’est en aucun cas le seul plus comme déterminante.

2- Les usages de l’Europe par les acteurs domestiques

Le constat de l’existence de décalage entre la chronologie UE/Turquie d’une part, la chronologie des réformes en Turquie de l’autre à eu pour effet une mise à distance ou du moins à une appréhension plus critique du modèle rationaliste des effets de la conditionnalité en Turquie. Tout en tentant de se distancier de ce paradigme dominant, les études qui portent aujourd’hui sur Turquie et l’UE demeurent toutefois marquées par certains des présupposés de ce modèle.

Le ralentissement du processus de négociation, a eu pour effet bénéfique de prouver que la conditionnalité n’était pas le seul facteur permettant de comprendre les processus de réforme en Turquie en lien avec l’UE. « Since the credibility of accession conditionality declines over time, however, it cannot explain why we do find instances of domestic change that conforms to EU demands in some areas and not in others” (Börzel, Soyaltin, 2012: 14). “No matter who initiates reforms and how reforms are pursued, the rather unexpected outcome of the process is that Turkey is moving closer to the EU despite the EU’s increasingly lukewarm attitude”(Avci, Carkaoglu, 2013:9) mentionne l’introduction d’un ouvrage paru en 2013 (mais écrit avant 2012). Se distanciant des études sur la conditionnalité, et la prééminence du facteur européen, les analyses se sont plus fortement focalisées sur les acteurs domestiques. Certaines se réfèrent aux modèles développés dans le cadre des policy transfer studies, comme le lesson drawing model (Rose, 1993). G. Yilmaz (2012) montre ainsi dans le cas des politiques envers les minorités que c’est l’insatisfaction vis-à-vis des politiques en place qui a amené les leaders politique à chercher à l’étranger des solutions. Le changement n’est alors pas imputable à l’UE, il est promu de façon volontaire par les élites politiques turques. Si la variable européenne apparaît comme moins centrale, l’idée d’un transfert depuis un système émetteur vers un système récepteur reste prégnante.

De nombreuses autres analyses insistent sur les usages de l’Europe (Jacquot, Woll, 2004) par les acteurs domestiques. T. Borzel (2012) résume bien ce type d’analyses, démontrant que les transformations en Turquie sont largement induites par l’agenda politique du gouvernement turc, moins influencé par la conditionnalité européenne que par les moyens de consolider son pouvoir. Elle conclue alors que le cas turc montre que ce ne sont pas uniquement des coalitions pro-occidentales, et en faveur de réformes libérales qui font usage de l’UE pour faire avancer et légitimer leurs agendas politiques.

De telles analyses auraient pu ouvrir la voie à de nouvelles réflexions sur les processus d’européanisation -ici compris comme les processus liés aux mécanismes de l’élargissement (Diez, Agnantopoulos, Kaliber, 2005)- ; leur possible co-exitence avec des pratiques, des projets non démocratiques, ou encore leur limites à induire /produire la démocratisation. Loin de telles perspectives, les analyses ne poussent finalement pas la réflexion sur l’européanisation et se cantonnent à des conclusions uniquement en terme d’instrumentalisation par le pouvoir en place de l’UE et de l’élargissement. En cela, elles ne parviennent finalement pas à dépasser un certain nombre de présupposés contenus dans le modèle rationaliste de la conditionnalité.

En développant une autre définition de l’européanisation, très largement répandue en Turquie, comme un modèle civilisationnel occidental marqué par la modernisation, la sécularisation et son dernier avatar, la démocratisation, les analyses adoptent un positionnement normatif et supposent l’équivalence entre alignement sur l’acquis communautaire et démocratisation. Elles étudient alors les processus en cours uniquement au travers de l’évaluation de l’output des réformes et de leur écart à ce qui est considéré comme le « modèle européen ».

Les analyses demeurent également très fortement rationalistes. C’est uniquement au travers de la notion d’instrumentalisation de l’UE qu’est analysée la politique actuelle de la Turquie. Celle-ci est souvent résumée à l’action du gouvernement, voire du chef du gouvernement (et maintenant du président), au travers d’une analyse qui met en avant son intentionnalité (déclarée ou supposée) et sa rationalité. La logique d’appropriation et la question de la socialisation  sont parfois évoquées, mais uniquement en référence à des acteurs non politiques, et sans qu’elle soit étayée par des démonstrations empiriques (Visier, 2014).

B. Construire l’objet élargissement à partir du TRANSFAIRE.

Nous faisons le pari que la construction de l’objet élargissement à partir de l’idée de ‘transfaire’ peut donner à voir différemment les processus à l’œuvre.

 Par idée de ‘transfaire’ nous souhaitons mettre l’accent sur :

– une acception plus large de l’idée de « trans », permettant de sortir du face à face hiérarchisé et unidimensionnel entre un émetteur (l’Union européenne) et  un récepteur (le pays candidat, ici la Turquie). Il s’agit alors de réintégrer la relation qui se noue autour de l’élargissement dans un faisceau beaucoup plus large et moins linéaire de circulations (internationales mais aussi transnationale et intra-nationales).

–  ne pas considérer de façon indépendante les circulations et ce qui est l’objet de ces circulations, et pour cela de porter une attention particulière aux conditions concrètes de production de l’action publique.

1.     Du top-down au trans

Les limites des analyses soulevées plus haut ne sont pas uniquement imputables aux analyses portant sur l’élargissement, elles renvoient plus généralement au travers des études européennes fortement marquées par des lectures institutionnalistes. Ainsi nous faisons notre l’assertion de différents auteurs (Rumford, 2002 ; Smith, 2006 ; Favell & Guiraudon,2011) concernant le gouvernement européen, qui ne se réduit pas à ‘Bruxelles’ (ou Strasbourg et Luxembourg) ni aux institutions ou même organisations européennes. « We argue that Europe is constantly being made in particular places, through specific actor struggles, whose interconnections are often ill-defined. Moreover, the contingent nature of these interactions demands a systematic approach to demonstrate both ‘where’ and ‘how’ actors interpret, reference and articulate Europe and get its meaning” (Carter, 2011).

Concernant l’élargissement, il importe de ne pas construire l’objet à partir de la seule scène diplomatico-politique des négociations institutionnelles, considérée comme venant se superposer à l’échelon national du pays candidat (voir des pays membres de l’Union européenne), mais au contraire de repérer et de caractériser les différentes scènes où est produite l’action publique (les actions publiques) qui met(tent) en jeu l’élargissement. D’une thématique à l’autre, et suivant les moments, les scènes en jeu et les chronologies ne sont pas forcément les même (pour les réformes domestiques, le poids respectifs des scènes politiques ou administratives ne sont pas identiques d’un secteur à l’autre ou d’un moment à un autre). Il s’agit donc, au travers d’une connaissance détaillée de la thématique étudiée, de repérer les scènes opérantes, et puis de tracer les circulations (ou non circulations) entre ces scènes. En effet, il importe aussi de ne pas poser comme un a priori les interactions et les influences mutuelles entre les scènes, mais au contraire d’en faire un des questionnements de la recherche (nous sommes par exemple rendu compte que le financement des projets de pré-adhésion, censés être un des éléments de conditionnalité, était complètement déconnecté de la fabrication des autres éléments de la conditionnalité que sont les ouvertures et fermeture de chapitres).

Dans le même ordre d’idée, il importe de ne pas hiérarchiser ces scènes, au travers notamment l’imposition de chronologies (la chronologie de l’élargissement, la chronologie des transformations politiques macro) mais encore une fois, en tentant pour chaque thématique étudiée de reconstituer une chronologie qui lui soit propre. Il s’agit ainsi en particulier de ne pas considérer a priori que l’élargissement constitue le seul et unique plan de pensée et d’action des parties en présence, et de ne pas interpréter ce qui se passe sur une scène forcément à la lumière de ce qui se passe sur une autre (Bertrand, 2011). Bien sûr, la mise en œuvre concrète de la politique d’élargissement est juridiquement contrainte par les cadres définis sur la scène communautaire. De plus, l’UE ayant le monopole de l’édiction des conditions de l’élargissement, la politique d’élargissement est clairement une politique dissymétrique. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant que ce qui se passe sur la scène politique turque, dans une administration ou un secteur social doivent être interprété à la lumière (ou à la seule lumière) de ce qui est produit sur la scène politico-diplomatique ; il n’y a pas a priori de causalité (l’analyse montre par exemple comment le véto posé sur l’ouverture du chapitre sur les politiques régionales n’a pas empêché d’importante réformes dans ce domaine). Concernant les réformes de la justice, il est intéressant de voir comment les références discursives au processus politico-diplomatique Turquie/UE (ouverture des chapitres) d’une part, la scène internationale de Cours Européenne des droits de l’Homme du Conseil de l’Europe de l’autre vont être alternativement mis plus ou moins en avant suivant les périodes. Toujours sur les questions de justice,  contrairement aux analyses qui considèrent que le pouvoir a dans les dernière années tourné le dos à l’élargissement, sacrifiant la scène politico-diplomatique à la scène politique domestique et aux règlements de compte avec les opposants, nous affirmons qu’il n’y a pas eu de véritable hiérarchisation des enjeux, et qu’aucune des deux scènes n’a été délaissée, ce qui a eu pour effet de produire des politiques et des actions parfois complètement contradictoires.

L’invitation à la dé-hiérarchisation des scènes va de pair avec la déconstruction de l’illusion de  l’existence d’une politique d’élargissement. L’élargissement donne lieu ou est en jeu dans de multiples scènes, sans que cela produise une cohérence d’ensemble. Les différentes scènes sont à la fois autonomes les unes par rapport aux autres, et en plus ou moins grande interaction les unes avec les autres. Elle peuvent avoir des correspondances, mais cela ne signifie pas qu’elles se correspondent.  Si elle peut aider à saisir ce qui se passe ailleurs, aucune des scènes ne peut être a priori être posée comme le facteur explicatif ou déterminant de ce qui se passe ailleurs. Sur un toute autre thématique, celle du positionnement des syndicats en Turquie vis-à-vis du « modèle social » européen, l’analyse montre que c’est au croisement de la chronologie spécifique du secteur, de la chronologie du rapprochement à l’Europe, mais aussi de celle de l’intégration des syndicats aux réseaux transnationaux européens, et de celle des réformes économiques et sociales entreprises par les gouvernements en place que l’on peut parvenir à saisir les variations de l’appréhension de ce « modèle » par les acteurs syndicaux turcs.

D’un point de vue méthodologique, afin de tenter de ne pas privilégier une scène sur les autres de même qu’une chronologie sur les autres , il s’agit d’effectuer un constant va et vient entre les différentes scènes pour, au fur et mesure de l’avancée de la connaissance de chacune des scènes, pouvoir être en mesure de repérer les circulations (ou non circulations) entre les unes et les autres, et de tracer (ou plutôt de traquer… ce qui pose des problèmes méthodologiques) les croisements et/ou les articulations et/ou les chevauchements et ou les inférences des unes sur les autres (Werner, Zimmermann.

2.     Considérer ensemble les circulations et l’(les) objet(s) de la circulation.

Le courant des policy transfer studies comporte le risque de réifier les modèles transférés, considérés comme fixes, indépendamment des usages qu’en font les acteurs Afin de dépasser une vision du transfert qui présuppose l’adoption intentionnelle d’un message univoque, nous souhaitons porter une attention particulière aux conditions concrètes de la réalisation des transferts. Plutôt que de privilégier l’analyse des objectifs ou modèles d’action publique assignés aux processus de dissémination, il s’agit d’étudier ce qui se fait concrètement au nom de ce processus et comment cela se fait (étude par la « salle des machines » (Aggeri, Labatut, 2014). On délaisse ainsi ce que devrait être le transfert (les objectifs, les modèles qui lui sont assignés) au profit de ce que fait le transfaire.

Il s’agit d’une part d’appréhender « les modèles » par leur processus de fabrication ou du moins de consolidation, au travers des circulations internationales, une fois encore repérées à partir de scènes spécifiques et de leurs croisements. Loin d’être un créateur sui generis de modèles, l’UE apparaît comme un acteur parmi d’autres participant d’un processus de circulation internationale de « modèle ». Ce faisant, il importe de la considérer tout autant comme émettrice que comme réceptrice de ces modèles. Cela permet de nuancer la prééminence de la variable européenne. Cela oblige également à distinguer les « modèles d’action publique » du système politique européen qui les a intégrer et à prendre conscience que l’importation de l’un ne signifie pas automatiquement importation de l’autre. Etudier la fabrique des modèles permet aussi généralement de mettre en lumière les nombreuses ambiguïtés, voire même contradictions qu’ils contiennent. Leur intégration dans un système politique signifie interprétation sans que l’on puisse considérer qu’il s’agisse d’un écart à la norme.

            Tout autant que les objectifs, les instruments par lesquels sont mis en œuvre les politiques publiques participent à la définition de ces politiques. Les instruments ne sont pas des outils neutres, et indifféremment disponibles. Ils mêlent des composantes techniques (mesure, calcul, règle de droit, procédure) et sociales : ils sont porteurs de valeurs, nourris d’une interprétation du social et de conceptions précises du mode de régulation envisagé (Lascoumes, Legales, 2004). L’étude des instruments élargie alors la problématique du contenu de ce qui circule. On a pu montrer comment des « modèles » promu par l’UE, particulièrement peu définis, s’incarnaient au cours du processus de transfert au travers des instruments censés les mettre en application (Visier, 2013).  Mais au-delà, un certain nombre d’instruments doit eux même être considérés eux comme des modèles d’action publiques transférés. auxquels il convient alors de porter une attention particulière.


[1] Un exemple parmi tant d’autre d’introduction d’ouvrage, « This volume focuses on political, social, and cultural issues relevant to the accession process and assess the transformation at these different levels in line with the negotiations », Müftüler Baç, Stivachtis, (dir.), Turkey, European Union relations, dilemmas, opportunities and constraints, Lexington books, 2008.  En parallèle aux questionnements sur la capacité de réforme de l’UE, énormément d’ouvrages sont sortis sur les difficultés et le défis de l’élargissement à la Turquie (Lannon, Le Bullenger, 2005, Lagro, Jorgensen 2007….) ou encore sur l’identité européenne de la Turquie (…)

[2]  En particulier l’ouvrage sur leur direction portant sur The Europeanization of Central and Eastern Europe (2005), puis leur théorisation  Candidate countries and conditionality (2006).

[3] La structuration des ouvrages sur l’élargissement font clairement ressortir cette analyse en terme de demande d’une part, réponse de l’autre : cf. par exemple la table des matières de l’ouvrage  sous la direction Dimitris Tsarouhas, Ebru ertugal, Ayse Idil Aybars,  Bridging the real divide, social and regional policy in Turkey’s Eu Accession Process, METU Press, 2007 : Part I : social and Regional Policy in the EU : challenges for Turkey; Part II, Adapting to the EU acquis I : social and regional policy in Turkey; Part III, Adapting to the EU acquis II: The Polish experience

[4] Sur les questions régionales par exemple, Massardier Tek, 2005

[5] Dans le cas de la Turquie, des travaux ont questionné la production des critères de conditionnalité de l’Union européenne (…). Toutefois, ils s’en sont la plupart du temps tenus à une critique/réprobation de la politicisation de la politique d’élargissement et de la discrimination qu’elle engendrait vis-à-vis de la candidature de la Turquie.

Retours à la nature

  1.  Projet de recherche  « Retours à la nature » (Cilia Martin, 15/11/14)

Nouvelles circulations et co-productions dans le contexte de la crise grecque

Mon projet de recherche s’attache à décrire et analyser les circulations d’hommes, d’objets et d’idées relatives à la crise économique qui touche la Grèce depuis 2010. En dehors des effets connus et chiffrés de cette crise (hausse du chômage, précarisation sociale et sanitaire, montée du racisme ou privatisation de plusieurs bandes du littoral), le pays enregistre aussi de nombreux départs à destination du rural qui restent un phénomène encore méconnu. Mon projet vise à rendre compte de ces mobilités de crise à travers une analyse de ses modalités, de ses acteurs et de ses enjeux.

Après un vaste exode rural faisant passer la population urbaine de la Grèce de 33% à 66,4%, l’heure est aujourd’hui aux départs. Selon la Confédération des agriculteurs grecs estime que 40 000 Athéniens auraient quitté la ville pour aller travailler la terre. S’il est largement effectué par des individus de classe moyenne et supérieure (fuite des cerveaux, « immigrants de l’utopie » qui décident de prendre la clé des champs), l’exode urbain est également le fait d’individus plus modestes qui, ne pouvant plus assumer les coûts de la ville, retournent vivre auprès de leur famille dans leur village d’origine. Ce « retour à la nature » est d’ailleurs plutôt un retour à la ruralité qu’à la terre dans le sens où il ne s’agit pas seulement d’une attractivité agricole et que les lieux de départ peuvent dans certains cas correspondre aux lieux d’origine. Aussi, la prise en compte de la globalisation nous permet d’aller encore plus loin dans le décloisonnement des relations villes/campagnes dans le sens où elle fait intervenir d’autres formes d’échanges et de solidarités, d’autres types de gouvernances et d’autres profils sociologiques que ceux que l’on observe, par exemple, dans le cas de l’exode rural. Aussi, nous prenons appui sur la notion de « continuum migratoire » qui marque une opposition à l’idéologie sédentariste et intégratrice qui conduit à l’équation une population = un territoire.

Inscrit dans ce continuum migratoire, cet exode urbain signifie de nombreuses circulations d’hommes mais aussi d’objets et de cadres de représentations liées à la redéfinition de la nature et de la relation ville/campagne. Il implique aussi une interpénétration d’échelles (locale, nationale, européenne et internationale). Au-delà, ces départs supposent des « manières de faire ensemble » et des « manières de faire avec » (avec l’aide de parents installés à l’étranger, avec l’aide de réseaux de solidarité) qui sont aussi des manières de « faire sans » (sans l’État qui coule, sans argent, sans l’Europe faisant référence aux déclarations en faveur d’une sortie de l’Europe). Il s’agira donc de réfléchir aux logiques et aux modalités de ce « retour à la nature » envisagé comme une mise en pratique et une mise en circulation de ressources, matérielles et immatérielles, provenant d’une pluralité d’agents ancrés dans des temporalités et des espaces différents.

L’objectif de ce premier terrain est d’identifier les acteurs, les logiques et les pratiques de cet exode urbain envisagé comme une mise en circulation de normes et de savoir-faire communs provenant d’une pluralité d’agents ancrés dans des temporalités et des espaces différents. Il faudra donc se concentrer sur l’articulation entre ces différents agents issus du monde rural, touristique, institutionnel et universitaire, mais aussi sur l’interpénétration des échelles nationales, européennes et internationales. À cet égard, je souhaite analyser l’impact des écoles et filières agricoles qui ont vu leur nombre d’élèves augmenter depuis le début de l’exode urbain à l’instar de l’‘American Farm School of Thessalonique’ dont le rôle dans la redéfinition du monde rural est largement soutenu par le maire de Thessalonique. Il rappelle aussi que la production du « local » se fait aussi par l’international, plus précisément est le résultat d’une interpénétration d’échelles faisant parfois converger des logiques et des intérêts divers. Les départs à la campagne sont aussi effectués par des individus qui en quittant la ville entreprennent une reconversion dans le secteur de l’agro-tourisme ou de l’agriculture biologique. Je souhaite également mettre en lumière les différentes politiques de développement régional et le rôle du ministère de l’Agriculture qui en distribuant des terrains encourage les départs. Aussi, il s’agira de repérer l’existence de mesures incitatrices, foncières ou fiscales, qui amènent à « relativiser les aspirations bucoliques des candidats ». On se demandera aussi quel est le rôle des partis écologistes dans ce « retour à la nature » dont la présence sur la scène politique s’est considérablement réduit depuis la crise. Enfin, en évitant la seule lecture économiste, on s’interrogera aussi sur les éventuels objectifs sécuritaires de ce « retour à la nature » qui pourrait se traduire comme la volonté des pouvoirs publics grecs de contrôler les révoltes urbaines liées à la crise par le désengorgement des villes. À une autre échelle, ce « retour à la nature » peut être lu comme un soutien indirect de la part des puissances européennes en vue d’endiguer la migration vers le nord de l’Europe dont l’Allemagne qui est le pays qui accueille le plus de ressortissants grecs depuis la crise. Loin d’être une « migration de l’utopie », ce « retour à nature » est le résultat d’une co-production croisant plusieurs échelles et faisant valoir, du moins temporairement, une circulation d’hommes, d’idées et d’intérêts.

De plus, le but de ma recherche est de mettre en exergue les circulations matérielles et immatérielles de cet exode urbain en articulant l’analyse des objets (fonciers, immobiliers) avec celle des savoir-faire, des réappropriations mais aussi des mythes, à la fois comme miroir déformant et performant, entourant la nature ou la ville (re)devenue le réceptacle de la criminalité et de la corruption. La matérialité des circulations s’illustre par divers transferts (transmissions, transactions et privations de biens) qui sont en pleine reconfiguration avec la crise et les mesures d’austérités qui l’accompagnent (augmentation des taxes immobilières et mesures fiscales). Résultat : les Grecs vendent leurs biens et les patrimoines immobiliers basés sur le poids des structures familiales font l’objet d’un morcellement ou d’un redéploiement. En dehors des reconfigurations observées sur les espaces de départ, ces circulations font également émerger d’autres types d’échanges et de transmissions sur les espaces d’accueil. Aussi, les néo-ruraux emmènent avec eux leurs savoir-faire, leur rapports au temps et leurs cadres de représentations jusqu’à être considérés comme responsables d’une « urbanisation des campagnes ». Toutefois, ce syntagme nie la présence de facteurs endogènes à la transformation du rural au profit d’initiatives ou de répercussions ne pouvant exclusivement venir de l’urbain. Contre une lecture binaire urbain/rural, il s’agira, au contraire, de proposer une nouvelle approche de la territorialité en mettant en exergue la présence des co-productions dans les modes d’habiter et de « cultiver » l’espace.

Par ailleurs, le rapport urbain/rural doit aussi se penser à travers d’autres types d’interactions telles que les marchés « sans intermédiaires » ou les diverses coopératives (agricoles ou autres) dont l’objectif consiste à établir un contact direct entre les producteurs et les consommateurs tout en évitant les réseaux commerciaux traditionnels responsables de la flambée des prix. Renouant le lien entre la ville et la campagne, ces pratiques qui se sont multipliées depuis le début de la crise sont autant de (nouvelles ?) façons de se réapproprier, de redistribuer et de co-produire des ressources localisées. À ce sujet, il est intéressant de chercher dans les références passées, notamment liées à la guerre civile et à l’imaginaire communiste très puissant en Grèce, la trace de ces pratiques afin de mettre en lumière les phénomènes de réappropriations et réinventions. Enfin, il faut saisir le rôle de la puissance publique qui soutient ces « mouvements sans intermédiaires » à l’instar d’une dizaine de municipalités à Athènes qui se sont déjà impliquées et donnent le feu vert à ces types de marchés. Toutefois, comment les officiels de l’État accommodent-ils et/ou s’accommodent-ils de ces mouvements qui s’apparentent souvent à une forme d’action anti-gouvernementale que l’on peut résumer sous l’expression « l’État n’est plus, remplaçons-le ! » ?

À travers une série d’observations multi-sites et d’entretiens avec les candidats et les entrepreneurs de ce « retour à la nature », je souhaite donc éclaircir les dessous de ce phénomène médiatique où se mêlent réalités et représentations. En considérant la ville et la campagne comme des lieux et des liens, matériels et immatériels, je propose de repenser les assignations et légitimités territoriales (urbain/rural, national/international, nord/sud) en mettant l’accent sur les phénomènes de chevauchements et de télescopages. À l’heure de la globalisation et au regard de la crise qui est à la fois un révélateur, à l’échelle globale, des dysfonctionnements des flux et pratiques liés à l’économie de marché capitaliste mais aussi un catalyseur, à l’échelle locale, de nouvelles circulations, la relation villes/campagnes ne peut se concevoir sans une prise en compte des (en)jeux d’échelles, des interconnexions et interdépendances spatio-temporelles.

Soft Power

Beyond soft power: The stakes and configurations of the influence of contemporary Turkey in the world : 8-9/1/14

This worshop benefited from a support of the French National Agency of Research (ANR) with the reference ANR-12-GLOB-003, « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-) ottomane »

PROGRAM 

DAY 1 /  January 08th 2014

09:00   Opening to the public
09:30   Opening of the workshop by : Élise MASSICARD / CNRS – IFEA
////////   1st PANEL :   Private actors producing and receiving Turkish soft power : relationships to the Turkish state
10:00    Moderator : Talha KÖSE / Istanbul Şehir University
10:05    Charly DELMAS TSAFACK / International relations institute of Cameroon :
The Amity International school network in Cameroon
10:30    Jan MUŚ / Center for Eastern Studies –
Catholic University of Lublin – Warsaw School of Social Science and Humanities :
10:55    coffee break
11:35    Moderator’s speech
11:45    Questions of the public
12:15    Lunch break
////////   2d PANEL :    Diffusion, circulation and backfires of Turkey’s influence          
14:00    Moderator : Zeynep ATALAY  / St. Mary’s College of California
14:05    Gabrielle ANGEY  / EHESS – IFEA :
            “African students’ mobilities in Turkey: A Challenge for the Gülen Movement
14:55    Jérémie MOLHO  / Angers University – IFEA :
            Regional networks in an emerging art market area : positionning Istanbul as a Hub
15:10    coffee break
15:25    Elshan MUSTAFAYEV  / Sciences Po Lyon – IFEA :
            Major assets for Turkish diplomacy in the Caucasus and question of the « background »
15:50    Behar SADRIU / School of Oriental and African Studies – University of London :
            Networks of Influence: Reconceptualising Soft Power
16:15    Moderator’s speech
16:25    Questions of the public
17:00    Dinner with the speakers

DAY 2 / January 09th 2014

09:00   Opening to the public
////////   3rd PANEL :   Diversity of the Turkish soft power’s vectors                   
09:30    Moderator : Ayhan  KAYA / Bilgi University
09:35    Kimberley BOWEN ÇOLAKOĞLU / Istanbul Technical University :
            Magnificent Century: Turkish Soap Opera as a Source of Soft Power
10:00    Janna JABBOUR / Sciences Po – CERI :
            « An illusionary ‘power of seduction’: an assessment of Turkey’s soft power capacity in the Arab World« 
10:25    coffee break
10:40    Julien PARIS / EHESS – IFEA  :
            Turkish series exportation market and its counterflow ‘soft power’ effects
11:05    Jean-Francois POLO / Sciences Po Rennes – CRAPE – Galatasaray University  :
            « Turkish sport diplomacy as a tool for a renewed power ? Success and limits to Turkish “soft power« 
11:30    Moderator’s speech
11:40    Questions of the public
12:10    Conclusion by : Kerem ÖKTEM / University of Oxford
12:45    Lunch break
15:00    End of the 3rd panel / Round table and synthesis and future plans /
Discussion of the speakers with the moderators

PRESENTATION

This project consists in the organization of 3 half-day research workshops on the theme of Turkish political and cultural influence in the world at the French Institute for Anatolian Studies (IFEA) in January 2014. The language used will be English.

Today Turkey differentiates itself by its growing diplomatic and cultural influence. This influence, even if it is not comparable with that of China or the USA, has been expanding for several decades in the Balkans, the Middle East, Central Asia, even in Africa and is also noticeable in Ankara’s involvement in international organizations. This increasing influence has been highlighted by the Arab Spring, which has created an environment conducive to the idealization of Turkey’s model of governance (the « Turkish model ») and to its promotion by Western powers. Turkey’s attractiveness is also based on its substantial economic development contrasting with the economic crisis European countries are suffering from, and on its increasing cultural presence in the media (notably through the broadcasting of TV shows outside Turkey), especially in neighboring countries who share cultural affinities with Turkey. However, this influence used by Ankara within the framework of a self-promoting discourse has started to be questioned in the past few months due to both regional and domestic developments. Indeed, the degradation of the situation in Syria and in Iraq has limited the influence of Ankara on neighboring actors while the Gezi park demonstrations and its repression are casting doubts on Turkey’s ability to be a source of inspiration for the region.

How can analytical tools help us characterize today’s Turkey’s influence and its limits? The concept of “soft power” created by Joseph Nye in 1990 was an attempt to theorize mechanisms and conditions of this kind of influence, contesting the idea that war was the only source of power of the nation-states. It was highlighting the use by states of non- coercive means in conflict resolution, in decision-making in the international sphere, or in order to gain economical attractiveness. This concept was widely used in academic research, media, and in the public sphere. Yet, this concept received several types of criticism among which two can be emphasized concerning our case study. Firstly, the core of the concept of “soft power” mainly focuses on the role of the State, in particular because the theory, at the time it was created, applied to the USA. Thus the State is considered as the main actor and beneficiary from such an influence, and makes “soft power” dependent on the ability of the State to use diverse tools in order to expand its influence. This state-centered perspective, in which the State remains the only instigator of the interest of the country, has been strongly criticized. Such an analysis denies both the role and the capacity of private initiative and transnational dynamics to influence international relations. The second criticism addressed to the concept of soft power concerns the consequences of its success: the term “soft power” is now used to characterize tools, practices, or groups of actors through multi or antagonistic meanings. Therefore its interest as a concept would be undermined by its own polysemy.

The methodological and analytical consequences we could draw from these statements are that such uses of the concept of “soft power” tend to maintain and create shortcuts where the limits between concept and ideology become blurred, where the labelization of a dynamic as “soft power” becomes a political stake, and where analysis, causes and effects, actors and vectors, scales and contexts, theoretical and empirical dimensions are not distinguished. This workshop project intends to answer the need for a redefinition of the concept of “soft power” and its value as an analytical concept. It will also be an opportunity to characterize the different types and modalities of Turkey’s influence, which could lead to the production of new conceptual tools, more adapted to Turkey’s current situation.

This workshop aims at raising several questions: To what extent is the concept of “soft power” adequate to characterize Turkey’s influence and its weaknesses both on the international stage and towards its neighboring countries? Reciprocally, how can the analysis of the different patterns of Turkey’s influence help us question the concept of “soft power”, and to come up with other notions?In the framework of this workshop, we will propose to explore the influence of Turkey through several axes (which are not exhaustive):

  • The discourse of soft power within Turkish diplomacy and para-diplomacy;
  • State institutions promoting Turkey’s influence abroad;
  • The role of private actors and civil society in Turkish influence abroad;
  • The territorial logics of Turkish soft power: the role of infranational and
  • supranational entities;
  • The economic dimension of Turkish “soft power”;
  • Various instruments of Turkish “soft power”: education, culture, media…;
  • Religion in Turkish foreign policy;
  • Regional and domestic limits of Turkey’s “softpower”

ABSTRACTS :

Please click on the titles of the panelists in the program above, or click here to have a full view of the abstracts 

Click here to download the program in pdf format

SCIENTIFIC AND ORGANIZING COMMITTEE :

Élise Massicard (CNRS/IFEA/OVIPOT)
Gabrielle Angey (EHESS/IFEA)
Julien Paris (EHESS/IFEA)
Jérémie Molho (Université d’Angers/IFEA)
Elshan Mustafayev (Sciences Po Grenoble/IFEA)
Yohanan Benhaïm (Paris I/IFEA)